Il était une fois Fiat 127 : La bella piccola

Il était une fois Fiat 127 : La bella piccola

Il existe des voitures qui mériteraient la « paparazzade », tellement elles ont fait figure de stars à travers les générations. La Fiat 127, petite citadine au succès désinvolte, constituera l’un des best-sellers de la marque italienne. Fiable et pratique, il n’est pas rare de la croiser encore dans nos rues. L’histoire de la petite starlette commence au début des années 70. Le code interne du projet Fiat s’appelait alors X1/4. La Fiat 127 sera construite entre 1971 et 1987 sur la base de 3 séries différentes. En Europe, la production de cette voiture s’arrêta seulement en 1987. En Amérique du Sud, elle poursuivra sa carrière sous un autre nom jusqu’en 1996. 

 

Saut générationnel

Lancée en grande pompe en avril 1971, la 127 était destinée à être le digne successeur de la Fiat 850. Cette nouvelle voiture représentait plus qu’un saut générationnel vis-à-vis de sa devancière, en raison des avancées technologiques qu’elle mettait en avant. La suspension était à 4 roues indépendantes. Le moteur était placé transversalement à l’avant, le système de propulsion était, quant à lui, à traction avant.

La première génération de la Fiat 127 gardait jalousement le moteur de 903 cm3 qui équipait les Fiat 850 Coupé et Spider. Celui- ci développait un correct 47 cv pour une voiture qui n’était pas spécialement lourde.  Certaines solutions techniques ont été inspirées des tests effectués sur l’Autobianchi A 112, présentée deux années auparavant.

 

«Spazioso» !

L’atout (de taille !) de la Fiat 127 était qu’elle représentait une voiture spacieuse pour son petit gabarit. L’espace était aménagé de façon très rationnelle et même le coffre ne s’apparentait guère à une petite boite à bijoux, mais représentait des dimensions plus qu’honorables. Près de 80% du volume utile étaient réservés aux passagers. La finition était aussi dans la droite lignée de ce qu’exigeait la concurrence à l’époque, c’est-à-dire : robuste, fonctionnelle et sans superflu. La conduite de la Fiat 127 se caractérisait par la nervosité du petit moteur, couplée à une bonne tenue de route et un freinage fiable (présence de freins à disque à l’avant). La motorisation s’avérait également particulièrement sobre. 

 

Restylages à répétition…

Forte de ses premiers succès, la 2ème génération de la Fiat 127 arrive dès 1973 avec une version 3 portes à hayon. En 1975, la petite étoile monte en gamme avec la version «Special», dotée d’un niveau de finition un cran meilleur. Il faudra attendre 1977 pour que la Fiat 127 «Brava» fasse l’objet d’un important restylage. La carrosserie est alors entièrement revisitée avec une finition qui se décline en 3 niveaux: L, C et CL. Le moteur de 903 cm3 fut ramené à 45 ch pour le respect des premières normes anti pollution tout en prodiguant un meilleur couple, mais surtout Fiat introduit un nouveau moteur de 1049 cm3 développant 50 cv, baptisé Brésil, car il était effectivement originaire de la filiale Fiat Automóveis brésilienne et équipait les Fiat 147 locales, dérivées de la Fiat 127 italienne.

En 1982, Fiat présente la troisième série de la Fiat 127. Cette nouvelle version sera un peu boudée par les passionnés, car elle passait pour être trop «sophistiquée» et bourgeoise. Ce qui dénotait donc avec l’esprit des premières Fiat 127, âgées déjà de 10 ans. La finition avait effet (trop!) évolué et améliorait le niveau des versions Spécial et Super. Les motorisations étaient toujours les mêmes, à l’exception de la version Sport qui se voyait affublée d’un nouveau bloc de 1 301 cm3 développant 75 ch.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *