Mitsubishi L200 : Pick-up et bien plus, si affinités…

Mitsubishi L200 : Pick-up et bien plus, si affinités…

Au Maroc, tout le monde ne connaît peut-être pas le L200. Mais lorsqu’on dit pick-up, on pense très vite à Mitsubishi. Et justement, le pick-up de «Mitsou», c’est le L200. Un modèle qui, depuis son introduction sur le marché au début des années 90, a pu se forger une place de choix avec comme maîtres-mots : robustesse, fiabilité et durabilité. A ces trois arguments, la nouvelle génération du L200 ajoute désormais un autre critère de séduction, autrement plus apparent : le design. En effet, ce pick-up continue à s’adresser d’abord à des clients professionnels, mais sans mettre une croix sur le style. Objectif : plaire au maximum, même à Monsieur Tout le Monde, qui se verrait bien acheter un 4×4 de loisir. D’où la disponibilité d’une version plus «civilisée» du L200 (double cabine), baptisée Sportero sur certains marchés comme le Maroc.
Dans tous les cas de figure, l’évolution esthétique avec le modèle remplacé est nettement perceptible, sous n’importe quel angle d’attaque. A commencer par la face avant, plus racée et fortement inspirée du concept «Pajero Evolution» qu’avait engagé Mitsubishi en Rallye-Raid (Dakar) durant ces deux dernières années. On y trouve des blocs de phares à base ondulée et une calandre en deux parties, fièrement frappée des trois rubis, l’emblème de la marque. Le traitement de la partie arrière est peut-être moins spectaculaire, mais affiche tout de même des feux et des atours bien dans l’air du temps à l’image du troisième feu de stop bien intégré à la poignée du couvercle de la benne.
Mais c’est surtout de profil que le L200 joue la carte du style, avec cette grosse virgule qui sépare la benne de la cabine. Toujours à ce niveau, on remarquera une ligne de toit plus droite sur la version simple cabine. Cela n’empêche pas pour autant le L200 de revendiquer une meilleure aérodynamique avec un coefficient Cx de 0,51 (contre 058 pour l’ancienne mouture).
En fait, les concepteurs du nouveau L200 ont consenti beaucoup d’efforts pour rapprocher ce pick-up d’un 4×4 de loisir. Un constat qui a également prévalu dans l’aménagement de l’habitacle. Pour preuve, la présentation très moderne du poste de conduite qui, dans la version la plus chic (Sportero), prend même des allures high-tech. C’est à cela que renvoient le combiné d’instrumentation ainsi que l’écran central, tous deux à affichage azuré. Outre la température extérieure et l’affichage de l’autoradio CD, cet écran renseigne aussi sur des informations pratiques comme celle de l’ordinateur de bord (vitesse moyenne, consommation, autonomie…) et de fonctions utiles en milieu tout-terrain (boussole, baromètre, altimètre…). Autre point fort du nouveau L200, son espace habitable. Trois places à l’avant en carrosserie simple cabine et cinq places pour la version double cabine. Dans cette dernière, le constructeur annonce même une longueur aux jambes augmentée de 6 cm pour les passagers arrière. De l’habitabilité, mais aussi du confort et des attentions que l’on retrouve (là-encore) dans un 4×4 de loisir. C’est surtout le cas pour la version Sportero qui dispose entre autres, du double airbag, d’une climatisation automatique, d’un lecteur CD avec décodeur MP3, d’un range-lunette au plafond, ou encore d’une lunette arrière à glissement commandé électriquement.
Quant au confort de roulement, il devrait lui aussi être au rendez-vous. Le nouveau L200 a ainsi été conçu pour être aussi performant sur asphalte que sur piste. Son châssis échelle, totalement redessiné, repose sur des roues avant indépendantes et un essieu arrière rigide. Un schéma technique traditionnel et propre aux vrais tout-terrain, ceux qui sont principalement destinés à faire du franchissement.
Dans ce registre, le L200 pourra, lui aussi, s’aventurer… pourvu qu’il soit doté d’une transmission intégrale. Dans cette configuration (4 roues motrices), le conducteur dispose d’une boîte de transfert pouvant permuter le couple moteur entre les deux essieux, même en roulant jusqu’à 100 km/h. Sur le bitume, les voies larges du L200 présagent une meilleure tenue de route, tandis que le freinage devrait être plus rassurant, surtout sur la version Sportero équipée d’un système ABS avec répartiteur (EBD).
Mécaniquement toujours, deux motorisations animent la gamme L200. il s’agit du 2.5 litres Diesel (atmosphérique) de 77 chevaux qui est déjà connu de la clientèle marocaine, ainsi que le nouveau 2.5 litres DI-D (turbo-Diesel common rail) de 136 ch qui, lui, est l’apanage du L200 Sportero. Une version qui correspond à une certaine catégorie bien précise de clients, comme nous l’explique le directeur général adjoint de Diamond Motors dans l’entretien ci-contre. Cela même s’il faudra s’acquitter de 320.000 DH pour repartir au volant de cette configuration assez luxueuse du L200. Mais à n’en pas douter, le gros des ventes sera assuré par la version d’entrée de gamme (simple cabine 4×2), qui, elle, démarre à 166.000 DH.
Entre les deux, des acheteurs de tous bords, trouveront chaussures à leurs pieds en fonction de leur budget et de leurs besoins. La diversification de l’offre… c’est aussi cela, l’art de la polyvalence.

Toutes les versions, tous les prix
L200 simple cabine 4×2………166.000 DH
L200 double cabine 4×2………205.000 DH
L200 simple cabine 4×4………225.000 DH
L200 double cabine 4×4………245.000 DH
L200 Sportero (Dble cab. 4×4)…166.000 DH

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *