Il était une fois… Renault Floride : La Floride made in France

Il était une fois… Renault Floride : La Floride made in France

Il est des mots dont la simple évocation nous projette dans des images dont il est difficile de s’extraire. Quand vous entendez Floride, par exemple, les premières choses qui vous viennent à l’esprit sont le soleil, la mer et les palmiers. Autant dire des vacances de rêve et pour que celles-ci se prolongent et que le plus grand nombre puisse en profiter, Renault a décidé de donner ce nom à une voiture qui voulait, tout comme la France de cette époque, renouer avec la joie de vivre et l’insouciance.
Tout comme son nom l’indique, l’histoire de la Floride a débuté aux Etats-Unis. En effet cela remonte à 1957 et plus exactement au voyage américain de Pierre Dreyfus, alors président de la régie Renault du 22 mai au 2 juin en compagnie de Fernand Picard, directeur des Etudes. Lors de ce voyage, la rencontre avec le gouverneur de la Floride a permis à Dreyfus de constater les premiers succès de la Dauphine chez l’Oncle Sam et de mesurer l’importance des voitures découvrables. Une importance anticipée par le bureau d’études de Renault qui avait pris le soin de contacter le patron de Ghia, Luigi Segre. Les équipes de Ghia travaillaient sur le projet d’une Dauphine découvrable qu’ils ont pu dévoiler à Dreyfus, le 30 mai 1957, en présence du gouverneur de la Floride et bien que l’avenir du projet n’ait pas encore été sûr, le président de la régie Renault a annoncé que si cette voiture venait à être produite, ce serait sous le nom de Floride. Pourtant à sa première apparition au Salon de Genève en 1958 c’est sous le nom de Dauphine GT suite à un conflit entre les stylistes Luigi Segre et Pietro Frua. C’est au Salon de Paris que la Floride a été dévoilée au public en présence du président de la République, René Coty. Disponible en version Coupé et version Convertible, elle a, d’abord été proposée dans une couleur dorée avec toit noir. Animée par un moteur de 850 cm3, elle est entrée en production en juin 1959 et alors que les prévisions tablaient sur 50 à 75 unités par jour, le chiffre est rapidement monté à plus de 200 pour répondre à l’attente du public. En effet, alors qu’elle a démarré à 3.777 exemplaires en 1959, elle a dépassé la barre des 35.000 dès 1960, en partie grâce à l’accueil favorable réservé par le public américain.
Présentée à la foire de New York, la Floride a troqué son nom exotique contre un autre incarnant le savoir-faire français, elle a été baptisée Caravelle. Au-delà de ses atouts, Renault a décidé de lui choisir une marraine de choix, Brigitte Bardot, ce qui a directement drainé 13.000 commandes.
Après l’euphorie des débuts, dès 1961 la production de la Floride est retombée à 12.856 mais elle n’est pas la seule à connaître une baisse de régime puisque les ventes de Renault ont chuté de 186.000 à 42.000 unités.
Alors que cette image sage et féminine avait plu à ses débuts, la Floride en a pâti par la suite essayant de revendiquer une certaine sportivité à travers la Floride S lancée en 1962. Recevant le moteur de la Renault 8 qui développait 48 ch, elle avait, également, eu droit à quatre freins à disques et des jantes en tôle ajourées.
Pour cette version S, les prises d’air, sur les flancs, ont été supprimées alors que le capot a accueilli des ouïes de ventilation. La Floride S est la décapotable «Grand Sport, Grand Air» avec toit amovible pour l’hiver, alors que la Caravelle est le coupé quatre places «Grand Tourisme, Grand Luxe» qui offre à ses occupants un habitacle confortable.  Une année plus tard, la Floride disparaît du catalogue de la marque au losange alors que la Caravelle 1100 fait son apparition. Héritant du moteur de l’Estafette, elle affiche une puissance de 55 ch et reçoit l’inscription Caravelle sur l’aile avant droite.
Malgré ses tentatives de sortir de l’image sage qui lui a collé dès ses débuts, la Floride voit sa production baisser pour atteindre 3.000 unités en 1966. Deux années plus tard et plus exactement au mois de juillet, la saga Floride s’est arrêtée. Quelques années plus tard, Renault a fait revivre la Floride à travers une édition spéciale de la 3ème génération de la Mégane CC.

Historique :

• 1957 : L’avant-projet de la Dauphine coupé et cabriolet est dévoilé à Pierre Dreyfus lors d’un voyage en Floride en présence du gouverneur de cet état.
• 1959 : Après des débuts prometteurs en France, la Floride devient Caravelle pour sa présentation à la foire de New York.
• 1962 : Renault dévoile la Floride S qui se veut un peu plus sportive et qui veut avant tout se détacher de l’image qu’on lui a collée à sa sortie.
• 1965 : Après la Caravelle 1100 dévoilée, deux années plus tôt, la 1100 S est dévoilée avec de nouvelles modifications esthétiques et techniques.
• 1968 : La production de la Floride/Caravelle s’arrête au mois de juillet après plus de 117.000 unités vendues.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *