Opération séduction

Opération séduction

L’opération est paraît-il organisée à l’échelon international et baptisée «Nissan Test Drive» : une campagne promotionnelle de grande envergure, axée sur l’essai dynamique des véhicules Nissan. Il s’agit pour toutes les représentations de Nissan (y compris au Maroc via l’importateur de Nissan, SIAB) d’inviter le grand public à tester toute la gamme de la marque. Et c’est sur la côte d’Aïn Diab et plus précisément au club Plein Ciel Paradise, où les modèles de Nissan ont élu domicile, le temps de finaliser la rénovation du siège de SIAB (et de son showroom), sis au boulevard Moulay Ismaïl à Casablanca. L’opération a démarré le 6 octobre, journée réservée à la presse marocaine, dont ALM qui en a profité pour passer à l’épreuve de la route, la Micra.
Lancée sur les principaux marchés européens en 2003, la citadine du constructeur japonais aura attendu le début 2004 avant d’être commercialisée au Maroc. Ceci étant, ici, comme sur le vieux continent, elle débarque sur un segment très concurrentiel, mais dans lequel elle se démarque d’emblée par sa ligne tout en rondeur et ses facettes originales.
C’est le cas notamment des projecteurs ovoïdes et étirés vers le haut et mordant généreusement dans le capot. Assez plongeant, ce dernier se termine par une calandre entourée de drôles de clignotants, le tout contribuant grandement au faciès joyeux de cette petite. Les formes arquées dominent également le profil et la poupe. Celle-ci reçoit une lunette bombée et soulignée par le prolongement de la ceinture de caisse, qui elle, est relativement basse, accentuant l’architecture haute du véhicule. Bref, un style assez créatif, mais qui reste à la libre appréciation de chacun, même si l’on peut s’aventurer à avancer que la Micra aura surtout les suffrages d’une clientèle féminine. En tout cas, avec ses roues repoussées aux quatre coins, la petite Nissan est spacieuse à l’intérieur et même plus habitable que sa devancière qui en est pourtant plus longue. Le volume du coffre se situe dans la moyenne supérieure de la catégorie, tandis que la banquette arrière dessinée pour trois personnes, leur offre suffisamment de longueur aux jambes. Mais surtout, la Micra ne se prive de rien dans cette finition Acenta : six airbags (frontaux, latéraux et rideaux), détecteur de pluie, sellerie en velours, volant gainé de cuir, vitres et rétros électriques, allumage temporisé des feux… etc.
On y trouve aussi plusieurs fonctions confortables et pratiques telles que la climatisation automatique, l’autoradio CD frontal avec touches au volant et six haut-parleurs, ou encore l’ordinateur de bord. Autant de commandes qui prennent place sur une planche de bord au design ondulé et plaisant, et dont l’habillage est du plus bel effet. On apprécie les touches en céramique, l’ergonomie de l’ensemble, les rangements astucieux (comme ce bac sous le siège du passager avant), ou encore quelques gadgets high-tech tells que l’Intelligent Key. Grâce à ce système d’accès et de démarrage sans clé, la mise en marche du moteur s’effectue en tournant un interrupteur situé derrière la colonne de direction, mais tout en portant sur soi le mini-boîtier en plastique, qui remplace la clé traditionnelle.
Equipée du 1.4 l essence, notre version d’essai offre 88 ch de puissance, soit huit de plus que le moteur qui constitue l’offre de base, le 1.2 l. A l’exception d’une sonorité un peu plus présente dans l’habitacle à hauts régimes, ce 1.4 l offre un rendement et des prestations acceptables. Polyvalente jusqu’à prendre la route pour de longs trajets, la Micra brille surtout dans le milieu urbain. Elle se gare en deux temps, trois mouvements, profite d’un diamètre de braquage court et se faufile comme une (gentille) taupe dans les embouteillages du centre-ville. Celui-ci quitté, l’auto peut alors révéler tous ses secrets. On constate alors que la Micra profite d’un bon compromis entre confort de suspension et tenue de route incisive. Dans les passages en courbe, la tenue de cap reste précise grâce à la direction électrique à assistance variable, qui se durcit au fur et à mesure que la vitesse augmente. Enfin, le freinage se montre rassurant, l’ABS étant couplé à un amplificateur et à un répartiteur électronique.

Le verdict :
A l’issue de ce test-drive, il apparaît que la Micra gagnerait beaucoup à se faire connaître du grand public. C’est d’ailleurs même le but de l’opération. Maniable, polyvalente, bien construite et généreuse autant en habitabilité, qu’en équipement, elle n’a, finalement, que son prix pour ne pas faire l’unanimité. Car, les 170.000 DH nécessaires à son acquisition, en font plutôt une sorte d’outsider qui s’intercale entre la grande masse des citadines (vendues aux environs des 150.000 DH) et la plus chic du lot actuellement, la Mini. Un positionnement qui en fait plus une affaire d’image que de volume pour Nissan au Maroc. Mais lorsqu’on peut contourner le lion, le losange ou les chevrons, il n’y a qu’un pas : celui du regard jovial de la Micra.

La technique :
1386 cm3. 4 cylindres en ligne, à injection électronique et 16 soupapes. 88 ch/128 Nm. Boîte mécanique à cinq vitesses. 6,3 l/100 km en consommation mixte. 172 km/h. ABS+EBD+NBAS (répartiteur et amplificateur de freinage). Jantes alu et pneus de 15 ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *