La marque aux chevrons perd un manager de renom

La marque aux chevrons perd un manager de renom

L’annonce est officielle puisqu’elle émane de la ministre française de l’Economie Christine Lagarde. Celle-ci a déclaré, lors d’une conférence de presse tenue la semaine dernière à Paris : «Gilles Michel a accepté la responsabilité d’être le directeur général de ce fonds». Pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, Gilles Michel est ce brillant manager qui avait jusqu’ici les rênes de Citroën et qui a été nommé directeur général du Fonds stratégique d’investissement par son Conseil d’administration. Créé à l’initiative du président Nicolas Sarkozy et doté de 20 milliards d’euros, ce fonds vise à soutenir le développement des PME en croissance ou en difficulté et à «sécuriser» le capital des grandes entreprises de l’Hexagone et les préserver contre d’éventuelles actions hostiles venant de l’étranger. «La compétence industrielle de Gilles Michel, acquise pendant 20 ans chez Saint-Gobain puis chez PSA Peugeot Citroën depuis 2001, est un atout pour mener à bien la mission de ce fonds destiné à soutenir l’économie française, et notamment son industrie, dans cette période de crise», a souligné pour sa part le constructeur automobile dans un communiqué.
C’est donc l’expérience de l’ex-patron de Citroën qui a plaidé en faveur de sa nomination à la tête de cette institution. Agé de 52 ans, ce polytechnicien et diplômé de Sciences-Po, a démarré sa carrière en 1979, en tant qu’assistant à l’Ensae (Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique). Trois ans plus tard, il s’en va à Washington DC où il occupe le poste d’«économiste industriel» à la Banque mondiale. En 1986, il revient en France et entre chez Saint-Gobain où il gravit différents échelons et fonctions, jusqu’à en devenir directeur général de la division «Céramiques Electrofondues» (entre 1994 et 1997), puis P-dg d’une filiale installée aux USA (Ball Foster Glass Co), à Indianapolis (de 1997 à 2000). En 2001, il devient membre du comité de direction du groupe Saint-Gobain, mais pas pour longtemps, puisqu’en octobre 2002, il intègre le groupe PSA 2002 en qualité de directeur des plates-formes, des techniques et des achats. Les années passent, puis vient le 6 février 2007, date à laquelle il succède à Claude Satinet à la tête de Citroën et fait ainsi son entrée dans le Directoire de PSA. Durant ses années de services, Gilles Michel aura fait beaucoup pour son groupe. Ce dernier aura à la fois renoué avec la croissance (depuis 2007), mais aussi amélioré sa qualité de service, puisque Gilles Michel avait chapeauté –à un moment donné– toute l’activité après-vente du groupe. Mais pour de nombreux observateurs extérieurs, cet homme aura surtout sensiblement œuvré et parachevé un processus capital pour l’avenir de Citroën : le rajeunissement de son image auprès de la clientèle. Il n’y a qu’à voir la gamme de ses modèles actuels et en particulier la nouvelle C5. Quant à son remplacement et «en attendant la nomination d’un successeur, c’est Christian Streiff, le patron de PSA, qui assurera temporairement la direction générale de Citroën», a-t-on précisé dans un communiqué.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *