Mécanique : Volvo C30 : L’économie plutôt que la sportivité

Mécanique : Volvo C30 : L’économie plutôt que la sportivité

Alors que les deux (vraies) compactes premium Audi A3 et BMW Série 1 caracolent dans les ventes, leur pseudo rivale de chez Volvo, la C30, tire difficilement son épingle du jeu. Les chiffres le prouvent. Car, l’objectif annuel initial de ce modèle était d’atteindre un volume de ventes de 65.000 unités. Or, il ne s’en est vendu que 28.110 exemplaires entre le 1er janvier et le 31 juillet 2007. Il semblerait que nonobstant le style assez original affiché par la plus petite des Volvo, beaucoup d’acheteurs (qui lui préfèrent une A3 ou une Série 1) n’arrivent toujours pas à comprendre ce que cette voiture a de si spécial. Et, bien évidemment, cette même clientèle est souvent adepte de puissance et de sportivité.
Du coup, et ne pouvant rivaliser avec les allemands, le constructeur suédois préfère jouer la carte de la «modestie mécanique». C’est du moins ce que suggère la lecture de l’un de ses derniers communiqués de presse, qui annonce la présentation, au Salon de Francfort, du prototype «C30 Efficiency». Derrière cette appellation qui fait très «blabla marketing», il ne faut pas aller trop loin, mais juste comprendre qu’il s’agit d’une C30 dont le Diesel a été «retravaillé» pour consommer un peu moins que par le passé. Plus précisément, Volvo annonce que la C30 1.6 l Diesel se contentera désormais en moyenne de 4,5 l/100 km contre 4,9 l/100 km initialement. Pour comprendre pourquoi l’on a mis des guillemets pour utiliser le verbe «retravailler», il faut tout simplement lire le communiqué du constructeur suédois, lacunaire par sa contradiction. On peut ainsi y lire que, selon Magnus Jonsson (vice-président du département de recherche et développement de Volvo Car) «les résultats obtenus sont le fruit de nombreux petits ajustements apportés à différents systèmes et à différents endroits du bloc moteur…». Or, ce même document de presse explique que les experts de la marque suédoise ont réussi à réduire la consommation d’environ 0,4 l/100 km grâce à des adaptations apportées à d’autres éléments que le moteur. D’abord, en matière d’aérodynamisme. «L’Efficiency présente un châssis plus bas, un nouveau becquet de toit arrière, un nouveau pare-chocs arrière, des nouveaux éléments de soubassement plus aérodynamiques, un refroidissement optimisé du moteur». De même, les «jantes de 16 pouces à l’aérodynamisme amélioré» présentent une «résistance au roulement réduite grâce à l’utilisation de pneus de nouvelle génération à faible coefficient de résistance». Autre organe revu, la boîte de vitesses, dont «les étagements de la boîte de vitesses ont été modifiés au niveau de la 3è, de la 4è et de la 5è vitesses». Et les évolutions apportées au moteur alors ? Pas grand chose n’a filtré sur les modifications qu’il a subit. «Groupe motopropulseur plus efficace. La direction servo-assistée et le système de gestion du moteur sont optimisés. Une nouvelle huile de boîte de vitesses à coefficient de frottement réduit est utilisée». C’est tout. A croire que Volvo a peur de se faire pirater son savoir-faire technologique par les ingénieurs de l’hélice ou des anneaux (alors que ce devrait être plutôt l’inverse). Quoiqu’il en soit, Volvo ambitionne la commercialisation en série de la C30 Efficiency à partir de 2008, avec la conviction qu’elle fera des adeptes ne serait-ce que par fibre écologique. Cela d’autant plus qu’en matière de pollution, ce prototype affiche un taux de rejet de Co2 de 120 gr/km (soit une baisse de 9 grammes).
Une chose est sûre : après avoir été longtemps le chantre de la sécurité, la marque suédoise investit de plus en plus d’efforts et d’espoir dans le «vert». C’est bien. Mais attention à ne pas tomber dans le rouge…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *