L’Auto Shanghai 2011 : Vitrine du nouvel Eldorado

L’Auto Shanghai 2011 : Vitrine du nouvel Eldorado

La Chine étant désormais le premier marché automobile mondial, aucun des grands constructeurs n’a manqué le salon de Shanghai, qui a débuté la semaine dernière. Cette biennale, qui se tient en alternance avec le salon de Pékin, fait partie de ces exhibitions hors normes. Quelques chiffres pour s’en convaincre? Près de 2.000 exposants, plus de 1.100 véhicules exposés, occupant une superficie de 230.000 m2 à travers 13 halls. Maintenant, que retiendra-t-on de cette édition ? Au moins trois faits marquants. D’abord, une offensive «produits» tous azimuts de la part des marques locales. À titre d’exemple, le groupe chinois Geely (propriétaire de Volvo) a présenté pas moins de 37 nouveautés badgées de ses différentes marques (Geely, Englon et Emgrand). Parmi elles, citons notamment la Gleagle EK-2 (100% électrique) ou encore, l’Englon SX5 (SUV compact). Ensuite, cette série de grandes révélations réalisées par les constructeurs étrangers. Qu’il s’agisse de modèles de série ou de concept-cars, des nouveautés comme l’Audi Q3, la BMW Concept M5, la Citroën DS5, la nouvelle Volkswagen New Beetle ou encore, le Concept Universe de Volvo, ont carrément créé la surprise à Shanghai. S’agissant des marques françaises, le groupe PSA a frappé fort. D’abord, en ayant mis en place toute une filiale locale (dirigée par Grégoire Olivier). Ensuite, en ayant dévoilé des modèles étonnants comme l’étude de style SXC de Peugeot et la future DS5 de Citroën. À l’inverse et au passage, on remarquera que Renault est l’un des rares grands constructeurs généralistes à se contenter de si peu : 14.000 ventes en 2010 sur un marché de presque 14 millions de voitures. C’est moins que ce que vend sa filiale au Maroc ! Enfin –et c’est le troisième fait marquant–, le monde entier l’aura clairement compris : l’avenir de l’automobile électrique est en Chine ! Et pour cause, la propulsion électrique fait partie depuis longtemps de la culture chinoise. En effet, une très grande partie du parc des vélos et des scooters est électrique et, question infrastructures, la Chine a un temps d’avance (par rapport au reste du monde) sur la normalisation des prises pour recharger les voitures. Le consommateur chinois est non seulement bien informé sur la technologie des batteries, mais il est aussi prêt à faire le grand saut vers l’automobile électrique. C’est d’ailleurs à cela qu’a fait allusion le patron de la filiale chinoise de General Motors, Kevin Wale, en déclarant à l’AFP que «200 millions de Chinois conduisent des scooters électriques et connaissent les limites des batteries, savent les charger pour ne pas tomber en panne». Plus surprenant, les experts et analystes internationaux prédisent que la Chine pourrait écouler jusqu’à un million de véhicules électriques d’ici 2015 ! C’est-à-dire dans pas très longtemps.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *