Mitsubishi Outlander : Nippon, ni dur

Mitsubishi Outlander : Nippon, ni dur

Voilà un bon moment qu’une nouvelle race automobile s’est imposée comme une alternative idéale entre la bonne berline traditionnelle et le gros 4×4 destiné au franchissement. Il s’agit du «crossover», un sous-segment de plus en plus diversifié depuis le succès remporté par Nissan avec son Qashqai. En effet et dans le même giron, on trouve aussi le 3008 de Peugeot et le X1 de BMW, tous deux déjà commercialisés sur le marché marocain. Mais la toute dernière nouveauté nationale en la matière est à chercher du côté de Mitsubishi. Son importateur, Diamond Motors (groupe Auto Hall), propose depuis quelques semaines la nouvelle version du Outlander. Question design, les habitués de la marque aux trois diamants ne seront pas déroutés. Et pour cause, l’Outlander reprend à son compte la face avant de la Lancer et sa fameuse calandre trapézoïdale. En fait et pour schématiser en gros le descriptif de ce véhicule, on dira qu’il s’assimile plus à une version surélevée et allongée de la compacte de Mitsubishi. «Allongée», car l’Outlander atteint 4,66 mètres, soit une quinzaine de centimètres de plus qu’une Lancer. Le profil est celui d’un break (haut sur pattes), coiffé (de série) de barres de toit et achevé à l’arrière par un hayon vertical. Une poupe joliment flanquée de feux au design très sophistiqué et sur laquelle on retrouve le thème trapézoïdal, mais dans le sens inverse. Au passage, on notera que ce hayon est à double ouverture, ce qui facilite le chargement (et le déchargement) du coffre. Ce dernier cube un volume de 774 litres, voire 1.691, si l’on sacrifie les places arrière. Gigantesque ! D’ailleurs, l’habitacle de l’Outlander est si vaste, qu’il peut accueillir une troisième rangée de strapontins. Mais sur le catalogue marocain, seule la version à 5 places a été retenue. La présentation intérieure se veut valorisante. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à voir les matériaux employés et leur grande qualité de finition. Certains détails comme la double couture qui court le long des contre-portes en passant par la planche de bord ne trompent pas. Enfin, les compteurs en puits et les inserts façon aluminium satiné complètent un joli tableau auquel devraient également et probablement contribuer les sièges dont les contours promettent confort et maintien à leurs occupants. Configuration intérieure toujours, l’importateur de Mitsubishi propose deux niveaux d’équipement sur ce modèle : Pack Luxe et Pack Luxe Premium. Le premier se veut d’emblée plus que complet en intégrant la climatisation automatique, le régulateur de vitesse, l’autoradio CD-MP3 (commandé au volant), l’installation Bluetooth, le radar de recul, l’allumage automatique des feux, les jantes alu de 16 pouces en plus d’un arsenal de sécuritaires marqué par la présence d’airbags frontaux, latéraux et rideaux, ainsi que l’ABS, couplé au répartiteur (EBD) et à un contrôle dynamique de stabilité (ASC). Et pour seulement 25.000 DH, il est possible de transformer l’Outlander en un luxueux crossover. Jugez-en : la sellerie gagne un bel habillage de cuir, la fonction chauffage pour l’assise des sièges avant et le réglage électrique pour celui du conducteur. Mais encore? On a droit à un système d’accès et de démarrage sans clé, des phares au xénon, des jantes alu de 18’’, un détecteur de pluie et des inserts de chrome. Les plus exigeants pourront même opter pour un écran DVD aux places arrière. De quoi rendre moins ennuyeux les longs trajets pour les enfants qui y prendront place. Jusque-là et à quelques exceptions près (rangements limités), l’Outlander est bien capable de rivaliser avec le meilleur des monospaces compacts. Certes, ce véhicule reçoit la transmission intégrale AWC (All Wheel Control), laquelle permet au conducteur de choisir, via un bouton rotatif placé à la base de la console centrale, entre trois modes : 2 ou 4 roues motrices avec blocage du différentiel central. Mécaniquement, le choix de Diamond Motors s’est porté sur le 2.0 litres diesel de 140 ch (310 Nm de couple), associé à une boîte manuelle à 6 vitesses. Grâce à cette dernière et selon les données du constructeur, la consommation peut baisser jusqu’à 5,6 l/100 km en milieu extra-urbain. Tout cela a un prix: 355.000 DH (Pack Luxe), lequel permet à l’importateur de Mitsubishi de nourrir de grandes ambitions concernant la carrière commerciale de l’Outlander. S’en est fini de croire que cette marque nippone ne sait fabriquer que des 4×4 purs et durs et des utilitaires si réputés qu’ils sont difficiles à détrôner de leur fauteuil de leader sur le marché marocain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *