Land Rover : la triple offensive

Land Rover : la triple offensive

Le Groupe Smeia n’est pas que l’importateur des marques BMW-Mini et Mazda. Il a aussi dans son portefeuille multimarques la «carte» Land Rover. Une marque qui présente un fort potentiel de croissance et qui se veut de plus en plus distinctive depuis son repositionnement stratégique en tant que constructeur strictement limité aux véhicules tout-terrain, mais résolument étiqueté haut de gamme. Et plus que jamais, sa nouvelle gamme correspond à cette philosophie, comme en attestent les versions 2010 des Discovery4, Range Rover Sport et Range Rover. Un trio qui vient d’intégrer le catalogue de Smeia et qui devrait entretenir la dynamique commerciale qu’a connue la marque durant ces dernières années. Un optimisme réaliste qu’affiche clairement Rachid Fadouach, directeur général adjoint de la Smeia en déclarant: «Nous sommes ravis de pouvoir offrir à notre clientèle la nouvelle gamme de Land Rover, et sommes particulièrement fiers du nouveau Discovery 4 qui a gagné en puissance et en raffinement, suscitant un accueil unanime dans le monde. Nous sommes convaincus que ces nouveaux véhicules répondront aux fortes attentes de la clientèle marocaine, tout comme l’ont fait leurs prédécesseurs, contribuant ainsi à augmenter nos parts de marché». Et si le Discovery4 est le seul à avoir subi une totale refonte, avec au sortir un look vraiment inédit, les deux autres modèles ne sont pas en reste. Mais les améliorations qui leur ont été apportées sont profondes.
Esthétiquement tout d’abord. Range Sport et Range Rover profitent (comme le Discovery4) d’une face avant subtilement retouchée : nouvelle calandre, bouclier redessiné et projecteurs remarquablement criblés de diodes (LED). Ces nouveaux Range deviennent identifiables pour les conducteurs qui les précèdent aussitôt que ces derniers jettent un coup d’œil dans le rétroviseur… Evolutions (sans révolutions) même pour ce qui est des présentations intérieures, avec de nouvelles ambiances, coloris et choix des matériaux. Une mention bien spéciale va à la finition «Autobiography» qui coiffe exclusivement la gamme Range Rover et se distingue de l’extérieur par des prises d’air et des jantes de 20 pouces spécifiques, puis dans l’habitacle par un habillage bi-ton en cuir haut de gamme. 
Au-delà des apparences, ces nouveaux «Land» restent d’authentiques franchisseurs. Merci au système «Terrain Response» qui leur permet d’évoluer sur pratiquement tous les terrains et qui gère à son gré le couple moteur entre chaque roue en fonction de son adhérence. Mécaniquement, c’est de montée en puissance qu’il serait plus adéquat de parler. D’abord, avec l’arrivée du nouveau V8 essence. Un bloc de 5.0 litres de cylindrée, gavé d’un compresseur (d’où le nom Supercharged) et développant la puissance colossale de 510 ch, pour un couple de 625 Nm ! Ensuite, du côté des diesel, le TDV8 est toujours sous le capot du Range Rover, tandis que le Range Sport reçoit le nouveau 3.0 litres TDV6 (à Turbo séquentiel), puissant de 245 ch. Un bloc qui, comparé avec celui qu’il remplace (le 2.7 l diesel) délivre 29% de puissance et 36% de couple en plus, tout en réduisant ses émissions de CO2 de 8,3%. Bref, l’efficience énergétique a clairement été un axe de travail pour les ingénieurs de Land Rover. Et au final, ce sont toutes ces qualités qui devraient séduire la clientèle marocaine des 4×4 à l’Ovale verte. Pour rappel, Land Rover a connu une croissance significative et continue en Afrique du Nord durant ces quatre dernières années et en particulier au Maroc où ses livraisons ont progressé de 5% en 2009 et ce, malgré une contraction du petit marché des 4×4 haut de gamme. Le sérieux et le professionnalisme des gens de la Smeia y sont certes pour beaucoup. Mais, bien loin de ce groupe, un homme suit de très près l’évolution de Land Rover. Il s’agit de Badreiddine Mansouri (photo ci-dessus), directeur régional des ventes de Land Rover (et Jaguar) en Afrique du Nord. Un «area manager» comme on dit dans le métier, fermement résolu à faire progresser la marque dans des marchés dits non-traditionnels, comme ceux du Maghreb. Et lorsqu’on apprend que les ventes de Land Rover approchent déjà le cap des 100 unités au terme du premier trimestre 2010, tout laisse penser que ce jeune Marocain, basé à Dubaï et occupant un poste de responsabilité chez Jaguar-Land Rover, est en passe de réussir son pari. «Nous sommes fiers de lancer la gamme la plus avancée, aboutie et luxueuse de notre histoire sur le marché nord-africain», a-t-il déclaré à l’occasion de ce lancement. Et en plus, il parle très bien !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *