Othman Gharnit : « Dès l âge de 8 ans je lavais la voiture de mes parents »

Othman Gharnit : « Dès l âge de 8 ans je lavais la voiture de mes parents »

ALM : Comment vous est venue l’idée de créer CarCulture ?
Othman Gharnit : Ma passion pour l’automobile a commencé quand j’étais enfant puisque dès l’âge de 8 ans je lavais la voiture de mes parents. Je savais que je voulais travailler dans l’automobile. Une dizaine d’années plus tard, j’ai eu mon Bac STI (Sciences et Technologies industrielles) en génie mécanique automobile. J’ai d’abord voulu faire du dessin et m’inscrire à la prestigieuse école suisse de Sbaro, mais j’y ai renoncé. Puis j’ai rencontré des amis à travers ma passion pour les Volkswagen, notamment les Cox, le Combi, les Golf (surtout les 2 premières générations) qui m’ont appris les bases du métier de la rénovation auto. Alors, quand j’ai voulu rentrer au Maroc, j’ai décidé de me lancer, mais en cherchant un local, les prix m’ont vite dissuadé et c’est à ce moment que j’ai décidé d’offrir mes services à domicile. C’est donc ainsi qu’est né CarCulture, il y a un peu plus de deux ans maintenant. J’ai acheté un van Volkswagen que j’ai aménagé et j’ai commencé à distribuer mes flyers. Le van également était une bonne pub et puis il y a aussi et surtout le bouche-à-oreille. Comme je travaille seul, j’ai préféré me concentrer sur le haut de gamme et offrir à mes clients de belles prestations plutôt que d’opter pour de plus gros volumes.

Pouvez-vous nous parler des prestations dont bénéficient vos clients?
En fait, je fais tout. Je peux presque démonter une voiture pour la nettoyer. Quand certains clients viennent et me demandent « le top », ils sont loin de se douter que je suis bien plus maniaque qu’eux. Je vais là où ils ne vont sûrement même pas regarder. A titre d’exemple, j’utilise un produit spécifique pour les joints de vitre ou encore une cire spéciale à haute température pour les étriers de freins. Chaque partie nécessite l’utilisation d’un produit qui lui est spécifique. Ces produits facilitent notamment le nettoyage et donnent à chaque zone d’application son éclat d’origine.

Combien de temps nécessite la préparation d’une voiture ?
C’est entre 7 et 45 heures par voiture. En général je me déplace chez les clients mais depuis peu j’ai un fonds de local à Derb Omar où j’accueille les véhicules qui nécessitent plusieurs jours de travail d’autant plus que je n’ai pas toujours les conditions idéales chez le client, sachant que pour un polissage par exemple, il faut être à l’ombre, loin de la poussière et au calme.
Quand je garde la voiture au local, je peux travailler jusqu’à 8 heures par jour et reprendre le lendemain jusqu’à ce que ce soit vraiment parfait. C’est pour cela que j’ai au maximum 4 voitures par semaine. J’ai essayé de former quelqu’un mais vous savez si vous ne faites pas cela par passion, ce ne sera jamais parfait. J’avoue qu’il faut être un peu «dingue» pour passer 4 heures à lustrer un capot, il faut travailler avec son cœur et être très patient.

Quels sont les tarifs pour vos prestations ?
La fourchette de prix se situe entre 1.500 et 6.000 DH. ça m’est déjà arrivé de monter jusqu’à 7.500 DH pour une voiture qui était très abîmée par les lavages, cuir à repigmenter, démontage des jantes… pour un travail de 5 jours à peu près. Pour une belle voiture, il faut compter en moyenne entre 2.500 et 3.000 DH. Après, il faut être juste au niveau du tarif, il y a mon travail mais aussi les produits importés qui sont chers. Un pot de cire, par exemple, avec lequel je fais 6 véhicules, me coûte 450 euros. Il y a les mousses aussi, j’en utilise en moyenne deux par voiture et je les jette après. Il y a beaucoup de consommables.

Comment voyez-vous le développement de CarCulture ?
Je compte bientôt ouvrir un local à Derb Omar toujours, avec un espace très haut de gamme, comme ce que je fais aujourd’hui, il y aura deux autres personnes avec moi que je vais gérer. Je ne cherche pas à faire du volume pour le haut de gamme. Je compte également faire du moyen de gamme afin d’offrir nos bons services à une plus large clientèle, avec du lustrage rapide, nettoyage un peu poussé à l’intérieur, et des lavages améliorés. Nous voulons aussi mettre en place une boutique avec les produits et dérivés de la marque CarCulture. Ce sera dans l’esprit de la passion automobile et tout ce qui tourne autour du soin automobile dans un style urbain.

Quelles sont les plus belles voitures que vous avez traitées ?
Bentley, Mercedes, la SLS notamment, Lamborghini, l’AC Cobra aussi, c’était un beau souvenir. Porsche fait souvent appel à moi, pour la présentation de la 911 dernièrement mais également pour le Salon de l’Auto ou encore pour des véhicules qui ont été abîmés dans les showrooms. La Jaguar XF m’a agréablement surpris grâce à ses matériaux et sa qualité de finition, mais vous savez, mon attention se porte plus sur les détails de finition du véhicule que sur le véhicule en lui-même.

Pour finir, si vous deviez résumer l’esprit CarCulture ?
Je dirais que c’est prestigieux, urbain et « cool » !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *