Kia Carens : tout a changé, sauf le nom

Kia Carens : tout a changé, sauf le nom

Kia Motors Maroc (KMM) a le vent en poupe. Après de bons résultats en 2006, le représentant de cette marque coréenne a clôturé le premier trimestre 2007 en troisième position sur le marché -marocain- des voitures de tourisme importées, signant au passage la meilleure performance durant le mois de mars. Les mois qui viennent ne devraient que prolonger cette tendance haussière, d’autant plus qu’une nouveauté de taille arrive dans la gamme de KMM. Il s’agit du Carens dernière génération et plus précisément le troisième du nom. Et justement, si l’appellation est restée identique, le véhicule a subi une totale refonte, puisqu’il s’agit bien d’un «full model change» comme on dit selon le jargon des constructeurs automobiles.
A commencer par la ligne extérieure. Certes, le nouveau Carens conserve le profil général de son prédécesseur et une architecture de «breako-space», c’est-à-dire à mi chemin entre un break et un monospace. Mais avec ses nouveaux atours, cette nouvelle mouture fera assurément tourner plus de têtes… Plus expressive, sa face avant adopte des projecteurs plus grands et un bouclier agrémenté d’une large prise d’air. Le nouveau Carens moins timide qu’auparavant.
L’arrière est également original même si ses feux trahissent leur inspiration de la Cerato. Là encore, on apprécie le traitement un tantinet sportif du bouclier, «sculpté» par un «spoiler». De profil, le Carens joue résolument la carte du dynamisme (un «décroché» prononcé de la ceinture de caisse au niveau de la vitre de custode) et de l’élégance (baguettes chromées), annonçant d’emblée l’abondance de son équipement (jantes en aluminium de 16 pouces et barres de toit coulissantes sont de série). C’est beau, élancé et sans fioriture ni faute de mauvais goût.
Le même constat est encore plus palpable à l’intérieur. Très réussi, le dessin de la planche de bord est dans l’air du temps. Une modernité affichée à travers l’implantation en hauteur du levier de vitesse, la présentation de la console centrale et de ses diverses commandes, ou encore le frein de parking devenu automatique, via un bouton situé à gauche du volant. Plus de levier de frein à main donc, ce qui permet de dégager plus d’espace à l’avant et d’installer un accoudoir profond et doublement compartimenté. Un rangement parmi tant d’autres à bord de ce monospace truffé d’aspects pratiques: siège du milieu à banquette coulissante et dossiers inclinable, accoudoirs latéraux arrière, mini-bacs pour les passagers de la troisième rangée, porte-gobelets à l’arrière, diffuseurs d’air (climatisé) au niveau de la deuxième rangée, range-lunettes au plafond, tiroirs sous le siège passager avant…
Au passage, on soulignera que le Carens mesure désormais 4,55 mètres, soit 6 cm de plus que celui qu’il remplace. Ces quelques – précieux – centimètres lui autorisent ainsi la possibilité d’accueillir sept personnes à son bord. Sauf que ce n’est justement pas une possibilité ! La troisième rangée n’est pas une option, mais bien un élément structurel du véhicule et un argument comme on le verra plus loin. Et il est tout simplement bluffant de voir ces deux sièges supplémentaires se rabattre au plancher (ou l’inverse) avec autant de facilité. Un jeu d’enfant. Mais il serait objectif de reconnaître que le coffre ne cube un volume intéressant (400 litres) qu’en configuration cinq places, ce qui n’est – objectivement toujours – pas rédhibitoire, puisque c’est le même cas pour tous les monospaces compacts offrant 7 places.
Mécaniquement, le Carens importé n’est disponible qu’en Diesel. Un choix qui se justifie par la forte demande pour ce carburant, puisque le marché marocain est diésélisé à plus de 70%. Il s’agit en l’occurrence du 2.0 litres CRDi. Un moteur common-rail de dernière génération qui, fort de ses 140 chevaux (pour un couple de 300 Nm) et sa sobriété (6,2 l/100 km en consommation moyenne), devrait ravir son conducteur.
Cela nous pousse à parler -enfin- des équipements et de l’achat. Et là, les marketteurs de KMM ont plutôt vu juste : une seule dotation complète, pour un prix assez attractif. Sont ainsi disponibles : l’ABS avec répartiteur (EBD), le double airbag, la climatisation automatique, ordinateur de bord, l’autoradio CD (avec lecteur MP3), les rétroviseurs extérieurs rabattables électriquement, miroirs de courtoisie éclairés, système d’alarme, phares anti-brouillard, filet de retenu au plancher du coffre…, etc. Tout cela, pour un prix TTC de 235.000 DH. De quoi permettre au Carens de se faire bien des clients. A ce titre, les responsables de KMM ne donnent pas de chiffres ou de volume à atteindre. Ils font mieux en affichant formellement de hautes ambitions pour le Carens : détrôner les deux références du segment, à savoir Renault Scénic et Toyota Corolla Verso. Un pari audacieux, mais qui relève bien du réalisable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *