Le Conservatoire Citroën : Un « Panthéon automobile » le «Panthéon» des chevrons

Le Conservatoire Citroën : Un « Panthéon automobile » le «Panthéon» des chevrons

C’est en novembre 2001 que Citroën a inauguré le «Conservatoire», une sorte de Panthéon qui regroupe la quasi-intégralité de sa production, depuis sa création en 1919. Situé aux abords d’un site industriel de PSA à Aulnay-Sous-Bois (région parisienne), ce haut-lieu de l’automobile Citroën s’étend sur une surface couverte de 6.500 m2 et abrite sous son toit plus de 300 modèles frappés des deux chevrons. Un logo, ayant lui-même évolué au fil des décennies, comme on a pu le découvrir sur place. Car, là-bas, il n’est pas d’objet ou de document industriel ou publicitaire qui ne soit pas intrinsèque à l’histoire de Citroën et aux gènes qui lui sont toujours propres.
Mais malgré la présence de toutes ces belles voitures d’antan, il ne s’agit pas d’un musée. Car, à la différence de ce dernier, le Conservatoire Citroën n’est pas ouvert de façon permanente au grand public. Seules quelques visites ponctuelles peuvent être organisées pour les journalistes, quelques clients privilégiés et autres célébrités du secteur automobile ou de la compétition. “Un regret !“, diront certains, beaucoup même…
Eclairés par les commentaires et explications de l’un des responsables de la marque, on commence notre découverte par le modèle “Type A“, première voiture dans l’histoire de Citroën. Mais c’était aussi le premier modèle européen construit en grande série. Avant de croiser des modèles aussi emblématiques que la DS, la 2 CV, ou encore la traction avant, on fait connaissance de certaines Citroën plus exclusives telles qu’une autochenille (la B2) surnommée “Scarabée d’or“ qui avait traversé le Sahara en 1922, lors d’une expédition qui fut la première liaison automobile transsaharienne.
Pas loin, quelques déclinaisons sportives, comme la ZX Rallye Raid (cinq fois victorieuse au Dakar), viennent rappeler les précédentes gloires de Citroën en compétition. Plus loin, ce sont de magnifiques études de style et autres prototypes qui sont regroupés dans un coin tels que la Xanae (concept préfigurant la Xsara Picasso) ou encore le C-Air Dream… Ces véhicules aux allures futuristes démontrent eux aussi tout le talent du design Citroën.
Difficile ensuite d’assimiler, retenir et évoquer tout ce que l’on a pu voir lors de cette visite dans le plus grand des garages rétros de Citroën dans le monde. Voir toutes ces Citroën disposées sous un seul toit est pour le moins impressionnant. C’est aussi un formidable témoignage de tout le savoir-faire de la marque, un siècle d’innovation : de la carrosserie monocoque autoporteuse aux premiers phares directionnels, en passant par la suspension pneumatique. A croire même que l’âme de monsieur André, le père fondateur de la marque aux chevrons, règne en ange gardien sur toutes ces belles Citroën d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

• DNES à Paris, Jalil Bennani

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *