La MINI cartonne et l’Aveo résiste !

La MINI cartonne et l’Aveo résiste !

La Chevrolet Aveo obtient 5 étoiles en crash-tests
L’Aveo, citadine de Chevrolet, également vendue en Europe sous le badge de Daewoo Kalos, a été «crashée» aux Etat-Unis par le célèbre organisme public américain équivalent à l’EuroNCAP, la NHTSA (United States Department of Transportation’s National Highway Traffic Safety Administration). Et, bonne surprise, l’Américano-Coréenne a obtenu 5 étoiles (le score maximal) lors de l’épreuve de collision frontale, et ce qu’il s’agisse des versions quatre ou cinq portes. Projetée de face sur un mur de béton à une vitesse de 56 km/h, l’Aveo a révélé une très bonne protection du conducteur et du passager lors d’impacts frontaux. Ces bons résultats tiennent en grande partie à l’emploi d’acier à haute résistance pour environ 46 % de la carrosserie. Qui a dit que les voitures offrant un bon rapport qualité/prix n’étaient pas sûres en cas d’accident ?

Deux «zéros» pour appeler les futures Peugeot
C’est connu, chez Peugeot, l’identification des modèles de voitures se fait par une numérotation avec un 0 central (504, 205, 306, 307, 607, 407, etc). Sauf que, pour répondre à une fragmentation des marchés, nécessitant la réponse par des produits à spécificité forte, Peugeot a décidé d’élargir son système d’appellation en dédoublant le 0 central. Le premier chiffre indique la famille du véhicule, sa taille dans la gamme, tandis que le second (systématiquement un 0) est le maillon qui relie le chiffre d’appartenance à une famille à celui de sa génération. Quant au troisième numéro, il renvoie à la génération du modèle. De ce fait, ce système permettra une identification quasi-infinie puisque, le moment venu, il autorisera une reprise de la numérotation depuis le début. Le premier modèle qui inaugurera cette numérotation à quatre chiffres sera la 1007, qui fut proclamée au départ comme étant la future 107. Une citadine attendue pour la fin de l’année.

Audi RSQ, Will Smith au volant !
Dans le registre «l’automobile et le cinéma», on connaît «Bullit», alias Steve McQueen et sa Ford Mustang de 1968 et plus récemment, «Minority Report», dans lequel Tom Cruise conduit un coupé bizarroïde élaboré par Lexus.
Dernier en date à s’adonner à ce jeu, Audi, vient de présenter tout récemment au Salon de New York le concept RSQ. Très inspiré de l’étude de style LeMans Quattro, ce bolide sera en effet conduit prochainement par l’inspecteur Spooner, allias Will Smith, dans le film «I, Robot». Le RSQ arbore un design résolument futuriste avec des lignes fluides et épurées, de grandes sphères remplaçant les roues et des portes à ouverture en élytres vers l’arrière. Mais surtout, la face avant affiche fièrement la fameuse calandre verticale, trait principal caractérisant les nouvelles Audi. Le film, qui sortira en été prochain, est une fiction se déroulant en l’an 2035 et mettant en scène une lutte contre une menace qui pèse sur toute l’humanité.

Pour chaque SLR, un «chrono» est offert !
Pour tout achat d’une Mercedes SLR McLaren, un cadeau est offert. Mais pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit d’une sublime montre signée TAG Heuer. La marque à l’étoile a, une fois de plus, choisi le maître horloger suisse pour concevoir cette montre chronographe, dont certains détails trouvent leur inspiration dans le design du coupé SLR.
C’est le cas des deux barrettes placées sur les côtés du cadran et évoquant les ouies d’aération situées sur les ailes du bolide. Idem pour le dessin intérieur très proche des compteurs que l’on retrouve sur le tableau de bord du coupé, ou encore des deux boutons du chrono séparés par l’inscription «SLR». Le mécanisme, à mouvement automatique, inclut également la fonction de chronomètre annoncée comme ultra-précise et avec une fréquence de 36.000 tours par heure. A noter que l’acquisition de cette montre ne peut se faire que par l’achat du coupé SLR. Pour preuve, elle ne figure pas sur le catalogue des produits de la «Boutique Mercedes». Car, selon les responsables de la marque, cette belle pièce doit rester aussi exclusive que le coupé lui-même. Encore faut-il disposer des quelques 450.000 euros (comptez presque le double en dirham, au Maroc) pour pouvoir être -l’heureux- acquéreur de cette digne descendante des flèches d’argent.

MINI : 100.000 clients en Angleterre !
Deux ans et demi après son lancement au Royaume-Unis, la MINI a atteint le volume de 100.000 unités vendues sur le seul territoire britannique. De ce fait, la citadine du groupe BMW dépasse ses prévisions initiales, qui étaient fixées à 25.000 voitures par an. Et, malgré le fait que l’usine locale, basée à Oxford, ne pensait pas produire plus de 100.000 Mini annuellement, les chaînes de montage ont réussi à en fabriquer quelque 176.000 unités en 2003.
Une véritable prouesse rendue possible grâce à une meilleure répartition des tâches entre les équipes, à la flexibilité du temps de travail et à l’optimisation de la productivité. C’est ce qu’a affirmé Trevor Houghton-Berry, directeur général de la marque au Royaume-Unis, très fier de ces résultats. Comme quoi, même après être passée sous la houlette de BMW, MINI a conservé tout son capital sympathie dans son pays d’origine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *