La Fiat 500, la «souris» la plus célèbre de l’histoire… après Mickey Mouse

La Fiat 500, la «souris» la plus célèbre de l’histoire… après Mickey Mouse

Pour ce premier numéro, nous vous proposons de revivre l’épopée d’une voiture qui a fait, et qui fait toujours, le bonheur de milliers d’automobilistes. Celle qu’on appelait «Topolino», petite souris en italien, ou plus sobrement la «Cinquecento». Il était une fois… la Fiat 500. La genèse de la Fiat 500 démarre au début du 20ème siècle, précisément en 1915, lorsque le bureau d’étude du constructeur italien décida de travailler sur un projet de mini-voiture. Un projet qui n’aboutira finalement pas. Deux autres projets y succédèrent, en 1919 et 1920, également sans succès. L’élaboration de la petite voiture se poursuivit alors sans enthousiasme, jusqu’en octobre 1932, quand Benito Mussolini (leader mythique du parti fasciste italien) demanda des nouvelles de la fameuse petite voiture, lors d’une visite improvisée dans l’usine Fiat du Lingotto, à Turin. Le projet fut réamorcé sur le champ, et c’est le sénateur Giovanni Agnelli, fondateur de Fiat, qui lança le défi à ses ingénieurs, en exigeant une nouvelle voiture à produire en grande série. Pour Mussolini et Agnelli, il était impératif de motoriser la population, afin d’augmenter sa productivité et surtout afficher la supériorité industrielle du pays.
Il fallait donc une voiture à la fois pour le travail et les loisirs, mais qui ne devait pas coûter plus de 5.000 lires. A l’époque, c’était l’équivalent d’une année de salaire pour un ouvrier de base des usines Fiat, tout en sachant que la voiture la moins chère du marché coûtait environ 11.000 lires.
Les concepteurs (Antonio Fessia et Tranquillo Zerbi) se remirent aussitôt au travail, et c’est ce même Fessia qui confia la mise au point du projet à Dante Giacosa, un jeune ingénieur qui l’avait secondé dans la conception de plusieurs projets. En quelques mois, Dante Giacosa remit les esquisses du nouveau projet. La direction générale de Fiat fut satisfaite et a alors autorisé la réalisation des prototypes. Les tests et essais sur route ont, eux, duré presque un an et demi. Le 15 juin 1936, la Fiat 500-A «Topolino» fut présentée au Salon de Turin et mise en vente au public dans les concessions Fiat en Italie à 8.900 lires, vingt fois le salaire mensuel d’un ouvrier. En France, elle fut construite chez Simca, sous le nom de Simca 5, et en Allemagne chez Fiat-NSU. A noter que la même année en Allemagne, Porsche réalisait les premiers prototypes de la future Coccinelle, mais n’avait pas encore concrétisé son projet. La Fiat 500 «Topolino» remporta donc le succès escompté, bien que sa fabrication ait été bridée durant la Deuxième Guerre mondiale. Elle sera relancée après 1945, avec la série C jusqu’en 1955, en Italie comme en France, où elle s’appelait Simca 5 d’abord, puis Simca 6.
C’est ainsi que commençait alors l’aventure, pour ce qui allait devenir l’une des voitures les plus connues, vendues et surtout appréciées de l’histoire de l’automobile contemporaine.

Historique :
• 1936 : Présentation de la Fiat 500 A le 4 juillet au Salon automobile de Turin.
• 1957 : La première série de la Nuova 500 est dévoilée au Salon de Turin.
• 1958 : La puissance du moteur est portée à 15 cv, le modèle Super fait son apparition. En juillet, le modèle Sport est présenté, avec un moteur de 499,5 cm3, 21,5 cv et une vitesse de 105 km/h.
• 1959 : Tous les modèles sont disponibles avec le toit ouvrant ne découvrant que les places avant.
• 1960 : La Nuova 500 devient la 500 D et reçoit un moteur de 499,5cm3 et de 17,5 cv dérivé de celui de la Sport.
• 1961 : Les essuie-glaces sont à retour automatique et la planche de bord reçoit un bourrelet de protection.
• 1963 : Apparition de points de fixation pour les ceintures de sécurité avant. Les ressorts de suspension reçoivent une lame supplémentaire (6 au lieu de 5).
• 1966 : La Fiat 500 franchit le cap des 1.500.000 unités en octobre.
• 1968 : C’est la 500 L. Un L pour «Luxe»
• 1972 : Présentation de la 500 R. Le dernier modèle de Fiat 500, avec un nouveau sigle de calandre, et des jantes de 126.
• 1975 : Plus de 3,6 millions de véhicules ont été vendus. C’est aussi l’année où la Fiat 500 prendra sa retraite, concurrencée par un nouveau modèle du même constructeur : la Fiat 126.
• 2007 : Lancement de la nouvelle Fiat 500 le 4 juillet à Turin. 51 ans, jour pour jour, après son lancement en 1936. La petite «Cinquecento» revient en grande pompe, et le succès ne se fait pas attendre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *