Kia Stinger: Le Grand Tourisme à la touche coréenne

Kia Stinger: Le Grand Tourisme à la touche coréenne

Il fut un temps où les clients étaient généralement plus séduits par l’attrait des prix et les avantages qui accompagnent l’achat. Mais cela c’était avant. Aujourd’hui les temps ont changé.

Les demandes et les attentes aussi. Les clients sont plus friands de nouveautés, de robustesse et de tout ce qui rend la marque différente des autres. Les modèles de Kia se sont peu à peu affirmés jusqu’à imposer un caractère qui leur est propre. Et la nouvelle Stinger représente une fierté du constructeur coréen.

Le coréen «dévergonde» le modèle haut de gamme

Plus qu’un premier véritable modèle haut de gamme, la Stinger semble surtout symboliser le début d’une nouvelle ère pour le constructeur coréen, sous le signe d’une distinction pleinement assumée.

Une voiture qui, en plus de représenter le premier véritable modèle sportif de Kia, prend une dimension assez symbolique. Et ce n’est certainement pas Grégory Guillaume, chef du design de Kia Motors Europe, qui dira le contraire : «Je pense que Stinger va révolutionner la façon dont les gens voient la marque».

Des propos qui sont loin d’être exagérés. Le grand coupé quatre portes fait des effets. Les photos évoquent une certaine Optima grandement revisitée, mais en réalité, entre les deux, il n’y a pas photo. Stinger lorgne impitoyablement vers des références premium et c’est le chef du designer qui le confirme à nouveau : «Les proportions étaient très importantes et l’on voulait que la voiture soit très large et basse». Le designer avoue même s’être inspiré des modèles Grand Tourisme des années 70 : «J’avais en tête notamment la Maserati Ghibli, qui était pour moi le summum du Grand Tourisme et je voulais retrouver avec la Stinger une interprétation moderne de tout ça, mais avec quatre portes»

Une fiche technique alléchante

Le faciès de la nouvelle Kia Stinger demeure à la fois la partie la plus réussie et celle qui attire le plus avec la fameuse calandre entourée d’optiques effilées. L’arrière semble en revanche plus écrasé, notamment par ses lignes qui prolongent les feux arrière sur les ailes et les baguettes chromées qui descendent du toit, comme sur la berline Optima. Dans les détails, avec 4,83 m de long, la Kia Stinger est un peu plus courte que cette dernière (-3 cm), mais elle offre bien autant d’espace à l’intérieur, grâce à un empattement plus long (2,90 m). Le traitement de l’habitacle se démarque pratiquement de façon intégrale de la culture Kia pour s’imposer comme un vrai premium à part entière. Ainsi, la planche de bord se pare de cuir étendu sur sa partie centrale comme le rapporte le site spécialisé autonews.fr.

Une authentique sportive

Il ne faudrait pas limiter le rôle de la Stinger à celui de simple vaisseau amiral. Avec une approche technique inédite au sein de la marque, elle prétend être également une authentique sportive. Cette voiture garde la particularité d’être effectivement la première propulsion produite par Kia (quatre roues motrices en option) et devient également la plus performante jamais produite par la marque (0 à 100 km/h en 5,1 s) grâce à son V6 3.3 turbo de 365 ch.

A noter que, en plus de ce «gros» V6 et du quatre cylindres 2.0 turbo de 255 ch dévoilés lors du récent salon de Detroit, un 2.2 diesel de 200 ch complètera la gamme sur le marché européen.

Pour ceux qui douteraient malgré tout des qualités dynamiques et de son comportement routier, sachez qu’un ancien de chez BMW du nom d’Albert Biermann s’était lui-même occupé du développement du châssis et des suspensions. De quoi rassurer les plus critiques.

En attendant sa commercialisation à l’automne prochain, il sera déjà possible de l’admirer lors du Salon de Genève au mois de mars.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *