Passion automobile : La liste des résolutions

Passion automobile : La liste des résolutions

A l’approche de la fin de l’année, les listes des résolutions sont d’actualité. Le site automobile caradisiac.com en a dressé une spécialement pour les passionnés d’automobiles. A découvrir et surtout à méditer.

Philosopher avec un pilote qui a marqué votre esprit
Quel plus grand plaisir que d’aller remercier une de vos idoles du volant et lui rendre une partie du plaisir qu’il vous a offert en le récompensant d’une félicitation sans excès ? Puis enchaîner sur une discussion passionnée à propos de l’automobile et de rentrer dans le partage de points de vue autour du sujet qui vous a réunis. Vous voilà partis pour un moment inoubliable que vous raconterez à tous jusqu’à plus soif.

Rouler sur un des circuits qui a façonné votre imaginaire auto
Le GPS vous annonce que vous arrivez bientôt à destination, vous l’avez vu au loin ou vous avez croisé d’autres fans en pèlerinage à proximité. Vous savez que vous brûlez, que vous vous en approchez ou vous vous étonnez que toute la région ne soit pas tournée vers le culte que vous vouez à ce circuit. ça y est, vous y êtes, Bathrust est devant vous ! Ou Laguna Seca, Monza, Spa, Silverstone, le Nürb, peu importe. C’est dans ces courbes, ce paysage, cette retransmission TV ou cette vidéo Youtube que vous vous êtes projetés et aujourd’hui vous allez y poser le pneu.

Approcher une auto que vous aviez en poster dans votre chambre
Oui, je sais. L’idée serait plutôt de rouler avec, n’est-ce pas ? Malheureusement il faut savoir raison garder. Les voitures qu’on accroche au mur dans notre enfance sont rarement les plus accessibles même avec les meilleures relations du monde. Rouler en 288gto, 205 turbo 16 ou F40 ça m’arrivera peut-être un jour mais en McLaren F1 LM, XJ 220 ou en 288 GTO Evoluzione, comment dire, ça a peu de chances d’arriver. Les approcher par contre, voire les effleurer ou, comble de l’inattendu, monter à leur bord, c’est déjà plus probable. Et lorsque ce moment arrive on se rend compte de la multitude de détails que l’on aimait et qui sont encore plus beaux en vrai et cela peut déjà suffire à notre bonheur.

Faire de la mécanique avancée et la réussir
Démonter intégralement une auto puis faire craquer le moteur dès le premier coup de clef est un vrai plaisir et une vraie fierté pour quiconque s’intéresse à l’automobile de près. Passer un week-end à trois pour réussir cette intervention mécanique lourde qui se fait en 4 heures tout seul par un mécanicien affirmé. Réussir un montage plus propre et soigné qu’aucun pro ne prendra jamais le temps de bien faire. Choisir pendant des mois les pièces que vous allez monter et constater la justesse de votre vision une fois tout en place. Faire du beau boulot, prendre son temps, apprendre, comprendre et surtout ne rien casser, ne rien bâcler et ne rien lâcher jusqu’au bout pour que tout marche du premier coup. La satisfaction ultime, le plaisir de maîtriser la mécanique, plaisir simple mais concret.

Acheter une véritable voiture passion, une icône
Tout le monde vous a dit que c’était une caisse de dealer, que ça fait racaille, que ce n’est pas raisonnable avec le sans plomb 98 à plus de 1,5€. Vos amis vous méprisent depuis que vous leur avez avoué que la prochaine fera plus de 200cv, votre mère recommence à vous traiter comme un ado et votre amie se demande si c’est bien sérieux de faire votre crise de la quarantaine dix ans en avance. Mais vous vous en foutez. Vous l’aurez enfin votre M3/ Evo/ Delta/ Elise/ SLS/ Mustang (barrez les choix inutiles) même si ce n’est pas l’auto idéale. On ne vit qu’une fois!

Maîtriser réellement la conduite d’une auto
Avoir une auto passion c’est bien mais qu’est-ce qu’on est capable d’en faire derrière le volant? Rouler vite en montagne une fois la nuit tombée c’est dangereux et de toute façon rouler un peu vite sur route ouverte de nos jours c’est périlleux pour votre permis en plus d’être potentiellement dangereux. Alors vous allez sur un circuit vous traîner lamentablement comme tout le monde, pilote du dimanche à Alfano compris. ça ne suffit pas. Donc maintenant il faut passer à l’étape suivante, stage après stage, essayer de maîtriser votre auto ou (moins risqué) celles d’un stage quatre étoiles. Vous rêviez d’être un Finlandais volant sur la neige, déflorer la corde tel Colin, tenir une monoplace tel Ayrton ou drifter comme Tsuchiya ? Tout est possible en stage et après quelques jours et parfois plusieurs stages vous dépasserez enfin vos limites, votre feeling. ça y est, vous savez piloter et la voiture fait exactement ce que vous voulez.

Dépasser les 300km/h sur quatre roues
Si c’est un seuil qui peut nous sembler trivial à atteindre, il n’en est rien. Déjà les premières autos civiles à pouvoir atteindre ce cap n’ont qu’une grosse trentaine d’années au compteur mais il faut être capable de trouver la route pour les atteindre. Quand vous faites un peu de circuit la première question d’un quidam sera de savoir «à combien vous montez sur le circuit?» et il est souvent déçu d’entendre un petit 140, 160 ou 180. Même le Nürburging n’offre pas sa longue ligne droite au touriste d’un jour et sa deuxième partie la plus roulante permet difficilement de dépasser les 250km/h à moins de posséder un engin de tonnerre. Du coup entre les autos rares à dépasser les 300km/h et les endroits tout aussi rares pour les atteindre voilà une barre que peu d’entre nous ont franchie.

Rouler dans une auto de chaque nation
Dans l’industrie automobile on a tendance à dissocier lourdement de grandes familles philosophiques. Les Allemandes strictes mais généreuses, les Italiennes exubérantes et sexy, les Anglaises originales mais puristes, les Américaines débordantes et abordables, les Japonaises efficaces mais raisonnables. Chacune de ces caractéristiques se reflète dans la plupart des autos passions que créent ces grandes nations de l’automobile. Il y a d’autres pays qui ont construit des autos passions mais ce sont ceux-là qui ont construit la plupart d’entre elles et bien souvent elles avaient des gènes bien dans l’ordre des choses. Il est intéressant d’avoir conduit quelques-unes sinon au moins l’une d’entre elles qui confirme ces dires. Avoir conduit un jour une Mustang Shelby pour bien comprendre que finalement non, les traits récurrents qu’on lit dans chaque essai ne sont pas si faux que certains trolls aiment à le penser. Et si pour vous ce ne sont pas les autos passions qui priment-élargissez les pays à la France, la Suède, l’Espagne, la Corée, etc.

Se faire un vrai Roadtrip, seul ou à plusieurs
Brûler du sans plomb dans le grand nord, traverser les Alpes, rejoindre sur une carte les plus beaux cols ou traverser la morne route 66 aux USA, voilà qui reste une expérience sans équivalent. Ne faire qu’un avec sa monture pendant de longues semaines, l’écouter, en prendre soin, la libérer dans un col, l’arrêter le temps de contempler. C’est dans ces moments là que l’on comprend l’essence originelle du mouvement automobile : la liberté. Partez en groupe ou tout seul, avec votre conjoint(e) ou votre ami(e), deux semaines ou un mois, en France ou en Australie.

Piloter quelque chose d’autre qu’une boîte à roue
Finalement la passion auto partage nombre de solutions, de marques, de technologie avec beaucoup d’autres divertissements mécaniques qui sont aussi très souvent de gros joujoux à grands garçons et à grandes filles. Hors bord, hélicoptères, motos, avions, camions, train… Ouvrez un peu l’œil sur ce qui se passe à côté de nos autos, vous serez surpris. Par contre évitez de transformer votre auto en bateau, en avion, ou votre moto en voiture. Au-delà de quelques exemples réussis ou du prêt de quelques organes en général ça finit très mal.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *