Peugeot 3008 : une 308 gonflée à bloc

Peugeot 3008 : une 308 gonflée à bloc

Chez Peugeot, on est un peu comme Iznogoud. Pour ceux qui ne sont pas fans de BD, on expliquera qu’Iznogoud c’est ce célèbre personnage créé par Goscinny et qui n’est autre qu’un grand vizir ayant pour grande ambition de devenir calife à la place du calife de Bagdad.
C’est donc avec cette métaphore que l’on pourrait présenter le 3008, un crossover avec lequel la marque au lion aimerait tant prendre la place du Nissan Qashqai qui trône depuis un moment sur le marché européen des crossovers.
Mais d’abord, que faut-il entendre par crossover ? Cet anglicisme renvoie tout simplement à un croisement des genres : un véhicule à la fois berline, SUV et monospace. Pour le 3008, ce truchement des genres se vérifie amplement. D’abord, de l’extérieur avec un gabarit ni trop grand, ni petit. Le véhicule s’étend sur 4,36 mètres de long (8 cm de plus qu’une 308) et ne dépasse pas 1,64m en hauteur. Cette dernière n’est donc pas aussi pénalisante sur le plan aérodynamique, puisque le 3008 affiche un Cx de 0,29 seulement. S’agissant du volet esthétique, ce modèle profite d’atours sympathiques et d’une ligne consensuelle qui a surtout le mérite d’innover un peu dans le style de Peugeot.
Le 3008 est ensuite un authentique crossover dans le sens où son habitacle emprunte quelques bonnes recettes aux meilleurs monospaces du moment. À commencer par une luminosité généreuse procurée par l’importance des surfaces vitrées. L’intérieur est aussi modulable avec une banquette qui se rabat en 2 temps 3 mouvements selon le schéma 1/3-2/3.
Puis, il y a les nombreux rangements qui totalisent près de 50 litres de volume utile. Les passagers disposent notamment de deux trappes au plancher arrière, de grands vide-poches dans les contre-portes et surtout d’un vaste compartiment réfrigéré (13,5 l) dans l’accoudoir central avant. Mais surtout, le 3008 reçoit un superbe coffre. Pourquoi? Parce qu’il est grand (de 432 à 740 dm3 sous tablette), pratique (ouverture en deux parties, lampe de poche nomade, crochets de fixation sur les côtés…) et modulable avec une hauteur de plancher réglable en trois niveaux. Du reste, la présentation intérieure a de quoi séduire avec, entre autres, une finition soignée, une console centrale légèrement tournée vers le conducteur et une position de conduite presque aussi haute qu’à bord d’un 4×4. Mais pour ce qui est de sa motricité en revanche, le 3008 n’est strictement disponible qu’en deux roues motrices, ce qui n’est pas une faiblesse en soi. En fait –et c’est la solution retenue par Peugeot–, le 3008 est une stricte traction. Mais dans sa finition la plus chic, il a droit au «Grip Control». Il s’agit d’un système électronique qui, couplé à une monte pneumatique spécifique (les «Mud & Snow» de Michelin), offre au conducteur via une molette rotative (située au bas de la console centrale) le choix entre cinq  programmes: Standard, Tout-chemin, Neige, Sable et ESP déconnecté. Objectif : optimiser la motricité sur le train avant, via un anti-patinage intégré à l’ESP. Du coup, lorsque le 3008 évolue sur un sol glissant, le transfert du couple peut aller jusqu’à 100% sur une roue afin que le véhicule retrouve du grip et ne s’enlise pas.
Mécaniquement, un seul moteur a été retenu par l’importateur à savoir, le 1.6 HDi de 110 chevaux (et 260 Nm de couple). Un choix correct et un bloc suffisant pour faire voyager ce crossover compact.
Reste la question que l’on est en droit de se poser face à un véhicule qui opère dans un segment concurrentiel et jusqu’ici dominé par des références asiatiques : pourquoi acheter un 3008 ? D’abord pour les nombreuses innovations qu’il apporte et que nous n’avons pas encore évoquées. Il y a non seulement des aides à la conduite comme l’assistance au démarrage en pente, mais aussi et surtout l’«Affichage tête-haute», couplé au «Distance Alert». Le premier affiche des données sur une lamelle en plexiglas qui se déploie derrière le volant, tandis que le second mesure et rappelle au conducteur la distance à garder face au véhicule qui le précède.
Enfin, le 3008 est aussi une bonne affaire à l’achat avec un ticket d’entrée fixé à 279.500 DH (TTC) pour la version de base (Confort Pack), laquelle profite d’une dotation bien fournie (ABS, ESP, climatisation, lecteur CD-MP3, régulateur de vitesse, jantes alu de 17’’, allumage auto des phares…).
De quoi largement aider l’importateur de la marque à réaliser son objectif de vente pour ce modèle, soit 450 unités sur une année pleine comme 2010. Peu probablement (beaucoup) mieux faire…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *