Pereira Dos Santos : « Logan, un joli succès »

Pereira Dos Santos : « Logan, un joli succès »

ALM : A moins d’un mois de la fin de l’année 2005, quelle appréciation faites-vous sur le marché automobile marocain ?
Leonardo Pereira Dos Santos : Sur les 11 premiers mois de l’année 2005, le marché total marocain s’est avéré en très nette progression. Une évolution qui devrait s’établir à la fin de cette année à plus de 18% par rapport à l’an dernier, ce qui est considérable. A la surprise générale, cette expansion du marché, que tous les professionnels du secteur n’attendaient qu’après le lancement de la Logan, a non seulement été amorcée auparavant, mais elle n’est pas uniquement le fait de ce modèle.
La Logan expliquera en fin d’année un quart de cette progression, pour le reste, c’est tout le marché qui a sensiblement évolué. C’est surtout le cas pour les voitures particulières (VP) importées, mais aussi pour le segment des ludospaces montés localement (NDLR : les ludospaces assemblés à la Somaca sont Renault Kangoo, Peugeot Partner et Citroën Berlingo), qui en plus de conforter leur position, l’améliorent. Que se soit pour Renault Maroc ou pour Sopriam, les ventes de ludospaces connaissent une hausse d’environ 24%. Quelques petits segments, continuent également à se développer dans un environnement général porteur, comme c’est le cas pour les 4×4. 2005 est une très bonne année pour le marché automobile marocain.

Quel bilan commercial dressez-vous plus particulièrement pour Renault au Maroc ?
Sur le marché automobile marocain, Renault Maroc fait mieux que tirer son épingle du jeu. En effet, nous ne nous sommes pas contentés d’atteindre nos objectifs, nous les dépassons largement. Pour la deuxième année consécutive, Renault est leader du marché en termes de ventes de véhicules neufs. Cette année, nous devrions probablement atteindre les 12.000 unités vendues, et avons même bon espoir de dépasser ce volume. Au final, ces résultats sont au-dessus de nos objectifs commerciaux pour 2005.

Qu’en est-il des ventes de la Dacia Logan, qui a été commercialisée au Maroc depuis six mois ?
Nous sommes très contents des résultats commerciaux de Logan depuis son lancement. Ce véhicule connaît une réussite fort prometteuse, malgré le fait qu’il ne soit actuellement commercialisé qu’en version essence. Dès le lancement, les commandes furent très nombreuses et surtout très supérieures à nos prévisions initiales. L’autre surprise est que cette Logan essence a séduit beaucoup de particuliers, alors que nous nous attendions surtout à une clientèle professionnelle, constituée principalement par les administrations et les loueurs. La Logan est un joli succès, mais il nous faut maintenant confirmer et concrétiser cet engouement sur le long terme. Depuis le lancement, tous les échos de nos clients sont très favorables au véhicule, que ce soit en termes de qualité ou de service après-vente.
Les problèmes de livraison que nous avons connus suite à la forte demande des premières semaines, sont désormais résolus. La montée en cadence de la Somaca est très bonne et conforme à ses objectifs. Avec une demande en Logan Diesel qui devrait être trois fois supérieure à celle de l’essence, la disponibilité du véhicule sera garantie dès le lancement.

Avez-vous confiance dans la qualité du gazole marocain pour cette Logan dCi, qui reçoit un moteur Diesel de dernière génération ? Et pensez-vous que la clientèle suivra cette offre qui implique strictement un gazole à 350 PPM ?
Fort de notre expérience, nous sommes très confiants, car cela fait plus de trois ans que nous avons introduit les moteurs dCi au Maroc et nous constatons très peu de retour en concession.
Maintenant, par rapport à la demande, il y a certes un risque commercial en proposant une Logan ne consommant que du gazole 350 PPM. Mais objectivement, le client n’est absolument pas pénalisé par cet aspect-là, car la consommation moyenne de ce moteur dCi, par rapport à un autre bloc atmosphérique, qui consomme du gazole ordinaire, est au minimum inférieure de 20 %. Du coup, ce que le client perd à la pompe, au niveau du prix, il le récupère largement en nombre de litres consommés.

Comment sont les ventes de Nissan? Et quel pourrait être l’impact de la dernière visite à Casablanca du Président de Renault, Carlos Ghosn, sur l’avenir proche de cette marque au Maroc ?
2005 sera égamlement une bonne année pour Nissan au Maroc, qui devrait atteindre les 1.000 véhicules vendus et environ 1,5 % de parts de marché. La visite de M. Ghosn aura des répercussions très positives pour Nissan au Maroc, notamment en permettant d’accentuer les synergies existantes entre les marques de l’alliance Renault-Nissan.
Lors de sa visite, nous lui avons exposé nos différents plans commerciaux et je dirais que, comme pour Renault et Dacia, les objectifs 2006 de Nissan seront encore plus ambitieux que ceux de 2005. De façon plus concrète, cette visite aura un effet positif sur le lancement de nouveaux produits Nissan, qui proposeront des motorisations Diesel, ce qui, au Maroc, manque à certains produits de la marque.

Quelle appréciation générale faites-vous sur la clientèle automobile marocaine ?
Le marché marocain illustre bien le fait qu’il n’y a pas de consommateurs qui se ressemblent. Il y a une multitude de types de clients et donc de besoins et d’attentes différents. Et c’est à cette demande diversifiée que l’offre essaye de correspondre. Il y a une clientèle plutôt orientée «qualité/prix», donc privilégiant des berlines à trois volumes qui offrent un grand coffre. Puis une autre qui calque ses besoins automobiles et ses goûts sur l’Europe. Sur cette moitié, on retrouve les principaux comportements du marché français à savoir une préférence pour les véhicules bi-corps.

A votre avis, qu’est-ce qui fidélise un client chez Renault Maroc ?
Je pense qu’il existe deux principales raisons pour lesquelles un client reste fidèle à une marque en général. D’une part, il y a le produit et l’appréciation que le client lui porte, et d’autre part, il y a le service après-vente, qui détermine de façon prépondérante si le client reste ou pas fidèle à la marque. Nos résultats commerciaux démontrent que nos clients apprécient nos produits. Côté après-vente, nous investissons beaucoup dans la qualité de nos services et prestations et la satisfaction de nos clients progressent en continu. Début 2006, nous allons inaugurer un nouveau Magasin national de pièces de rechange ultra-modernes, qui sera commun aux trois marques.

Quelles sont les nouveautés prévues par Renault Maroc en 2006 ?
Il y aura bien sûr la Logan Diesel, qui sera lancée durant la première quinzaine de janvier. Dans la gamme Renault, la grande nouveauté 2005 sera la Clio III, qui arrivera durant le deuxième trimestre 2006, soit juste après la Mégane II restylée, qui sera commercialisée au premier trimestre. Côté Nissan, le second semestre verra le lancement de certaines nouveautés, dont une berline compacte qui devrait connaître un grand succès au Maroc, mais je ne vous en dis pas plus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *