Mitsubishi i-MiEV : une futuriste reconnue

Mitsubishi i-MiEV : une futuriste reconnue

Moins d’un mois avant le Mondial de Paris où elle ira tenir la grande vedette du stand Mitsubishi, la i-MiEV fait déjà parler d’elle et de la façon la plus belle. En effet et plus précisément c’est à Londres que la citadine 100% électrique de Mitsubishi s’est distinguée il y a quelques jours en remportant le prix du «Meilleur véhicule électrique citadin du futur» (soit «Best City Electric Vehicle for the Future»).
Un trophée accordé dans le cadre de l’«Eco Car Spectacular», un grand événement qui s’est tenu du 8 au 19 du mois courant en marge du festival «Start». Ce dernier, soutenu par le Prince Charles, n’est autre qu’un grand rassemblement durant lequel entreprises, constructeurs automobiles et acteurs associatifs essayent de sensibiliser sur la question du développement et promouvoir les gestes éco-responsables. Et parmi les manifestations qui s’inscrivent dans ce sillage, une parade d’éco-conduite qui a vu la participation de plusieurs voitures écologiques, y compris de puissants bolides comme le concept-car Survolt de Citroën. Mais comme annoncé plus haut, c’est la petite i-MiEV qui a brillé le 14 septembre dernier. Conduite par l’un des plus grands pilotes dans l’histoire de la Formule 1 Stirling Moss, elle a séduit les membres du jury qui y ont vu la parfaite citadine verte. Au-delà de cet exotisme formel qui a caractérisé la rencontre entre un grand pilote d’hier (lire encadré) et une automobile de demain, le grand public londonien aura aussi été subjugué par l’aspect plutôt antinomique entre un pilote de course et une voiture qui privilégie l’éco-conduite. À ce titre, le directeur général de Mitsubishi-Motors UK a déclaré: «Nous avons été enthousiasmés d’accueillir Sir Stirling Moss qui ne pouvait comparer cette épreuve à une victoire en Mille Miglia, mais qui, éspérons-le, a eu le plaisir à conduire notre voiture électrique». Puis d’ajouter: «Nous sommes ravis de recevoir la récompense du ‘‘Meilleur véhicule électrique citadin du futur’’(…) Le «Start Eco Car Spectacular» était un grand événement pour sensibiliser les consciences sur l’importance des véhicules à zéro émissions polluante comme la i-MiEV». Pour sa part, Stirling Moss n’a pas manqué d’afficher sa satisfaction. «La i-MiEV est amusante à conduire (…) C’est la voiture électrique la plus pratique actuellement disponible, avec une habitabilité suffisante pour quatre adultes, une bonne accélération et de faibles coûts d’utilisation» a-t-il dit. Déjà en vente au Japon, l’i-MiEV sera lancée sur plusieurs marchés mondiaux au courant de l’année 2011. Malgré son prix de vente annoncé (entre 33.000 et 35.000 euros), elle a toutes ses chances de séduire la clientèle européenne. Mais il s’agira bien d’un challenge commercial. En attendant, son prochain défi, la i-MiEV est déjà en passe de l’accomplir, puisqu’elle s’est fixée pour objectif de… traverser tout le Canada ! Une expédition qui a débuté le 17 août dernier et qui fera parcourir cette citadine électrique quelque 7.500 km. Accompagnée d’un générateur électrique mobile, l’auto devra surtout faire preuve de fiabilité et affronter les défis climatiques nord-américains, où le mercure passe souvent sous le point de congélation. Si l’expérience est concluante, ce serait alors un nouveau défi pour la marque aux trois rubis et une énième démonstration de l’efficience énergétique de la i-MiEV.

Stirling Moss, légende vivante du sport automobile
Evoquer Stirling Moss, c’est parler d’un nom que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Difficile de retracer son histoire en quelques lignes, mais un bref aperçu reste possible. Bien avant de courir en Formule 1 (de 1951 à 1962), Stirling Moss avait subi le sport auto comme un virus familial, car non seulement son père avait disputé les 500 Miles d’Indianapolis, mais sa mère pilotait également dans des épreuves de maniabilité ! Après de timides débuts (1948) avec les écuries britanniques, auxquelles il est resté fidèle, Moss est passé chez Maserati. D’abord en tant qu’indépendant, puis en tant que pilote officiel. Dur à abattre par les flèches d’argent, il a finalement été recruté par Mercedes, aux côtés d’une autre figure emblématique, l’Argentin Juan Manuel Fangio. S’en suivirent plusieurs courses, dans toutes sortes de disciplines y compris l’endurance, dont les 24 H du Mans courues avec deux grands pilotes de son temps, Graham Hill et Jackie Stewart. Aujourd’hui âgé de 81 ans, Stirling Moss peut se targuer d’un joli palmarès en F1 : 66 GP disputés, 16 victoires, 16 poles, 24 podiums et 20 meilleurs tours en course. Certes, celui qu’on surnomme le «Champion sans couronne» n’a jamais réussi à conquérir le titre mondial, mais il reste l’un des plus grands noms du sport automobile et même une personnalité dans son pays. Si bien que Sir Stirling Moss a été anobli par la Reine d’Angleterre en 2000.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *