Kia Picanto LX Clim : La même en mieux

Kia Picanto LX Clim : La même en mieux

Petite futée, venue droit de Corée, la Kia Picanto s’est offert dernièrement une légère cure de jouvence destinée à prolonger son succès mondial (plus de 250.000 ventes sur le seul marché européen). Les designers coréens n’allaient donc pas défigurer cette petite. Pour autant, les fruits de ce restylage ne sont pas inapparents. D’ailleurs, il ne faut pas être très observateur pour constater les changements extérieurs. Déjà sympathique à l’origine, la face avant devient encore plus stylée en recevant des phares à projecteur rond. Le nouveau visage de la Picanto tient aussi à d’autres éléments redessinés comme le capot, la calandre et le bouclier, qui lui confèrent un tantinet d’agressivité. Le profil ne laisse voir aucun changement, si ce n’est l’adoption de nouveaux enjoliveurs de roues. L’arrière évolue moins, se limitant à des blocs de feux dont l’aspect quasi-vertical est «cassé» par la rondeur de deux pastilles.
Bref, la Picanto devient plus gaie tout en conservant son allure générale et ses proportions toujours lilliputiennes. C’est même son mini gabarit qui constitue son point fort.   
Certes, telle qu’elle est, la Picanto n’est pas destinée à une clientèle qui effectue strictement de longs trajets, mais elle reste quand même capable de prendre l’autoroute sans craindre de s’envoler au premier dépassement d’un autocar. En revanche, elle se faufile à merveille en ville, se joue des embouteillages dans les grandes artères, se gare facilement et ne trouve aucune difficulté à braquer en demi-tour dans une ruelle. Sous son capot, le petit 1,1 litre essence de 65 chevaux est largement suffisant pour affronter le trafic urbain au quotidien. Un moteur que l’on apprécie vite pour sa souplesse et son allant, mais qui perd un peu de sa discrétion dès lors que l’on persiste dans les montées en régime. Mais, la Picanto n’est pas du tout faite pour être conduite brutalement. En fait, sa vraie qualité mécanique se ressent à la pompe et partant au niveau du porte-monnaie. Car pour ceux qui l’ignorent encore, cette petite n’avale sur l’autoroute que 4,9 litres de sans-plomb aux100 km. Un appétit d’oiseau qui fait que malgré son petit réservoir (35 litres), la Picanto dispose d’une autonomie pouvant atteindre 700 km ! On apprécie aussi la légèreté de la direction assistée et les suspensions assez bien tarées pour offrir un minimum de confort. Mais au volant, le conducteur se voit surtout gratifié d’un habitacle plus sympa. La planche de bord a été remodelée avec des matériaux qui améliorent la qualité perçue. Les nouveaux compteurs adoptent un éclairage rouge orangé, ce qui améliore la lisibilité du combiné d’instrumentation. Dans la même veine, l’équipement s’est principalement enrichi d’une autoradio (d’origine) à lecteur CD frontal. Un accessoire qui devient standard sur toutes les versions. Notre modèle d’essai, lui, était doté de la finition intermédiaire, la LX Clim. Comme son nom l’indique, cette dotation ajoute notamment la climatisation aux autres équipements, parmi lesquels on pourrait citer les vitres électriques avant, les phares anti-brouillards ou encore un range-lunettes au plafond. Côté habitabilité, cette petite n’est clairement pas destinée à un couple senior ayant trois grands adolescents. Pour autant, elle satisfera les jeunes mariés, qu’ils aient ou nom un bébé. Et au final, la Picanto LX Clim ne fait pas cher payer toutes ses qualités, puisqu’elle ne revendique que 98.400 DH (TTC), auxquels s’ajoutent les frais d’immatriculation. Bref, à environ 100.000 DH clé en main, cette voiture gaie et moderne reste une bonne affaire. On comprend alors les motivations et la satisfaction des quelque 10.000 clients marocains qui l’ont déjà achetée et adoptée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *