Nissan Pathfinder : Pachyderme roulant

Nissan Pathfinder : Pachyderme roulant

Le Pathfinder, c’est ce gros 4×4 que l’on ne voit pas uniquement sur nos routes, mais aussi un peu partout dans les médias. A la télé tout d’abord, avec un slogan où on le voit se transformer en félin puis en reptile… Ensuite, dans les journaux et les panneaux d’affichage urbains, où il (le Pathfinder) pose aux côtés de ses deux autres frères, le Murano et l’X-Trail. Tout cela pour dire que ce véhicule demande beaucoup à être connu. Comme si le fait de remporter le titre très flatteur de «4×4 de l’Année 2006» n’était pas déjà suffisant. Mais justement, que vaut-il dans la réalité, celle du quotidien? C’est pour tenter de répondre à cette question ou tout au moins se faire une idée un peu plus concrète du Pathfinder, que nous l’avons essayé durant toute une journée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce véhicule ne passe pas inaperçu. D’accord, sa face avant ne plaît peut-être pas à tout le monde, mais elle réussit à lui donner un air assez agressif, méchant même.
La partie arrière fait nettement plus l’unanimité, tandis que le profil affiche un design plus sobre avec des lignes droites et quelques figures stylistiques d’actualité, à l’image des poignées des portes arrière. Mais plus qu’une affaire de style, le Pathfinder, c’est d’abord un véhicule à la taille XXL. Il n’y a pas à dire : il en jette avec son gabarit imposant et même impressionnant. Sur papier, cela donne 4,74 m de longueur, 1,85 m de largeur et surtout 1,86 m en hauteur. Un gigantisme qui lui profite surtout au niveau de l’habitacle. Gros porteur, ou même déménageur, le «Path» peut accueillir jusqu’à sept personnes à son bord, grâce à sa troisième rangée de sièges. Dans cette configuration (sept places), le volume de son coffre «descend» à 190 litres, alors qu’il cube 515 litres dans le schéma cinq places et même 2.091 litres si l’on va jusqu’à rabattre la rangée du milieu. C’est dire combien ce véhicule est spacieux, mais aussi combien son aménagement intérieur ressemble à celui d’un grand monospace. La preuve : les quelques rangements, mais aussi quelques attentions comme le dispositif de climatisation destiné aux places arrière (deuxième et troisième rangées).
Pour ce qui est des critiques, on aime la richesse de l’équipement (sellerie cuir, sièges avant électriques et chauffant, clim’ automatique, phare au xénon, système audi 6 CD, toit ouvrant…), mais on regrette la qualité de certains plastiques qui garnissent la planche de bord et qui ne font pas assez haut de gamme.
Sur la route, et dès les premiers tours de roues, c’est l’assise haute et le champ de vision qui surprennent le plus. Non pas que l’on ne soit pas habitué à ce type de conduite. Mais le Pathfinder est vraiment haut sur ses pattes. Tellement haut que ses conducteurs les plus machos (et les plus vicieux) pourraient s’amuser dans un feu rouge à regarder dans le décolleté d’une conductrice de Rav4! En revanche et par rapport à ce dernier, le Pathfinder est moins agile, écopant d’un poids assez important puisqu’il avoisine les 2,2 tonnes (contre 1,5 tonne pour l’X-trail).
Cela ne veut pas dire pour autant que le Pathfinder se comporte comme un veau sur la route. Loin de là même. Sous son capot, l’excellent Diesel 2.5 litres dCi ne manque ni de couple, ni de puissance, avec respectivement 403 Nm et 174 chevaux. Sauf que ces derniers demandent le plus souvent à être «cravachés», via des accélérations franches. Mais attention à ne pas trop s’emballer dans les carrefours. Car, s’il veut rouler vite, un conducteur, qui n’est pas habitué aux 4×4, devra être vigilant et prévoyant. Non pas que le Pathfinder ne freine pas bien, mais il manque de mordant. Et n’ayons pas peur de le dire, son freinage ABS (avec répartiteur EBD) aurait beaucoup gagné à recevoir un amplificateur de la force (de freinage). Autre incommodité, celle liée à la circulation strictement urbaine et au stationnement.
Cela, même si les rétros extérieurs s’abaissent pour montrer le trottoir de l’autre côté et partant, faciliter les manœuvres en marche arrière. En revanche, le Pathfinder est un engin idéal pour se jouer des imperfections de la chaussée. Les crevasses, les nids de poules, mais aussi et surtout les dos d’âne ne le déstabilisent pas. Normal, ce véhicule est taillé pour aller jusque dans le désert. Son châssis séparé, sa garde au sol généreuse (24 cm) et sa transmission intégrale «All Mode» lui en donnent les moyens. Mais qui de nos jours achète le plus ce type de véhicule pour faire strictement du franchissement ? Une infime part de la clientèle.

Le verdict :
Difficile de le nier : le Pathfinder n’est clairement pas fait pour un usage citadin quotidien. Pas évident à garer dans une ruelle et assez gros pour «filer» dans les bouchons, il est aussi lourd à tracter ce qui n’est pas sans avoir une incidence à la pompe. Comptez jusqu’à 12 l/100 km de gazole (à 350 ppm SVP) en consommation urbaine. Du coup, l’image du Pathfinder en ville, ressemble à celle d’un labrador dans une garçonnière : il a besoin d’espace ! Et de grands espaces, quand bien même ils seraient sauvages. C’est même son meilleur terrain de jeu. Reposant sur un châssis de tout-terrain et servi par une excellente transmission intégrale, le «4×4 de l’Année 2006» n’a pas usurpé ce titre ô combien convoité dans son segment. Restent, des qualités qu’on ne saurait passer sous silence. A commence par son bon rapport qualité/prix/gabarit, son habitacle de grand monospace ou encore cet incontournable sentiment de sécurité qu’il suscite auprès des nombreux acheteurs qui l’ont déjà adopté.

La technique :
4 cylindres en ligne. 2.488cm3. Turbo Diesel par injection directe à rampe commune. 174 ch/403 Nm. Boîte manuelle à cinq rapports. Transmission intégrale «All Mode». 24 cm en garde au sol. 8 l/100 km en consommation moyenne. 175 km/h en vitesse de pointe. ABS+EBD (répartiteur de freinage).  Contrôle dynamique de trajectoire (VDC). Jantes en alu et pneus de 17’’.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *