Opel Astra 1.7 CDTi : Compacte de référence

Opel Astra 1.7 CDTi : Compacte de référence

Après la refonte de la Vectra, puis l’apparition du monospace citadin Meriva, c’était au tour de la troisième génération de l’Astra de venir confirmer le renouveau de la marque Opel. Commercialisée sur les marchés européens au début 2004, puis au Maroc vers la fin du premier semestre 2005, la nouvelle compacte d’Opel revient avec de plus grandes ambitions commerciales. Mais cette fois, elle a les moyens de figurer parmi les références de son segment. Premier chapitre de cet argumentaire, son design qui rompt radicalement avec celui de sa devancière.
Exprimant une très forte personnalité, la face avant reçoit des projecteurs placés sous un bloc à glace lisse. Leur forme anguleuse s’ajoute à la calandre quasi verticale pour offrir à cette allemande un faciès agressif. De profil, outre des jantes en aluminium de 15 pouces (équipement de série), on apprécie la ligne basse et élancée du toit, qui dicte la découpe du vitrage latéral. Des détails comme la ceinture de caisse haute, des ailes larges et des passages de roues proéminents, font que l’Opel Astra incarne parfaitement l’image de la compacte allemande robuste et cossue.
Quant au style de la poupe, il ne manque pas non plus d’originalité avec des feux en amande placés sous une glace à deux tons, dont l’un opaque. Autre détail fantaisiste du hayon, sa lunette légèrement incurvée ou encore cette barre de chrome transversale, qui recèle en son centre la commande électrique de l’ouverture du coffre. Ce dernier offre une capacité de chargement d’environ 350 litres. Sans avoir à rabattre la banquette, ce volume est suffisant pour emmener les bagages d’un jeune couple avec deux enfants lorsqu’il s’agit de voyager.
Même constat au niveau de l’habitacle, qui semble avoir pleinement profité des nouvelles mensurations extérieures de l’Astra. Et au-delà d’une sensation d’espace bien réelle, il faut savoir que cette Opel atteint une longueur  de 4,25 m (+14 cm par rapport à l’ancien modèle), dépassant ainsi toutes ses rivales de quelques centimètres, à l’exception de la Mazda 3. Et avec un empattement de 2,61 m, c’est l’espace aux jambes qui y gagne le plus, surtout au niveau des places arrière. Là encore, il n’est pas exagéré de croire que trois adultes peuvent voyager à l’arrière dans une Astra, sans trop le regretter. Mais même sans aller plus loin, c’est-à-dire au quotidien et en milieu urbain, la compacte de la marque au «Blitz» (éclair en allemand) a de quoi séduire ses occupants.
D’abord par sa présentation intérieure, qui se veut d’actualité et fait appel à des matériaux de qualité comme celui qui habille la planche de bord. Celle-ci adopte un dessin strict et rectiligne dans la pure tradition de la rigueur germanique. Laquelle rigueur se traduit aussi par la fermeté de l’assise. Les rangements ne manquent, au même titre d’ailleurs que les équipements suffisants dans l’unique niveau de finition retenu par l’importateur marocain. L’Astra place même la barre assez haute en la matière, avec, entre autres, un autoradio CD frontal intégrant un décodeur MP3, l’allumage automatique des phares, le capteur de pluie et le rétroviseur intérieur électrochromatique. A cela s’ajoutent les traditionnels ABS, quatre airbags, climatisation, verrouillage centralisé commandé à distance et autres vitres et rétros à réglages électriques. Seul bémol qu’on ne peut d’ailleurs passer sous silence : l’absence d’un miroir de courtoisie du côté conducteur.
Plutôt impardonnable à ce niveau de gamme et de prix. En revanche, c’est ce même conducteur qui saura le plus apprécier l’Astra. Il y a d’une part des petits détails pratiques en conduite comme le système à impulsion des commodos des clignotants et d’autre part les qualités dynamiques de l’auto, surtout dans cette version Diesel. Animée par un bloc moderne, en l’occurrence le 1.7 litre common rail de 100 chevaux, l’Astra ne manque pas d’allant, mais n’offre pas non plus des accélérations phénoménales. Sobre, il distille de bonnes reprises, mais s’avère plutôt paresseux à bas régime, pour peu que l’on ne joue pas du levier de vitesses.
On peut aussi lui reprocher un niveau sonore fort perceptible au ralenti et à froid, bien qu’il brille en général par une certaine discrétion. Les suspensions gomment suffisamment les imperfections du bitume et procurent un confort bienvenu à bord. Enfin, châssis, trains roulants et direction électro-hydraulique, concourent à procurer à l’Astra une tenue de route précise, voire incisive.


Le verdict :
Tous ceux qui, jusqu’ici, étaient sceptiques à l’égard de l’ancienne Opel Astra ne peuvent plus l’être avec la nouvelle, séduisante, moderne et plus accueillante. Mais l’Astra ne s’est pas bonifiée qu’en matière de présentations extérieure et intérieure. Elle a aussi de solides arguments à avancer sur le plan mécanique, surtout dans cette version 1.7 CDTi, dont on signalera au passage, une homologation fiscale de 7 CV. Reste la question du prix, fixé dans le cas présent à 250.000 DH TTC. Une somme que l’on parvient tout juste à justifier par la générosité de l’équipement, les qualités routières de l’Astra, ainsi que son économie à la pompe. Le tout, sans omettre de rappeler l’appartenance sacrée de cette voiture au clan très prisé des compactes allemandes.

La technique :
4 cylindres en ligne. 1.686 cm3. Turbo Diesel par injection directe common rail. 100 ch/240 Nm. Boîte manuelle à cinq rapports. 5,2 l/100 km en consommation moyenne. 181 km/h en vitesse de pointe. ABS dernière génération. Jantes en alu et pneus de 15’’.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *