Le marché de l’automobile en petite santé : Le premium sous-performe

Le marché de l’automobile en petite santé : Le premium sous-performe

Le segment des VUL paraît, quant à lui, en forme. Cette évolution est tirée par le tourisme et le transport personnel ainsi que le mini pick-up.

Le marché de l’automobile fait grise mine. En effet, l’année 2019 a été marquée par un coup de froid qui se traduit par la baisse de -6,5% poussée par le segment des véhicules particuliers (VP) qui a enregistré un recul de -9,1%, à en croire le bilan de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam) pour 2019. Dévoilé lors d’une conférence qui s’est déroulée à Casablanca le 6 janvier 2020, le segment des véhicules utilitaires légers (VUL) paraît, quant à lui, en forme. Cette évolution est tirée par le tourisme et le transport personnel ainsi que le mini pick-up. Dans ce schéma, l’occasion reste un marché actif. Parmi les faits marquants de l’année 2019, le SUV devient durant le 1er segment du marché et celui qui décroît le moins. Du côté du premium, il affiche pour la 1ère fois une sous-performance par rapport au marché général.

Ainsi, les ventes du premium représentent 9% des ventes totales du VP, en baisse de 0,9 point. La baisse du premium a été plus forte que celle des ventes généralisées en 2019. Toutes les marques dans ce segment sont en baisse excepté Volvo (0,7 %) et Lexus (67 %). Pour ce qui est du marché des énergies renouvelables, celui-ci reste marginal. En termes de croissance par ville, il se trouve que celle-ci est inférieure à la moyenne nationale pour la deuxième année consécutive dans les 4 grandes villes du Royaume. Concernant le profil client, il garde globalement les mêmes caractéristiques excepté l’apport qui diminue en raison du recul du crédit gratuit. Lors de cette conférence de presse l’Aivam a donc mis en exergue les principaux faits marquants de l’année 2019 et l’évolution du marché de l’automobile sur cette période. Les détails

165.918 unités écoulées en 2019

Le marché de l’automobile a clôturé l’année 2019 avec un total des ventes des voitures neuves atteignant 165.918 unités enregistrant une régression par rapport à l’année 2018 (177.379 immatriculations), qui avait connu une hausse de 5,2 % par rapport à 2017. Ainsi, 148.189 véhicules particuliers (VP) ont été vendus en 2019 représentant une baisse de -9,1 % par rapport à 2018. Pour les véhicules utilitaires légers (VUL), les statistiques de l’Aivam font état d’une forte progression des VUL. Au cumul, 17.729 unités ont été écoulées, en croissance de 24,14% comparativement à 2018. Le dernier mois de l’année 2019 compte 21.925 unités vendues (VP+VUL) enregistrant un léger recul de -2.78 % comparé au mois de décembre 2018. Pour 2020, l’Aivam prévoit une croissance de marché timide (5 à 6 %), le retour de la subvention taxi devrait apporter 3 points de croissance et l’organisation d’un salon en juin pour dynamiser le marché.

Renouvellement parc taxis, importations des véhicules d’occasion, changement de propriétaires…

Depuis quelques années, il y a une dynamique du renouvellement du marché des taxis. En 2016, il y a eu 9.700 taxis qui ont été renouvelés en 2016, ils sont 2.140 taxis renouvelés en 2019, en baisse de 52%. «C’est dû au programme de subventions du ministère de l’intérieur arrêté en début d’année et qui a repris à partir de décembre mais dans des quantités très limitées», explique Adil Bennani, président de l’Aivam, soulignant que rien qu’en 2019, 2.400 unités de moins ont été enregistrées. En termes d’immatriculations (toutes les cartes grises sont sorties), il y en a eu 260.006 qui ont été enregistrées en 2018 et 243.876 unités en 2019, en baisse de 6,5%. Dans ces nouvelles cartes grises, il y a les importations de véhicules d’occasion (VO) qui sont limités à 5 ans excepté pour les Marocains résidant à l’étranger, d’où quelques importations de VO de plus de 5 ans.

Au total, les importations de VO représentent 13.490 véhicules en 2019 en croissance de 6,7% (12.640 VO en 2018 et 13.321 VO en 2017). Le plus de 5 ans est estimé à près de 7.000 véhicules en 2019. En termes de mutations (à savoir l’échange de propriétaires de cartes grises), 612.312 véhicules ont changé de propriétaire courant 2019 en croissance de 5% (592.016 mutations en 2018). Globalement, le VO se porte bien avec des importations en hausse sur le plus de 5 ans et des mutations en expansion, explique Adil Bennani. Par marques, Volkswagen, Mercedes, Audi, Renault et Peugeot sont respectivement dans le top 5 des véhicules d’occasion importés.

44,4% de part de marché dans le VP pour le Groupe Renault en 2019

Dans un marché en repli, le Groupe Renault tire son épingle du jeu. Il est en tête du peloton avec une part de marché de 44,4%. On note une baisse des ventes généralisée dans le Top 10 à part Hyundai et Citroën qui s’affichent dans le vert avec une hausse de 1 et 8% respectivement. Dans le top 10 on trouve par ordre de volume de ventes en 2019 : Dacia (-8 % en 2019 comparé à 2018), Renault (-6 %), Peugeot (-4%), Hyundai (1%), Volkswagen (-18%), Citroën (8%), Fiat (-31 %), Toyota (-7%), Nissan (-33 %), et Ford (-46 %). D’autres marques qui ne sont pas dans le Top 10 connaissent une embellie (4,5%). Du côté du VUL, Renault cède la tête à l’utilitaire Ford (14,7% de part de marché pour Ford contre 14,5% pour la marque française). Pour le VUL, l’année 2019 a également été marquée par l’entrée de DFSK qui se hisse à la 3ème position dans le top 10 des véhicules utilitaires légers. Par croissance mensuelle, l’Aivam explique que malgré un pic de croissance en mars 2019 pour les VP, le premier semestre s’est caractérisé par une forte tendance baissière renforcée par l’absence de l’Auto expo en avril. De même, le sursaut des ventes en décembre a permis au marché de se ressaisir sans toutefois affecter la baisse globale. Pour ce qui est de la croissance mensuelle des ventes pour le VUL, l’association relève une très bonne performance du segment qui s’est caractérisé par une croissance à deux chiffres pendant toute l’année 2019 excepté pour le mois de mai qui a connu une baisse. S’agissant de l’effet «Auto expo», l’année 2019 a été l’année la moins performante des dernières années malgré le regain d’activité tardif en fin d’année.

Motorisation : Les Marocains préfèrent de loin le diesel !

La part du diesel n’a pratiquement pas changé malgré un léger repli par rapport aux deux dernières années (93%). Les ventes des véhicules hybrides/électriques progressent mais demeurent marginales (1.417 véhicules vendus en 2019 contre 1140 en 2018). Dans cette perspective, l’Aivam appelle à établir une véritable feuille de route à l’échelle du pays pour développer les énergies alternatives pour le secteur.

Par profil acheteur, l’association s’est appuyée sur les organismes de financement. Il en ressort que les hommes sont les premiers acheteurs des véhicules (63%) en 2019, en baisse par rapport à 2018. Les femmes ont été plus nombreuses à acheter une voiture en 2019 (37%), en progression par rapport à 2018 (32%).

L’âge moyen est de 44 ans en 2019, en hausse par rapport à 2018. Le prix moyen du véhicule est de 235.000 DH en 2019 contre 225.000 en 2018. La durée du financement est en hausse. Elle est de 48 mois en 2019 avec un apport de 35% contre 47 mois en 2018 avec un apport de 38%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *