Il était une fois… Quadrifoglio Verde : Le trèfle italien fête ses 90 ans

Il était une fois… Quadrifoglio Verde : Le trèfle italien fête ses 90 ans

L’année 2013 est marquée pour Alfa Romeo par de nombreuses célébrations, à commencer par les 50 ans de l’écurie de course Autodelta ou encore des célèbres coupés Giulia GT Bertone, berline T.I Super ou TZ (1963). Mais la marque au Biscionne fête également ce mois-ci les 90 ans d’un symbole mythique et indissociable de son histoire : le Quadrifoglio Verde, le fameux trèfle à quatre feuilles. Le trèfle est depuis 1923 le symbole de la sportivité d’Alfa Romeo. On trouvait auparavant le Quadrifoglio sur les armes de l’armée de l’air italienne qui en son temps avait adopté ce symbole porte-bonheur de la 10ème escadrille de bombardement, audacieuse formation aérienne qui s’est illustrée pendant la Première Guerre mondiale. Cette anecdote permettait de rappeler les liens unissant Alfa Romeo à l’univers de l’aviation, la marque ayant conçu et produit de nombreux moteurs d’avion. L’image du Quadrifoglio Verde est donc liée à Alfa Romeo depuis le 15 avril 1923 quand Ugo Sivocci a décidé de participer à la Targa Florio, célèbre course sicilienne, avec ce symbole peint sur le capot de sa RL. La victoire du pilote italien à l’issue d’une course parfaite a décidé les hommes de l’écurie Alfa Romeo à adopter ce symbole «porte-bonheur» pour les courses suivantes. Dès ce moment, le Quadrifoglio a commencé à accompagner les Alfa Romeo en compétition.
Le Quadrifoglio a ainsi ressurgi sur le capot rouge foncé de l’Alfa Romeo P2 avec laquelle Brilli a remporté le premier championnat du monde en 1925 sur le circuit de Monza. Le retentissement de cette victoire fut tel que le logo Alfa Romeo allait changer avec l’adjonction d’une couronne de lauriers et orner les calandres de toutes les voitures de la marque pendant près de 50 ans. A la fin des années vingt, le Quadrifoglio a  permis de distinguer en course les Alfa Romeo «usine» des autres Alfa Romeo de course, dont celles de la Scuderia Ferrari qui arboraient quant à elles le bientôt célèbre «Cavallino Rampante». En 1950 et 1951, Farina et Fangio portaient les Alfa Romeo 158 et 159 au firmament des 2 premiers championnats du monde de Formule 1 : le Quadrifoglio est au sommet. Ensuite, dans les années soixante, le Quadrifoglio ornait la version course de la Giulia, la T.I. Super, pour se retrouver aux côtés du triangle bleu ciel de l’écurie Autodelta pour de nombreuses décennies : de la TZ à la GTA, et pour toute l’épopée de la 33, le Quadrifoglio était lié à d’innombrables victoires dans le monde entier et trouvait son apogée avec les 2 titres de champion du monde remportés par la 33 TT 12 en 1975 et la 33 SC 12 en 1977. Précédant les brillantes victoires de l’Alfa 156 Supertourisme, l’ultime exploit d’une voiture arborant le Quadrifoglio est à mettre à l’actif de l’Alfa 155 V6 TI qui a remporté en 1993, devant la concurrence allemande, le championnat allemand de tourisme (DTM).
Le Quadrifoglio a également été décliné sur certains modèles de série, en témoignage du fil rouge qui unissait les voitures du Biscionne, quand les techniques et innovations introduites avec succès dans le domaine des courses ont été reprises sur les voitures de tous les jours. Les versions Quadrifoglio étaient des modèles aux performances affirmées. Certaines arboraient le Quadrifoglio sur leur carrosserie sans que le nom de la voiture soit modifié (Giulia T.I. Super, Giulia Sprint GT Veloce, 1750 GT Veloce, Alfasud Sprint), d’autres à l’inverse intégraient le mot «Quadrifoglio» dans leur dénomination commerciale, comme les Alfasud T.I et Sprint Quadrifoglio Verde, diverses versions de la 33 et de la 75, y compris pour cette dernière dans sa définition destinée au marché américain, ou encore le Spider 2.0 Quadrifoglio Verde, l’Alfa 164 Quadrifoglio Verde (et également la Q4), l’Alfa 155 Q4, l’Alfa 145 Quadrifoglio, et l’Alfa GT Quadrifoglio Verde. Un Quadrifoglio «oro», au trèfle doré, a également été utilisé sur l’Alfa 6, l’Alfasud, l’Alfetta, l’Alfa 33 ou l’Alfa 90, alors que des déclinaisons «platino» et «argento» ont été portées par l’Alfa Milano, version américaine de l’Alfa 75. En 2009, le mythe du Quadrifoglio poursuit sa route sur les Alfa 8C Competizione et Spider puis sur l’Alfa Romeo MiTo équipée du moteur MultiAir de 170 ch et, en 2010, sur l’Alfa Romeo Giulietta qui dispose d’un moteur 1750 cm3 de 235 ch. La gamme Giulietta dispose même depuis juin dernier d’un Pack spécifique disponible avec de nombreuses motorisations : le Pack Quadrifoglio Verde Sportiva. La légende du trèfle poursuit donc son chemin avec Alfa Romeo.

Historique :

• 1923 : Ugo Sivocci a décidé de participer à la Targa Florio au volant d’une Alfa Romeo RL sur laquelle le trèfle a été peint sur le capot.

• 1925 : Le Quadrifoglio a ainsi ressurgi sur le capot rouge foncé de l’Alfa Romeo P2 avec laquelle Brilli a remporté le premier championnat du monde sur le circuit de Monza.

• 1950 et 1951 : Farina et Fangio portaient les Alfa Romeo 158 et 159 au sommet des 2 premiers championnats du monde de Formule 1.

• 1993 : l’Alfa 155 V6 TI a remporté, devant la concurrence allemande, le championnat allemand de tourisme (DTM)
 
• 2009 : Le mythe du Quadrifoglio poursuit sa route sur les Alfa 8C Competizione et Spider puis sur l’Alfa Romeo MiTo et, en 2010, sur l’Alfa Romeo Giulietta qui dispose d’un moteur 1750 cm3 de 235 ch.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *