L’offensive Hyundai

L’offensive Hyundai

L’industrie automobile Sud-coréenne s’est parfaitement rétablie de ses affres passées. Récemment au bord de la faillite, Hyundai, premier constructeur du pays, affiche un bénéfice record. Il s’est établi pour l’exercice 2003 à 1.750 milliard de wons (1,25 milliard d’euros), soit une hausse de 20%, en dépit d’un marché intérieur des plus moroses. La marge opérationnelle atteint même les 8,9 % du chiffre d’affaires, meilleur que celle du constructeur japonais Honda. Sa filiale Kia n’est pas en reste. Son profit net est également un record pour le même exercice. Il s’établit à 705 milliards de wons (500 millions d’euros), soit une hausse de 10%.
Avec cette santé retrouvée, le groupe sud-coréen, dont Daimler Chrysler avait pris 10 % du capital, entend d’ailleurs défendre son indépendance.
Autrefois lié à Mitsubishi, Hyundai a ainsi récemment mis en garde son actionnaire allemand contre toute éventuelle montée dans le capital. Les négociations pour mettre en commun des utilitaires semblent même au point mort. Hyundai Motor a vendu, à lui seul, 1,65 million de voitures l’an dernier, dont 635.269 en Corée du Sud et 1,01 million en dehors. Kia, de son côté, a écoulé 858.000 véhicules.
Globalement, pour sa dix-septième année de présence aux Etats-Unis, Hyundai affiche des volumes records à plus de 400 000 unités alors que sa filiale Kia y a livré 237 471 véhicules. Les deux marques détiennent ensemble déjà 3,8 % du marché américain, nettement plus que le groupe Volkswagen.
Pour maintenir un tel développement, une usine est en construction en Alabama qui sera opérationnelle en mars 2005. Ses capacités maximales prévues sont de 300 000 unités à l’horizon de 2007. le groupe était en plus à la recherche d’un autre site en Europe de l’Est. Après une longue hésitation, la Slovaquie a été préférée à la Pologne. L’investissement envisagé est de 1,2 milliard d’euros pour une capacité identique à l’usine américaine. Dans le même temps, Hyundai se prépare à construire une deuxième unité en Chine.
La recette gagnante pour le Sud-Coréen est faite à base de prix attrayants, une gamme étendue et souvent renouvelée de véhicules compétitifs, avec des modèles de niche : 4×4, monospaces, coupé… L’offre comprend aussi en Europe des moteurs Diesels modernes. La dernière enquête américaine de J.D. Power sur la fiabilité de véhicules à long terme classe Hyundai à un honorable 13e rang, précédent Volkswagen. En 2002, le Coréen n’était qu’à la 23e place.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *