Moteur Volvo 1.6 GTDi : Un Viking peu gourmand

Moteur Volvo 1.6 GTDi : Un Viking peu gourmand

Volvo est résolu à devenir un motoriste de référence. C’est ce qu’on pourrait croire lorsqu’on découvre la dernière prouesse de ses ingénieurs de la division «powertrain» qui, à coup sûr, ne chôment pas. En effet et quelques mois, après avoir présenté le 2.0 litres GTDi (pour Gasoline Turbocharged Direct Injection, soit un bloc à injection directe d’essence et turbocompresseur), la marque de Göteborg revient à la charge avec un moteur qui reprend la même technologie, mais avec une plus petite cylindrée. Il s’agit du tout nouveau 1.6 l qui, comme le laissent deviner ses chiffres, dispose d’une cylindrée 1.595 cm3. Ceci étant, ce quatre-cynlindres sera décliné en deux configurations de puissance, à savoir 150 chevaux (version T3) et 180 ch (T4). Question couple, la version T3 disposera de 240 Nm, valeur constante disponible de 1.600 à 5.000 tr/min, ce qui est plutôt bon pour un moteur essence de cette cylindrée. Encore plus élevé est celui (couple) de la T4 qui atteint 270 Nm grâce à une fonction «Overboost». Mais au-delà de ces données qu’a-t-il de si spécial ce 1.6 GTDi ?
D’abord une structure bien pensée, puis une construction allégée. En effet, cette nouvelle motorisation affiche des dimensions compactes et a été entièrement réalisée en aluminium moulé. Objectif : alléger ce bloc au maximum et lui permettre une meilleure capacité de dissipation thermique. Et parce que chaque goutte de carburant doit être exploitée le plus efficacement possible, chacun des injecteurs, monté en position centrale, possède six trous, histoire de réaliser une combustion des plus optimisées.  Cela, d’autant plus que l’ensemble profite également de l’apport d’un turbocompresseur et des bienfaits du système à calage variable des soupapes. C’est aussi dans le même sillage qu’intervient l’injection directe, permettant d’obtenir des performances identiques à celles de moteurs d’une cylindrée supérieure, tout en réduisant de 20% de consommation et rejets de CO2.
Consommation toujours, Volvo précise qu’un bouton DRIVe (situé au tableau de bord) permettra au conducteur d’activer ou de désactiver la fonction d’économie de carburant. Plus techniquement et s’agissant à proprement parler du fonctionnement de moteur, le constructeur suédois explique dans un communiqué de presse que «lors des démarrages à froid, le carburant est vaporisé au centre de la chambre de combustion, juste avant l’allumage». «Grâce à la pression d’injection élevée (100 bars), la préparation du mélange est parfaite, avec une moindre quantité de carburant échouant sur les parois froides de la chambre de combustion», lit-on sur le même document. Puis d’ajouter : «les émissions s’en trouvent diminuées, ainsi que la quantité de carburant brûlé dans une large mesure (…) Hormis une combustion efficace et de faibles niveaux d’émissions, elle favorise l’entrée en action plus précoce du turbo et procure une réponse rapide même à bas régime. Ce qui, en retour, se traduit par de vives accélérations et d’excellentes dispositions du moteur pour reprendre à faible régime».
Disponible au courant de l’automne 2010, le nouveau 1.6 GTDi sera principalement destiné à animer la nouvelle S60, ainsi que sa variante monospace V60. Bref, une nouvelle corde qu’ajoutent ces deux drakkars à leurs arcs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *