Peugeot 308 : Une lionne ravageuse

Peugeot 308 : Une lionne ravageuse

Avec la 308, Peugeot tourne une grande page de son histoire, celle de la 307. La page 307 sera donc bientôt  tournée, mais ce ne sera pourtant pas d’une feuille blanche que sa remplaçante sera imaginée et concrétisée. Alors qu’un nouveau modèle est souvent développé sur une plate-forme inédite, on en a décidé autrement dans les hautes sphères de la firme sochalienne. Du coup, «la 308 repose sur un châssis de 307, mais largement modifié, amélioré et rigidifié», nous a-t-on dit lors d’une conférence de presse. C’est là un choix stratégique, qui se défend à plus d’un titre. D’abord, sur le plan financier, puisque, à la clé, ce sont d’importantes économies sur le budget «Recherches et développement» qui ont pu être mises de côté. Ensuite et surtout, parce que la plate-forme de la 307 a fait de cette dernière la compacte de référence en matière de tenue de route.
Pour autant, le cahier des charges de la 308 a été des plus exigeants, avec un fort accent mis sur la qualité : celle des matériaux, de leur assemblage et de leur résistance aux épreuves du temps. La fiabilité n’est pas en reste, avec plus de 2 millions de km parcourus dans le cadre des tests de fiabilité et d’endurance. Idem pour la sécurité, optimisée par l’adoption de neuf airbags (dont un pour les genoux) et d’une nouvelle structure avant (triple voies d’effort à déformation programmée), mais également prouvée par d’excellents résultats aux crash-tests EuroNCAP (5 étoiles et 35 points). Que de qualités que la 308 inscrit dans le registre de sa beauté intérieure. Quant à celle proprement dite (la beauté), elle se vérifie au premier regard. Disons-le – et assumons-le – tout de suite : la 308 est belle ! Elle aura toutes ses chances pour plaire et ce, même si sa félinité a largement été inspirée de sa petite sœur, la 207. Mais par rapport à celle-ci la nouvelle compacte s’offre un regard un tantinet aiguisé, du fait d’un nez de capot plus avancé et profilé par les deux nervures en «V» qui longent le capot. La poupe reçoit des feux plus singuliers, tandis que le profil est marqué par des flancs sculptés. Question dimensions (et face à la 307), la 308 s’étire sur 4,27 m (+7 cm), passe à 1,81 m en largeur (+5 cm) et s’abaisse à 1,498 m (-12 mm). Par ailleurs, le constructeur annonce un meilleur coefficient aérodynamique, avec un Cx de 0,29. Mais sous le hayon, le coffre n’a évolué que timidement, atteignant un volume de 348 dm3. Et pour cause, l’empattement n’ayant pas changé, l’aménagement intérieur de la 308 a privilégié la longueur habitable plutôt que l’espace réservé aux bagages.
La 308 est donc l’une des plus spacieuses du segment, comme on a pu le vérifier sur place. Mais surtout, le bond qualitatif est indéniable et perceptible dès que l’on monte à bord du véhicule. Le matériau qui recouvre la planche de bord est soft au toucher, tandis que la présentation du poste de conduite est du plus bel effet. On apprécie le dessin de la console centrale, l’instrumentation sur fond blanc et ses aiguilles qui s’illuminent en rouge. Les aérateurs ronds apportent une touche de sportivité et les placages de chrome confèrent une élégance valorisante à l’habitacle. Autre évolution notable de la 308, celle des équipements dont elle peut disposer : toit panoramique en verre, parfumeur d’ambiance, phares bi-xénon à éclairage directionnel, Alerte de franchissement involontaire de ligne (AFIL)…
Plus technologique, la 308 a aussi été enrichie sous son capot, puisqu’elle dispose d’une palette de 10 motorisations. Parmi elles, les bons Diesel HDi 1.6 l de 110 ch et 2.0 l ont retenu notre attention et nos suffrages.
Le premier, qui devrait logiquement constituer le gros des ventes de la 308 au Maroc, s’est montré largement suffisant et même très tonique pour une auto de ce gabarit. Outre son couple élevé (240 Nm), le HDi 110 brille aussi par sa frugalité avec une consommation de 4,7 l/100 km en cycle mixte. Puis surtout, la 308 est reine sur le bitume enchaînant les lacets sans frémir et gratifiant son conducteur d’un plaisir de conduite et d’un comportement dynamique exemplaire. Attendue au Maroc pour le printemps 2008, la 308 viendra meubler un marché (de berlines compactes) toujours aussi concurrentiel. Mais lorsqu’on sait que les meilleures de sa classe (VW Golf, Renault Mégane, Citroën C4) ne seront renouvelées (ou restylées) que vers la fin 2008, tout laisse croire que cette lionne aura le champ libre pour faire des ravages.

Peugeot 307, un sacré numéro

Tout le monde se souviendra de la Peugeot 307 ! Une compacte à forte diffusion : plus de 3.214.500 exemplaires dans le monde (depuis sa sortie en 2001) à caractère international, puisque produite en France, en Argentine et en Chine pour être vendue dans 145 pays. Elue «Voiture de l’Année 2002» en Europe, la 307 n’a pas tardé à s’imposer, forte de ses multiples qualités dont des moteurs Diesel fiables (les HDi animent 57% des 307 vendues) et un comportement dynamique de premier ordre. Il n’était donc que logique, voire légitime, que la 308 reprenne tous les ingrédients qui ont fait le succès mondial de sa devancière.

DNES à Colmar (France) Jalil Bennani

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *