Nissan Qashqai : Le million en quatre ans

Nissan Qashqai : Le million en quatre ans

Le constructeur Nissan est à la fête ! Et pour cause, les ventes mondiales du Qashqai viennent de franchir la barre colossale du million d’unités et ce, tout juste quatre ans après le lancement de ce modèle (mars 2007). «Tout juste», car rares sont les modèles opérant dans des segments dits «de niche» qui atteignent ce seuil très flatteur en si peu de temps. Bien évidemment, dans ce million d’unités vendues, il faut inclure celles (les ventes) de sa déclinaison à 7 places, Qashqai+2, lequel avait été lancé un an et demi plus tard. Quoi qu’il en soit, c’est bien la preuve chiffrée d’un succès mondial, dont le deuxième constructeur japonais a précisé, dans un communiqué, la ventilation des ventes par pays ou régions. Sans grande surprise, c’est en Chine où le Qashqai s’est le plus vendu, avec précisément 126.856 unités livrées à fin janvier 2011. En revanche, on découvre dans le même document que le Qashqai, qui est vendu partout dans le monde sauf en Amérique du Nord, compte beaucoup moins d’adeptes sur son marché domestique (61.594 ventes au Japon), qu’en Europe. Visiblement, le Vieux Continent est son vrai terrain de prédilection puisqu’il s’y est écoulé à 759.370 exemplaires, dont plus de 111.000 sur le seul marché britannique. Viennent ensuite, l’Italie (103.647 unités), la Russie (89.808), puis la France (75.649). Il est vrai que le Qashqai profite d’une véritable synergie géographico-industrielle, puisqu’il est actuellement produit dans les usines de Sunderland au Royaume-Uni, Kyushu au Japon, ainsi que sur les sites chinois de Huadu (Dongfeng Nissan) et de Zhengzhou N° 2 (Nissan). Mais il n’en demeure pas moins que ce crossover (anglicisme désignant un croisement des genres automobiles) affiche bien des qualités. «Le Qashqai fait à l’évidence figure de pionnier en matière de «crossover compacts», fixant la tendance que d’autres, dans l’automobile, s’empressent de suivre», explique Guillaume Masurel, responsable mondial du marketing Qashqai, chez Nissan. Puis d’ajouter, «les raisons de ce succès : le juste équilibre entre les attributs essentiels du SUV synonymes de robustesse, d’habitacle spacieux et de position de conduite surélevée, et les atouts d’une berline compacte avec de faibles consommations et un comportement dynamique exemplaire». Au-delà d’être un best-seller, et à défaut d’avoir de réelles aptitudes en franchissement, le Qashqai est en tout cas un excellent franchisseur d’objectifs. Parmi ces derniers, celui qui lui avait été assigné afin de contribuer à l’amélioration des parts de marché de la marque. À cet égard, on rappellera que la part de marché de Nissan en Europe était de 3,3% en 2010 et qu’elle est passée à 3,6% ces derniers mois, grâce justement aux excellentes ventes du Qashqai. L’objectif de ce constructeur est de rattraper son éternel rival, Toyota (4,6% de parts de marché en Europe), et lui ravir la place de première marque japonaise sur le Vieux Continent, un «leadership» que Nissan avait jusqu’en 1998. Enfin, au Maroc, c’est en grande partie grâce au Qashqai que l’importateur de Nissan s’est non seulement bien maintenu dans les ventes malgré les difficultés de la conjoncture (droits de douanes, taux de change du yen…), mais figure aussi en bonne place (6ème rang) dans les ventes réalisées en 2010 dans ce segment.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *