Mitsubishi Colt : une vraie bonne affaire

Mitsubishi Colt : une vraie bonne affaire

Spécialiste des 4×4 et réputé pour son pick-up, Mitsubishi Motors sait aussi fabriquer des voitures compactes et plus urbaines. Il l’a déjà prouvé avec la Lancer et le refait une fois de plus avec la nouvelle Colt. Celle-ci, introduite sur le marché national lors du dernier Auto-Expo, a la lourde mission de «faire du volume» comme on dit dans le jargon du commerce automobile. Lourde, car elle opère dans la catégorie la plus peuplée et donc la plus disputée. Qu’à cela ne tienne, cette nippone débarque sans complexe et compte bien se faire une place… en dehors des showrooms. Comme la Honda Jazz, la nouvelle Colt adopte une ligne monocorps dans des proportions quasi-similaires, puisqu’elle s’étend sur 3,94 mètres de long et culmine à 1,55 m. Mais le plus frappant dans sa ligne extérieure reste bien évidemment son faciès flanqué de la calandre dite «Jet Fighter», soit cet ensemble trapézoïdal commun à plusieurs modèles actuels de la marque aux trois diamants. Excepté cet air de famille partagé avec la Lancer et l’Outlander (pour n’en citer que deux), le reste de la carrosserie est plus consensuel qu’autre chose. À un détail près : les roues! De belles jantes en aluminium chaussant des pneus de 16 pouces. Plutôt rare dans la catégorie. En fait, il faudrait préciser que la Colt n’est importée au Maroc qu’en une seule motorisation : 1,1 litre essence, associée à une finition unique : Pack Luxe. La Colt ne laisse donc pas le choix et c’est tant mieux! Car pour peu qu’on lui ait fait confiance, cette petite ne nous a pas déçu. D’abord par sa présentation intérieure. Un poste de conduite d’actualité, une ergonomie bien pensée et une praticité insoupçonnée. Exemples : l’ouverture de la trappe à carburant qui se fait de l’intérieur, l’autoradio CD-MP3 que l’on peut connecter à un baladeur numérique (via une prise AUX) ou encore une boîte à gant disposant d’un compartiment réfrigéré. Pas mal ! Certes, l’utilisation de plastiques durs vient un peu gâcher ce tableau idyllique. Mais honnêtement, très peu de citadines habillent leur planche de bord en «slush», ce matériau soft au toucher que l’on retrouve en revanche dans les berlines du segment supérieur. Mais justement, le point fort de cette Mitsu, c’est son niveau d’équipement. Climatisation, direction assistée électriquement, commandes audio au volant, rétroviseurs et lève-vitres (avant et arrière) électriques, phares antibrouillard s’ajoutent au volet sécuritaire assuré par 4 airbags à l’avant (frontaux et latéraux), ainsi que l’ABS couplé à l’EBD, le répartiteur de freinage. Le reste de ses qualités, la Colt les fait valoir sur la route et au quotidien. Agile dans les carrefours et facile à garer, elle est aussi sobre en carburant, puisqu’elle ne réclame en moyenne que 5,5 l/100 km. Servie par un petit quatre-cylindres de 75 chevaux, elle est non seulement taillée pour la ville, mais s’avère suffisamment armée pour une incursion sur l’autoroute. Du coup et facturée à moins de 140.000 DH, la Colt se présente ainsi comme une bonne affaire. Et la clientèle en quête d’une petite auto, polyvalente, moderne et rationnelle trouvera donc largement son compte. Qu’elle soit féminine ou masculine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *