Le show helvétique

Le show helvétique

Evènement automobile de grande envergure, le Salon de Genève et très attendu à chaque printemps, contrairement à ceux de Paris et Francfort qui se tiennent, par alternance, une fois tous les deux ans. Et quand l’automobile fait son show au pays des fromages, du bon chocolat et autres produits alimentaires de grande qualité, c’est aussi du beau linge sur quatre roues qui s’exhibe. Une messe automobile incontournable, autant pour le public que pour les constructeurs automobiles, équipementiers et autres professionnels du secteur.
Comme nous le disions la semaine dernière dans ces mêmes colonnes, cette 75ème édition coïncide avec le centenaire de la première «Exposition nationale de l’automobile et du cycle», soit l’ancêtre du Salon automobile genevois, qui, lui, a été créé en 1924. C’est d’ailleurs cette célébration (le centenaire) qui poussé les organisateurs à placer l’édition de cette année sous le thème : «100 ans de progrès automobile».
D’où également la possibilité d’une présentation pour chaque exposant, sur une partie de son stand, de son histoire et ses ambitions futures. L’occasion de suivre 100 ans de progrès automobile en même temps que les nombreuses premières mondiales et européennes au gré des halls. Les visiteurs, eux, seront invités à un voyage à travers le temps dans un décor exclusif de studios de cinéma. Ils pourront aussi redécouvrir quelques modèles d’époque, dont 12 d’exception, qui seront en lien avec l’industrie automobile suisse.
Bien entendu, en bonne manifestation de rêve, le Salon sera l’occasion pour les labels sportifs de faire montre de leur dernières productions. Ainsi, la marque Ferrari, sera présente avec la F430 Spider, déclinaison roadster de son dernier coupé du même nom. Un séduisant bolide sans toit, qui trouvera en pied de nez une magnifique étude de style de Lamborghini. Le Concept S sera en effet, «le» roadster capable de tenir la dragée haute à son concurrent au cheval cabré. Sauf que la marque au taureau n’en a pas encore livré tous les secrets.
Chez les constructeurs généralistes et les Français en particulier, les nouveautés cette année s’appellent : Citroën C6, Peugeot 407 Prologue, ou encore Renault Laguna et Vel Satis, toutes deux restylées. La marque au losange fera aussi l’actualité avec un prototype de citadine, répondant au nom de code «Z71». Toujours du côté des petits véhicules, PSA et Toyota exhiberont leurs trois citadines (107, C1 et Aygo) développées sur une plate-forme commune et fabriquées en Tchéquie. Seat frappera fort en présentant pour la première fois un avant-goût du modèle qui remplacera sa Leon. La Leon Prototypo (voir photo) laisse croire à un avenir radieux pour la marque espagnole (appartenant au groupe Volkswagen). En effet, la nouvelle compacte de Seat arbore une ligne à couper le souffle, signée du grand maître du design Walter Da’Silva.
Fiat Auto, qui est en passe de sortir de ses difficultés financières, reprendra aussi des couleurs auprès des visiteurs, qui découvriront sa nouvelle Croma, ou encore la version relookée de sa citadine Punto. Sa filiale chic et sportive, Alfa Romeo, aura une nouveauté majeure à exposer : la 159, berline familiale remplaçante de l’actuelle 156. L’industrie teutonne fera aussi un grand Salon à Genève. A commencer par Volkswagen, dont la toute nouvelle Passat fera sa première grande apparition européenne, en attendant d’être commercialisée, à partir du second semestre.
BMW retiendra beaucoup d’attention avec sa nouvelle Série 3 (modèle le plus vendu en Europe dans le segment des familiales premium), mais aussi en présentant la version restylée de son vaisseau amiral, la Série 7. Le stand Mercedes accueillera les nouvelles Classe M et B, voire même la remplaçante de sa Classe S, arrivée au terme de sa carrière. Label haut de gamme toujours, Audi fera trôner sur son stand la version définitive de son 4×4, le Q7, tandis que Volvo exhibera une série de concept-cars, et peut-être, la version définitive de sa compacte, la C30. Les marques asiatiques ne seront pas en reste. Kia et Hyundai ne manqueront pas de séduire les visiteurs avec leur deux mono-volumes. Il s’agit respectivement du nouveau Carnival, ainsi que du concept-car Portico. Que de voitures et prototypes intégrant toutes sortes de sophistications high-tech.
Mais du progrès, il n’en sera pas question uniquement du côté des quatre roues, puisque équipementiers et autres professionnels en matière de pièces et d’accessoires seront présents avec leurs lots d’innovations. Dans ce registre, on retiendra notamment les produits exposés par Michelin. En effet, outre l’Airless, son dernier prototype de pneu sans air, le pneumaticien français présentera deux prototypes futuristes : le «Hy-Light» et le «Concept». Le premier utilise une pile à combustible alimentée en hydrogène et en oxygène embarqués, stockés sous pression. Le second, innove sur un autre registre, puisqu’il est équipé des roues révolutionnaires baptisée par Michelin «Active Wheel» et se passe d’embrayage, de boîte de vitesses, et d’amortisseurs. Avec ces concept-cars, Michelin s’inscrit pleinement dans la ligne du développement durable et ses défis, tels que la baisse des niveaux de consommation, et partant, de la pollution.
Au demeurant, on retiendra que ce Salon se tient dans un contexte peu rayonnant pour le secteur automobile sur le Vieux Continent. Les constructeurs doivent en effet faire face à la flambée du coût des matières premières, ou à leur rareté (à l’instar de l’acier), tout en tentant de relancer la consommation.
Et pour faire redémarrer les ventes, les différentes marques, qui se livrent déjà à une guerre des prix impitoyable, seront prêtes à consentir de larges rabais sur certains de leurs modèles. La 75ème édition du Salon de Genève sera donc aussi une occasion pour les acheteurs de faire de bonnes affaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *