MG-Rover : la faillite semble inévitable

MG-Rover : la faillite semble inévitable

Vendredi dernier, une conférence de presse a été tenue à Birmingham par PricewaterhouseCoopers (PwC), l’administrateur judiciaire de MG-Rover, concernant la liquidation judiciaire de ce dernier. Selon cet auditeur, seuls trois des neuf candidats sérieux à la reprise sont désireux de relancer l’activité d’assemblage à l’usine de Longbridge, dans les Midlands. Cependant, l’identité des parties intéressées n’a pas été révélée. Si un sauvetage de dernière minute n’est pas exclu, cette perspective demeure peu réaliste compte tenu des maigres actifs de MG Rover et du coût du maintien en vie du groupe. Car il faut savoir que les usines de Longbridge ont cessé de tourner depuis avril dernier lorsque la firme centenaire avait déposé son bilan. En outre, MG Rover devrait 1,37 milliard de livres (1,99 milliard d’euros) à ses fournisseurs, et ne pourra rembourser que 5 % de cette dette. C’est ce qu’avait annoncé le quotidien britannique Financial Times, qui selon des documents de PwC, avait précisé que le montant des actifs de l’entreprise ne s’élèvera qu’à 80,5 millions de livres après remboursement des prêts garantis aux banques et aux principaux créditeurs. Une somme qui ne pourra même pas être consacrée totalement au paiement des fournisseurs puisqu’il faudra encore payer la facture de PwC.
Mais durant cette récente conférence de presse, la déclaration de faillite de MG-Rover semble de plus en plus probable, voire imminente. C’est ce qu’a laissé comprendre Tony Lomas, co-administrateur judiciaire chez PwC dont les déclarations sont sans équivoque. «Il n’y a pas assez de fonds pour continuer à chercher une solution pendant longtemps». Et d’ajouter : «En conséquence, nous avons donné pour instructions à nos agents de commencer à préparer la vente des actifs par morceaux… Nous nous organisons en vue d’un démantèlement. Nous travaillons sur ce scénario en parallèle à l’autre option».
Pour rappel, parmi les créanciers de MG Rover figurent un fonds de pension avec un déficit de 415 millions de livres, des fournisseurs, les employés disposant d’actions, le gouvernement britannique, ainsi que BMW qui céda la firme il y a quatre ans à Phoenix Venture Holdings pour la somme symbolique de 10 livres. Les dettes totales se montent à 1,8 milliard de livres.
Enfin, probabilité la plus désastreuse, les créanciers de MG-Rover pourraient, dans le pire des cas, ne rien obtenir !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *