La voiture électrique finirait par s’imposer

La voiture électrique finirait par s’imposer

Les véhicules électriques pourraient représenter deux tiers du parc automobile d’ici 2030 dans les grandes agglomérations à haut revenu de la planète du fait de normes plus strictes sur les émissions polluantes, d’une baisse des coûts technologiques et de l’engouement des consommateurs, montre une étude publiée mardi.

Le coût d’un «pack» de batteries lithium-ion a chuté de 65% en cinq ans, pour tomber l’an dernier à 350 dollars (317 euros) le kilowatt/heure, contre 1.000 dollars en 2010. Il devrait tomber à moins de 100 dollars dans les dix ans à venir, selon l’étude du cabinet de conseil McKinsey et de Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Toutefois, la popularité croissante des véhicules électriques n’est pas sans risque pour le secteur automobile, ajoute-t-elle.

«Le secteur automobile est confronté à un avenir qui pourrait différer sensiblement de son passé et pourrait devoir envisager d’évoluer d’un modèle basé sur la seule propriété du produit à celui d’un prestataire de services de transport», poursuit l’étude.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *