Michelin Pilot Super Sport : Un pneu pour les supercars

Michelin Pilot Super Sport : Un pneu pour les supercars

Le «pneu de série le plus rapide du monde». C’est ainsi que Michelin présente le dernier-né de ses modèles : le pneu Pilot Super Sport (PSS). Un pneu à très hautes performances qui découle «du savoir-faire de Michelin dans les plus grandes courses internationales d’endurance», précise le pneumaticien français. Principalement destiné à des supercars pouvant roulant même à 400 km/h, il peut aussi être monté sur des sportives moins puissantes, car, comme dit l’adage : «qui peut le plus, peut le moins». Le PSS ne sera donc pas de trop pour des modèles sportifs grand-public, tels que les coupés Classe E, Série3, A5, XK-R et autres roadsters comme les Z4, Boxster et SLK… pourvu qu’ils reçoivent des jantes de 18 à 22 pouces. La principale équation que devait résoudre ce nouveau pneu est celle d’«exalter le plaisir de conduite tout en proposant une sécurité maximale», indique l’équipementier qui dit avoir mené les phases de développement de ce pneu avec des ingénieurs travaillant pour le compte des constructeurs Porsche, BMW M (division sportive de la marque de Munich) et Ferrari. Sur des circuits situés aux quatre coins du monde (en France, en Allemagne, en Italie, aux Etats-Unis, au Japon et en Thaïlande), ainsi que sur de prestigieux anneaux de vitesse comme ceux de Nardo ou du Nürburgring, le PSS a subi les tests de conduite les plus sévères et roulé 1.000 heures à plus de 300 km/h ! Au total, plus de 100.000 km de roulage d’essais ont été parcourus par les experts de Michelin et les autres ingénieurs lors des phases de développement du PSS. Sans trop sombrer dans les détails techniques, précisons que ce nouveau pneu se distingue par trois technologies exclusives à Michelin. D’abord, sa «Ceinture Twaron» composée d’une fibre haute densité qui assure une grande stabilité du pneu à vitesse élevée. Ensuite, sa bande de roulement «Bi-Compound», une technologie développée originellement pour les pneus de compétition et qui consiste à répartir deux gommes différentes entre les parties droite et gauche de la bande de roulement. Puis, il y a le «Variable Contact Patch 2.0», un procédé découlant des simulations numériques utilisées dans l’aéronautique et visant à optimiser les températures de manière homogène dans l’aire de contact du pneumatique avec la route. Résultat : le PSS adhère aussi bien lors des accélérations en ligne droite, que dans les virages à vitesses élevées. Et pour démontrer les aptitudes du PSS, le manufacturier clermontois n’a pas lésiné sur les moyens, conviant récemment une poignée de journalistes spécialisés, triés sur le volet, à des essais sur le circuit de Dubaï, sur des véhicules d’exception tels que la Ferrari 458 Italia, la Lamborghini Gallardo LP ou encore, le SLS AMG de Mercedes. L’occasion pour ces «happy-few» de comparer cette monture à ce qui se fait de mieux chez la concurrence. Un procédé qui montre, le mieux et le plus évident possible, la supériorité des gommes de Bibendum. Tenue de route dans les courbes, adhérence sur sol sec ou mouillé ou encore freinage en conditions extrêmes, le PSS a relevé tous les défis en plus de celui qu’il promet à ses acheteurs : une meilleure longévité. Avis aux intéressés, le pneu Pilot Super Sport sera disponible dès 2011, y compris dans le réseau marocain de Michelin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *