Il était une fois… Audi 80 B3 : Le chouchou des youngtimers

Il était une fois… Audi 80 B3 : Le chouchou des youngtimers

La troisième génération d’Audi 80 fut, à son époque, un morceau de technologie à quatre roues. Elle concentrait l’essentiel des ingrédients du succès : une ergonomie allemande au top niveau, des performances honorables, un design qui colle bien à son temps et qui reste indémodable, mais surtout une panoplie de moteurs de différents calibres.

Aujourd’hui, elle est adulée par les youngtimers du monde entier qui en font massivement la collecte tant qu’elle est encore disponible. Certains modèles rares comme les Audi 80 B3 cabriolets restent très prisés. La princesse Diana en possédait une qui a dormi dans les garages du Buckingham Palace depuis 1997 et n’a été vendue que récemment aux enchères.

Look moins carré, plus rationalisé

La génération B3 avait abandonné l’aspect carré de la B2, pour un look plus rationalisé. Les acheteurs de l’époque pouvaient aussi bien se procurer des B3 en deux portes et à hayon coupé ou carrément des berlines quatre portes. Audi avait décidé d’arrêter l’installation de moteurs à cinq cylindres dans les années 80. La Audi 80 B3 fut vendue à partir de 1986 et jusqu’en 1991. Elle fut commercialisée en Europe et en Amérique du Nord jusqu’à cette date, avant de céder la place à l’Audi 80 B4. Toutefois, quelques Audi 90 quattro, dotées du moteur 2.3l 20v, furent assemblées sur les chaînes de montage jusqu’au début de l’année 1992.  Cette version Quattro, équipée de quatre roues motrices, pèse 1.500 kg. Elle est dotée d’un moteur 5 cylindres en ligne 2.3 20v de 164 ch (122 kW) et est équipée de jantes 15» et d’un intérieur haut de gamme (cuir, indicateurs supplémentaires, bouton pour bloquer le différentiel arrière, console centrale en fibre de carbone, etc.), cette version ressemblait à la version S2 mais avait la base technique des Audi Coupé.

Toute une panoplie de motorisations

Ce fut un large éventail de moteurs essence ou diesel qui fut proposé. Ces motorisations incluaient le 1.4, 1.6, 1.8 et 2.0 litres essence quatre cylindres, dont certaines étaient à injection. Les moteurs diesel se composaient du 1,6 et du 1,9 litre, mais aussi du 1,6 litre turbo. Audi avait éliminé la transmission automatique à quatre vitesses sur ce modèle qui ne possédait qu’une transmission manuelle à cinq vitesses ou automatique à trois vitesses. Les motorisations affichaient des puissances débutant à 64 ch pour le 1,4 litre essence, et qui pouvaient monter jusqu’à 135 chevaux pour le 2,0 litres essence, équipé de 16 soupapes en ligne. Le turbo diesel, assez poussif, ne générait, quant à lui, que 69 chevaux. En 1988, Audi commercialisa un nouveau coupé 2 portes, connu en interne comme le Type 89. Ce modèle laissa tomber l’appellation 80 pour être connu sous la simple appellation Audi Coupé. Il était question en vérité d’une Audi 80 C3 dont l’empattement avait été réduit, la suspension arrière modifiée et qui fut dotée d’un nouveau système de suspension à avant, qui préfigurait celui de l’Audi 80 B4. Le modèle sortit avec les motorisations 2.0E, 2.3E 10v et 2.3E 20v.

Restylage ultime

En 1991, l’Audi Coupé fut à son tour restylée ! Elle prit l’aspect extérieur qui fut reconnu par la suite aux Audi 80 B4. Bien que restylée, elle reste visuellement très proche de la version précédente avec toutefois plusieurs éléments esthétiques caractéristiques : à l’avant, les nervures du capot sont plus marquées et elles descendent jusqu’à la grille de la calandre, celle-ci est intégrée au capot et elle n’est plus en nid d’abeilles mais en rectangles, les clignotants sont transparents et non plus en plastique orange. Elle fut dotée, comme les Audi 80 B4, d’une version S2.

La version Cabriolet de l’Audi 80 B3 fut conçue sur la base de l’Audi Coupé (Type 89) afin de bénéficier de son châssis renforcé et de ses suspensions sportives. C’est au milieu des années 90 que la marque aux anneaux décida de modifier l’appellation de ses autos. L’Audi 80 devient alors l’Audi A4 (A pour Audi et 4 pour le modèle), ce qui se rapproche alors un peu plus de la logique des BMW et Mercedes. L’Audi 80 B4 qui n’est en fait qu’une B3 restylée, disposera d’un moteur TDI mais qui se limitera à 90 ch… Le 110 n’arrivera que plus tard sur l’A4 B5.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *