Il était une fois… Fiat 131 : «Une voiture d’homme !»

Il était une fois… Fiat 131 : «Une voiture d’homme !»

Qui se souvient encore de la pub africaine de la Fiat 131 ? Celle qui passait en boucle à la télé avec cette phrase culte : «Fiat 131, une voiture pour homme » ? L’histoire de la Fiat 131 c’est celle d’une voiture taillée pour  la route, qui se revendiquait comme la «bagnole du macho».  Dans les années 80, elle fut distribuée en masse au Maroc par Somaca, et il n’était pas rare de la croiser à tous les bouts de rue. Même les petits taxis l’utilisaient pour ses dimensions de familiale, son confort et son équipement très complet.

Tout commence à Turin…

C’est en septembre 1974 que la sérieI de la Fiat 131 Mirafiori connaîtra ses premiers bains de foule. Ce fut le modèle pionnier de chez Fiat qui, en plus de l’appellation numérique, sera affublé d’un deuxième nom : Mirafioro. Il s’agit de celui de l’usine géante de Turin dans laquelle elle fut produite. Autre chose inédite, le lancement de la 131 fut celui de toute une gamme comprenant 12 versions. Parmi les motorisations, on pouvait retrouver le moteur de 1.297 cm3 de 65 ch et un autre de 1.585 cm3 de 75 ch, tous deux à simple arbre à cames.

Voiture cohérente et sûre…

Sur une 131, le moteur était placé longitudinalement à l’avant mais sur le principe d’une propulsion. Par rapport à la Fiat 124, l’empattement est allongé pour augmenter les dimensions de l’habitacle. La gamme était articulée autour de 12 variantes sur la base de 2 niveaux de finition 131 Mirafiori – avec des phares rectangulaires et des flancs sans baguettes – et 131 Mirafiori Special, avec des doubles phares ronds, de fines baguettes latérales de protection, des jantes différentes dites «spéciales».

La finition intérieure était soignée. La gamme comprenait dès l’origine 3 types de carrosserie : berline 2 portes, berline 4 portes et Familiale baptisée «Station Wagon».
Le niveau de la sécurité passive était, quant à lui, particulièrement élevé. Les crash-tests révélaient une Fiat 131 très sûre.

Bain de jouvence en 1978…

C’est en 1978 que  le modèle subira son premier lifting. Ce qui donnera vie à la seconde série du modèle. La structure de la voiture ne sera pas touchée, seul l’avant avec de larges feux rectangulaires et une nouvelle calandre feront leur apparition en intégrant un capot moteur complètement lisse sans aucune nervure apparente.

Les feux arrières seront agrandis et complètement intégrés dans la carrosserie. L’habitacle sera également entièrement revu en recevant un niveau de finition de la classe des 2 litres avec des sièges en velours et un tableau de bord plus complet. Avec cette seconde série, de nouveaux moteurs à double arbre à cames en tête verront le jour.

Les motorisations étaient des 4 cylindres de 1.301 cm3 de 78 ch ou 1.585 cm3 de 96 ch ou le nouveau diesel de 2.445 cm3. C’est également avec cette seconde série que la version sportive Racing fait son apparition, équipée d’un moteur 1.995 cm3 développant 115 ch. Il faudra attendre 1981 pour assister au lancement de la troisième série de la 131.

Remplacée par la Regata…

La troisième mouture de la 131 ne dura guère longtemps. En 1982 Fiat produira un lot spécial de 131 Supermirafiori Volumetrica 2.000/TC, avec une carrosserie à 4 portes, développant 140 ch et portant le logo Abarth.

En 1983, après l’arrivée de la nouvelle Fiat Regata, la 131 berline verra sa fabrication suspendue. La version Abarth continuera à s’illustrer dans plusieurs courses jusqu’en 1984.

Son moteur était un 4 cylindres Fiat de 1.995 cm3 développé par Abarth, avec 16 soupapes développant 140 ch dans la version routière, alimenté par un carburateur double corps et 235 ch dans sa version course équipée de l’injection mécanique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *