Observatoire Wafasalaf : Ce qu’il faut savoir sur les tendances auto en 2018

Observatoire Wafasalaf : Ce qu’il faut savoir sur les tendances auto en 2018

Crédits, critères de choix, location à longue durée…

Les acheteurs de véhicules à crédit choisissent un financement à 50/50 et le montant versé mensuellement est en moyenne de 1.900 dirhams pour les voitures neuves alors que pour les véhicules d’occasion il est de 1.200 dirhams.

L’acquisition d’une voiture (10%) est en 3ème position des intentions d’achat des Marocains, après les meubles pour le salon (11%) et la télévision (14%), selon l’étude dévoilée le 20 avril 2018 par l’Observatoire Wafasalaf en marge de l’Auto Expo 2018.  Dans cette analyse l’Observatoire passe au peigne fin la transformation des comportements des ménages marocains dans le secteur automobile. Il en ressort que neuf répondants sur 10 estiment être satisfaits de leur véhicule automobile actuel et 58% se disent pleinement satisfaits. Quant aux intensions d’achat, 11% des personnes questionnées envisagent d’acquérir dans les 12 prochains mois une voiture et 40% ont l’intention d’en acheter une au cours des 6 prochains mois. Le plus souvent (58%), il s’agit d’un premier équipement. Plus encore, 52% des personnes interrogées prévoient d’acheter une voiture neuve. Et pour cause, 61% d’entre elles sont encouragées par l’achat d’un véhicule en bon état. Quant à ceux qui souhaitent acquérir une voiture d’occasion (47%), ils évoquent le prix qui est plus abordable.

Véhicules neufs : L’achat à crédit est majoritaire

Quant aux modes d’achat, deux répondants sur trois prévoient d’acquérir leur véhicule neuf à crédit alors que le véhicule d’occasion est surtout financé par des fonds propres. Les particuliers, Internet et les courtiers sont les principaux canaux d’achat envisagés pour l’usager, indique l’étude. Pour les prix des véhicules neufs, ils varient en grande majorité (70%) entre 100.000 et 200.000 dirhams. Le budget réservé aux véhicules d’occasion ne dépasse pas pour 77% des cas 80.000 dirhams. En se référant aux résultats obtenus par l’Observatoire Wafasalaf, les acheteurs de véhicules à crédit choisissent un financement à 50/50 et le montant versé mensuellement est en moyenne de 1.900 dirhams pour les voitures neuves alors que pour les véhicules d’occasion il est de 1.200 dirhams.

La marque, le prix et la motorisation : Principaux critères de choix

Le critère le plus important est sans surprise la marque (54% pour les véhicules neufs et 42% pour les voitures d’occasion), suivi du prix (13% pour le neuf et 17% pour l’occasion). En troisième position, la motorisation (9% pour les véhicules neufs et 10% pour l’occasion). Dans leur choix, les acheteurs de véhicules neufs se basent à 50% sur les visites des concessionnaires, les conseils des proches et amis à 43% sont les principales sources d’informations dans le cas de l’achat d’un véhicule neuf, alors que les acheteurs de voitures d’occasion suivent les recommandations des proches à 64%, suivies des sites de vente sur Internet (31%) et des sites spécialisés à 22%.

La location longue durée attire de plus en plus

Dans son étude, l’Observatoire s’est également penché sur la location longue durée (LLD) et les véhicules hybrides. Globalement, 33% des personnes questionnées pensent que la LLD est attrayante alors que 36% sont très intéressés par l’hybride.

«Une baisse sur le neuf et une hausse sur l’occasion»

Trois questions à Laila Mamou, présidente du directoire de Wafasalaf

ALM : Quelle lecture faites-vous des résultats de l’étude dévoilée par l’Observatoire Wafasalaf sur l’automobile ?

Laila Mamou : Par rapport aux indicateurs que nous suivons, à savoir le pouvoir d’achat, les intentions d’achat, et l’épargne, on sent qu’aujourd’hui par rapport aux chiffres de l’an dernier les ménages sont sous contrainte puisqu’il il y a une légère baisse ressentie du pouvoir d’achat. Ce qui est intéressant c’est que l’intention d’achat existe malgré ce contexte. Certes, il y a une baisse sur le neuf et une hausse sur l’occasion par rapport à l’an dernier. Ces chiffres-là ont été analysés par des experts et l’objectif de la table ronde qu’on a organisée c’est de prendre conscience que la relation par rapport aux véhicules est en train de changer. Il y a des tendances au Maroc que nous constatons. Par exemple les jeunes sont plus prêts à louer qu’a acheter un véhicule, ou encore à le partager.

Quelle est la finalité recherchée par l’Observatoire de Wafasalaf à travers la réalisation de ce genre d’analyse ?

Il y a des tendances qu’on avait vues au niveau mondial et qui sont en train d’arriver au Maroc et l’objectif de l’Observatoire c’est d’être précurseur et d’annoncer ces changements pour que tout le monde puisse s’y préparer. Notre démarche n’est pas une démarche business. On analyse des tendances, on les met sur le marché et on les partage avec tout l’écosystème pour préparer la transformation du Maroc dans de bonnes conditions.

Quelle place a l’innovation dans cette démarche ?

Effectivement deux start-up ont participé à cette table ronde. Une des start-up travaille sur le sharing, c’est-à-dire permettre aux particuliers de partager un véhicule hybride et la deuxième start-up accompagne le client de l’achat et pendant toute la vie du véhicule. Elle propose des services d’entretien de préparation mais également tout ce qui est administratif. Il y a tout un écosystème de start-up qui est en train d’innover et qui apporte de nouvelles solutions aux conducteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *