Il était une fois… Alpine A110 : Seul le nom a ressuscité !

Il était une fois… Alpine A110 : Seul le nom a ressuscité !

Les fans de la marque Alpine attendaient ce moment depuis très longtemps, Renault a laissé planer le doute jusqu’au dernier moment et à la fin seul le nom «Alpine» a ressuscité. Autant dire que la déception des inconditionnels de la marque française fut grande, mais les rumeurs de la renaissance planent toujours ! L’histoire d’Alpine c’est avant tout celle  de Jean Rédélé, plus jeune concessionnaire Renault de France à l’époque, du haut de ses 24 ans. C’est en 1948, avec le lancement de la 4CV, que le jeune diplômé d’HEC découvre le potentiel sportif de cette voiture. Il a d’abord commencé par une course «amicale» contre un autre concessionnaire au volant de sa Peugeot 203. Après sa victoire, il participe à plusieurs rallyes, dont celui de Dieppe ou encore le mythique Monte Carlo. La consécration vient en 1952 avec la commercialisation de la 1063, version de course de la 4CV. La voiture se montre tellement convaincante dans les Alpes, où elle a disputé plusieurs courses, que Rédélé décide de créer une SARL qu’il a nommée Alpine, en 1955. Sept années plus tard, la mythique A110 a été présentée pour la première fois au Salon de Paris. Evolution de l’A108, qui était conçue sur la base de la Renault Dauphine, la berlinette, elle, a utilisé des pièces de la R8. Purement sportive, elle a tout de suite séduit les  passionnés purs et durs grâce notamment à une structure légère en polyester et un moteur à l’arrière. Pour réduire son coût de production, l’A110 ne se gênait pas pour emprunter différents éléments à la gamme Renault et c’est en 1965 que l’association des deux marques a été officialisée avec en outre la mise à disposition du réseau de la marque au losange pour la commercialisation des Alpine. Victime de son succès, la marque de Rédélé s’est retrouvée dépassée par une demande croissante qui n’allait pas de pair avec les méthodes de production restées artisanales. Avec sa silhouette effilée et sa poupe agrandie à cet effet, l’A110 accueillait un nouveau moteur 4-cylindres Renault qui sera ensuite remplacé par celui de la R8 Major et de la R8 Gordini auxquels des améliorations ont été apportées. Grâce à cela elle voit sa carrière sportive briller de mille feux dans différentes catégories 1000cc, 1100cc et par la suite en 1300 et 1600cc. C’est grâce à cette évolution continuelle, que la berlinette n’a cessé d’améliorer ses performances jusqu’à atteindre une puissance de 185 ch, ce qui est énorme pour une voiture de 925 kg. C’est la 1600 S qui disposait de cette cavalerie et dont elle faisait bon usage comme nous le démontrent les chiffres. En effet, elle avait réussi à atteindre une vitesse de pointe de 200 km/h pour un départ arrêté de 400 mètres en 15 s et de 1.000 mètres en 29 s. Dotée de la boîte 5 vitesses, qui équipe la gamme Gordini, l’A110 1600 affiche une consommation de 11,5 l/100 km.  Ses nombreuses victoires, elle les doit également à une direction à crémaillère qui lui permet de se placer au millimètre près dans les différents virages. Si elle impressionnait par sa mécanique et ses performances, l’intérieur a toujours été très rustique avec des plastiques modestes et un espace réduit, mais il suffisait d’écouter ronronner son moteur pour oublier tout cela! En fin de vie, l’Alpine A110 montre ses limites en 1974 face à une certaine Lancia Stratos, conçue à la base pour le rallye. Lors de sa dernière année de production, une dernière version de l’A110, la 1600 SX fait son apparition avec un nouveau tableau de bord et des roues empruntées à l’A310 V6. Mais il y a quelques jours, le nom Alpine A110 est revenu sur le devant de la scène. Utilisé par Renault pour un nouveau concept sportif, mais ce dernier n’a de commun avec la mythique berlinette que le nom. Il ne reste plus qu’à trouver un nouveau look moderne et fidèle à ses origines pour vraiment parler d’une renaissance. Seul le temps nous le dira !

Historique :

1955 : Jean Rédélé, le jeune concessionnaire, crée une société automobile à laquelle il donne le nom Alpine.

1965 : Après avoir utilisé différents éléments des modèles Renault, Alpine finit par s’associer, officiellement, à la marque au losange et profitera par la suite de tout son réseau.

1971 : Alpine remporte son premier Rallye de Monte Carlo avant d’enchaîner avec le championnat du monde deux années plus tard.

1995 : Sortie de la dernière A 610 des chaînes de Dieppe, Renault a fini par abandonner la marque.

2012 : Les rumeurs du retour d’Alpine sont récurrentes, mais Renault a seulement ressuscité le nom pour son nouveau concept sportif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *