Mohamed Larhouati : «nous attendons 120.000 visiteurs»

Mohamed Larhouati : «nous attendons 120.000 visiteurs»

ALM : Comment s’annonce cette édition de l’Auto-Expo et quelle est sa particularité ?
Mohamed Larhouati : la particularité de cette édition 2006, c’est qu’elle se tient pour la première fois sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Et pour nous, c’est quelque chose qui nous honore et nous oblige.
Cela montre aussi que Sa Majesté se préoccupe du secteur automobile qui est l’un des éléments-phares du plan «Emergence». Pour notre part à l’Aivam, nous nous attelons à réussir ce Salon et nous inscrire totalement dans les ambitions de notre pays. A cela s’ajoute le soutien effectif du Premier ministre à travers l’inauguration de ce Salon, ce qui témoigne une fois de plus sa préoccupation majeure pour ce secteur, mais aussi nous honore.
A côté de cela, l’autre particularité de l’Auto-Expo 2006, c’est qu’il compte près d’une centaine d’exposants. Ces derniers couvrent à peu près tous les intervenants dans le domaine automobile, que ce soit la voiture particulière de tourisme, le véhicule utilitaire léger, le poids lourd, ou encore les accessoires. Nous comptons également battre notre record d’affluence en dépassant cette année le cap des 100.000 entrées. Nous attendons 120.000 visiteurs pour l’Auto-Expo 2006. Tous ces niveaux constituent donc un véritable challenge. Par ailleurs, on annonce pratiquement une trentaine de nouveautés nationales. Donc, vous voyez que finalement, ce Salon est un événement de grande envergure, dans la mesure où il intéresse les hautes autorités du pays, les opérateurs du secteur, ainsi que le grand public.

Qu’attendez-vous concrètement de ce Salon ? Du travail d’image, des ventes, de la promotion pour le secteur… ?
L’Auto-Expo a toujours été pour nous, membres de l’Aivam, un Salon pour l’image. Tous les deux ans, on s’arrête pour montrer au grand public marocain le niveau de développement atteint par les constructeurs automobiles sur les plans du design, de la technologie, du concept… Et tout cela nous permet de renforcer la culture automobile dans notre pays et faire en sorte que le consommateur marocain prendra sa décision et fixera son choix en connaissance de cause.
C’est aussi un Salon qui attire beaucoup de familles et de jeunes pour qui c’est une occasion de rêver et d’être sensibilisés à tout ce qui touche l’automobile. L’Auto-Expo est donc un événement de sensibilisation et de promotion du secteur.
D’ailleurs, s’agissant des ventes, l’expérience de ces quatre dernières éditions a montré que l’Auto-Expo n’est pas un Salon qui crée de la vente, mais qui la déplace.
Mais tel n’est pas notre premier objectif. Nous voudrions surtout renforcer la culture automobile chez le citoyen marocain.

A quand un espace d’exposition qui soit à la hauteur des ambitions de ce Salon et des attentes de tous les importateurs automobiles marocains ?
Cet espace-là que tout le monde désire tant, nous l’attendons et nous le souhaitons. Malheureusement, ce n’est pas à nous, exposants, de nous charger de cela. A ce que je sache, la ville de Casablanca se préoccupe de ce problème et nous espérons qu’une solution pourra bientôt être trouvée. La capitale économique du Royaume mériterait un Palais des congrès ou un centre international des expositions.
Aussi, je demanderais au public d’être un peu plus indulgent envers nous. Car une fois de plus dans l’Auto-Expo, nous avons fait le maximum avec le peu de choses dont on dispose.

En tant que président de l’Aivam, quelle appréciation faite-vous sur l’évolution très positive du marché marocain ?
Effectivement, le marché automobile marocain évolue positivement de façon significative et apparente. Cette tendance a démarré il y a deux ans avec une progression à deux chiffres, au grand bonheur des différents importateurs. Néanmoins, nous ne sommes pas encore satisfaisants, car le taux de motorisation reste encore relativement faible au Maroc par rapport à d’autres pays à niveau de développement égal. Plus que jamais, notre espoir est d’atteindre, avant l’année 2010, le cap des 100.000 véhicules vendus annuellement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *