L’emploi boosté par l’automobile dans la région Tanger-Tétouan

L’emploi boosté par l’automobile dans la région Tanger-Tétouan

Les deux secteurs de l’automobile et de la logistique font partie des principaux secteurs les plus employeurs des jeunes dans la région Tanger-Tétouan.

C’est ce qui ressort des travaux de l’atelier organisé, mardi 16 juin, à Tanger, pour la présentation des principaux résultats d’un projet sur la mise en relation entre les besoins du marché du travail (dans ces deux secteurs) et l’offre de formation dans cette région. «Ce rapport s’inscrit dans le cadre du projet pilote «Gouvernance pour l’employabilité en Méditerranée (GEMM)» porté par la Fondation européenne pour la formation (ETF) en collaboration avec les autorités marocaines et les acteurs de l’emploi et de la formation dans la région de Tanger-Tétouan», selon les organisateurs.

Ce projet, dont les travaux ont été lancés en 2013 pour prendre fin début 2015, vise, poursuit la même source, le renforcement de la gouvernance du système de la formation dans la région. «Les travaux ont porté sur les deux secteurs fondamentaux du développement de la région : l’automobile et la logistique», a affirmé la représentante d’ETF, Eduarda Castel Branco.  
Il est à préciser que l’automobile a pris le pas sur les autres secteurs porteurs (dont la logistique), et ce, grâce à la mise en service au début de 2012 de l’usine Renault de Tanger (5.500 emplois). «Le secteur automobile est considéré ainsi comme un gros employeur de la région», a souligné Samuel Bellot, consultant-expert pour ETF.

Ce rapport a permis d’identifier les besoins en compétences des entreprises de la région de Tanger-Tétouan en automobile et logistique. Parmi les principaux employeurs de ces deux secteurs sélectionnés à cet effet dans une logique d’échantillonnage, figurent le constructeur automobile Renault, deux usines de câblage et du textile pour l’automobile, des prestataires d’entreposage, des transitaires et des transporteurs routiers nationaux. L’enquête réalisée auprès de ces entreprises fait part que l’automobile et la logistique ont des besoins très forts en main-d’œuvre et compétences, en particulier des jeunes diplômés de différentes spécialités, des opérateurs de maintenance et des chauffeurs routiers.

Il est à noter que cet événement a connu la participation d’une trentaine de responsables représentant les parties prenantes dans ce projet, notamment le département de la formation professionnelle, les institutions nationales ainsi que la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Outre la présentation des résultats de ce projet, cet événement a constitué aussi une occasion pour les participants de discuter des mesures et des actions proposées pour surmonter les principaux enjeux touchant au système de la formation professionnelle dans la région.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *