Mitsubishi Pajero : Retour en force pour le maître du Dakar

Mitsubishi Pajero : Retour en force pour le maître du Dakar

Sur le marché mondial des véhicules tout-terrain, Mitsubishi n’a plus rien à prouver. Car avec plus de 2,5 millions d’exemplaires vendus dans le monde et un palmarès inégalé au Rallye Dakar (11 victoires dont 7 consécutives), son modèle-phare, le Pajero est tout simplement une icône. Un modèle qui s’est forgé une solide réputation, flatteuse et enviable de tout-terrain pur franchisseur. Sauf qu’aujourd’hui, le nouveau Pajero ne veut plus uniquement être considéré comme un baroudeur hors pair. Désormais, il réclame sa part dans le marché du 4×4 haut de gamme et se donne les moyens pour cela. Telle a été, entre autres aspects évoqués, l’une des idées argumentées par Abelaziz Maalmi, directeur général de Diamond Motors, lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée la semaine dernière.
Mais avant d’évoquer la partie intérieure, petit tour descriptif de la ligne extérieure du véhicule. Première remarque : tout en ayant considérablement changé par rapport à son devancier, le nouveau Pajero conserve un air de famille par rapport à tous ses prédécesseurs. Une filiation qui prouve bien l’authenticité de sa descendance et qui se manifeste à différents niveaux de la carrosserie : ceinture de caisse toujours droite ; traitement de la face avant ; forme géométrique des feux arrière de la version 3 portes…
Mais au final, ce 4×4 a bel et bien évolué esthétiquement. Idem sur le plan conceptuel, comme l’explique M. Maalmi qui affirme que «grâce à l’allègement de son capot, le nouveau Pajero profite d’un centre de gravité plus bas et donc gage d’une tenue de route meilleure et plus sûre». Tenue de route, mais aussi comportement en milieu off-road, comme on le verra plus loin… Enfin, quelques détails tels que les répétiteurs de clignotants sur la coque des rétroviseurs extérieurs, ainsi que des lampes éclairant le seuil des portes (et situées sur cette même coque), inscrivent le nouveau Pajero dans l’air du temps.
L’intérieur du Pajero a également subi une modernisation de fond en comble. Premier à en profiter le conducteur a droit à une interface d’utilisation plus que contemporaine et assez stylée. Le volume habitable a été accru et peut, en option, accueillir une troisième rangée pour transporter un sixième et un septième passagers. L’équipement de base intègre notamment le double airbag, la climatisation automatique ainsi que l’autoradio CD. D’accord, la gamme importée du Pajero se décline sous plusieurs niveaux de finition, mais on ne peut s’empêcher de s’attarder sur la version la plus huppée: la 5 portes GLS DI-D BVA, soit avec boîte de vitesses automatique. Et pour cause, dans cette finition, le Pajero joue résolument la carte du luxe : sellerie cuir; sièges avant chauffants et à réglages électriques ; projecteurs au xénon (avec lave-phare haute pression) ; régulateur de vitesse ; radar de recul ; accoudoir central avant avec compartiment réfrigéré… La sécurité n’est pas en reste avec la présence d’airbags frontaux, latéraux et rideaux, ainsi qu’un ABS avec répartiteur (EBD) et un antipatinage couplé à un contrôle actif de stabilité (ASTC).
Et pour le divertissement, non seulement un système audio haute fidélité (Rockford) avec lecteur 6 CD et 12 HP dont un subwoofer, mais aussi et surtout un lecteur DVD avec écran de 9 pouces escamotable au pavillon. Rien que cela !
Au demeurant, c’est dans les entrailles du Pajero que résident ses qualités de tout-terrain. Une structure monocoque allégée et rigidifiée, une suspension indépendante aux quatre roues, un blocage de différentiel, une boîte de transfert ou encore une garde au sol de 23,5 cm sont autant de points forts qui lui permettent de passer partout, même à travers un ruisseau de 70 cm de profondeur. Sous son capot, deux quatre-cylindres Diesel sont proposés à la clientèle marocaine : le 2.8 litres turbo diesel de 125 chevaux et le 3.2 l DI-D (injection directe à rampe commune) de 165 ch et 381 Nm de couple.
Des moteurs qui devraient aider le Pajero à s’imposer face à ses rivaux. M. Maalmi l’a d’ailleurs martelé : «Nous voulons accroître sensiblement notre part de marché dans le segment du 4×4». Une part qui était de 17% (dans le marché marocain des 4×4 de franchissement) et que Diamond Motors ambitionne de porter à 25%. Un objectif réalisable au vu de la grille tarifaire du nouveau Pajero qui va de 319.000 à 499.000 DH. Le 4×4 Mitsu se présente ainsi comme «LA» bonne affaire en matière de «quat’quat’»… Reste à le faire savoir au grand public et aux acheteurs, pourvu qu’ils soient réceptifs et lucides.

Toutes les versions, tous les prix (TTC)
Mitsubishi Pajero 2.8 TD GLS 3 portes………………………………..…. 369 000 DH
Mitsubishi Pajero 2.8 TD GL 5 portes………………………………..…. ..319 000 DH
Mitsubishi Pajero 2.8 TD GLX 5 portes………………………………..…. . 339 000 DH
Mitsubishi Pajero 2.8 TD GLS 5 portes………………………………..…. 399 000 DH
Mitsubishi Pajero 3.2 DI-D GLS 5 portes………………………………..….459 000 DH
Mitsubishi Pajero 3.2 DI-D GLS Cuir BVA 5 portes……………..….  499 000 DH

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *