Il était une fois…Toyota Hilux : L’increvable vétéran !

Il était une fois…Toyota Hilux : L’increvable vétéran !

Au Maroc, c’est une véritable histoire d’amour qui existe entre les transporteurs et le Toyota Hilux. Et il n’est pas rare de retrouver encore parfaitement roulants et toujours aussi rudement utilisés certains modèles qui datent du début des années 80 sur nos routes. A l’international, le Hilux a tout fait ou presque. Ce monstre de fiabilité et de robustesse a tout transporté sans jamais se plaindre.

Qu’il soit en mono ou double cabine, en 4×2 ou en 4×4, il a roulé dans les ténèbres des mines les plus insondables, dans les brousses les plus hostiles, dans les jungles les plus impénétrables et les déserts les moins accueillants. Il a été transformé en véritable char d’assaut durant le conflit tchado-libyen et a figuré dans toutes les guerres civiles africaines. Si bien que certains l’appelaient «conflit Toyota» ou «Toyota War» en anglais. Cette semaine retour sur l’histoire de ce véritable char d’assaut à la longévité exceptionnelle.

De Hino Motors à Toyota…

Techniquement, l’histoire de l’Hilux ne commence pas avec Toyota, mais avec le fabricant japonais de véhicules commerciaux, Hino Motors, et sa ligne Briska de petits camions pick-up produite depuis 1961. Toyota avait commencé à fabriquer depuis 1947 ses pick-up avec le modèle SB, qui fut très populaire auprès des forces d’occupation américaines. Au cours de la production de la deuxième génération de la Hino Briska, Toyota a conclu un partenariat avec Hino Motors et apporté des améliorations mineures au modèle. A partir de 1967,  le nom de ce véhicule mis à jour a été changé de Hino Briska à Toyota.  Le premier véritable pick-up Toyota Hilux portait le code châssis N10 et commence à être commercialisé à partir de 1968.

Hilux, comme «haut» et «luxe» !

Le nouveau Hilux (contraction de «haut» et «luxe») a adopté une construction à ossature séparée avec un wishbone / bobine double ressort suspension de l’essieu avant et  une suspension arrière à ressort rigide. Il a commencé sa vie comme un modèle à propulsion, à empattement court avec un moteur à quatre cylindres à essence de série R de 1,5 litre, une boîte de vitesses manuelle à quatre  mais a été élargi en avril 1969 pour inclure un modèle à long  empattement.  Une  version 1.6-litre est arrivée en février 1971 pour remplacer le moteur de base.  La capacité était de trois passagers,  côte à côte sur une banquette. Le marché nord-américain important pour Toyota est unique pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le véhicule n’était pas connu comme le Hilux, il a tout simplement été siglé «Toyota» afin de minimiser toute confusion sur son nom et son but.  Il a reçu une motorisation de 1,9 ou 2,0 litres, et la seule option de corps était le châssis à empattement court avec son lit d’1,85 m de long.

Une deuxième génération mieux outillée…

Sur la seconde génération, les dispositifs de sécurité allaient être améliorés avec des freins servo-assistées par des doubles maîtres-cylindres et des vannes de dosage de frein à détection de charge. Un modèle à empattement long avec un lit de chargement de 2.25m est finalement devenu disponible sur le marché nord-américain peu après le lancement. Une colonne montée sur boîte de vitesses manuelle à quatre vitesses était la configuration de transmission standard, mais il est désormais possible de choisir un changement de vitesse au plancher, ce qui a supprimé la banquette de trois personnes remplacée par deux sièges individuels. A partir de 1974, un modèle avec des spécifications supérieures a été présenté sur  certains marchés, offrant un moteur plus puissant R-series de 2,0 litres et l’option d’une boîte automatique de trois vitesses, le premier de son genre à être monté sur le Hilux. Ce mouvement vers le haut a également été reflété dans les États-Unis en 1975, où un plus grand moteur de 2,2 litres a été introduit, avec l’option d’une boîte de vitesses manuelle à cinq vitesses. C’est dans les années 80 que les versions doubles cabines et les modèles à transmission intégrale allaient apparaître. Le Hilux allait devenir encore plus polyvalent.

Indestructible…

L’émission automobile britannique Top Gear testa la réputation d’indestructibilité du Hilux. Un pick-up percuta un arbre, fut submergé par la marée montante, écrasé par une caravane, percuté par une boule de démolition, incendié, et finalement il fut posé sur le toit d’un immeuble de 73 mètres de haut, avant le dynamitage de celui-ci.

Malgré toutes ces épreuves, il fut à chaque fois réparé avec des outils de base et sans pièces de rechange et, à chaque fois, il redémarra et roula. Depuis, il sert de décor dans le studio de l’émission. L’émission ne s’arrêta pas là. Un Toyota Hilux conduit par Jeremy Clarkson et James May fut la première voiture à atteindre le pôle Nord magnétique au cours d’un épisode spécial de Top Gear. Il a, depuis, été cédé à un musée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *