Peugeot 405 : Une lionne mythique

Peugeot 405 : Une lionne mythique

La 405, produite en France de 1987 à 1996, existait en deux carrosseries, berline (la plus vendue) et break. Ce véhicule appartenant à la catégorie des «familiales» ou encore «petites routières» se positionnait dans la gamme Peugeot entre la «compacte» 309 arrivée 2 ans plus tôt, et la vieillissante «routière» 505 arrivée en 1979. Fruit du projet «D60», démarré en octobre 1982, qui avait pour but de remplacer la 305, qui se voulait concurrente des VW Golf et Ford Escort, mais en même temps des Renault 21, Citroën BX et VW Passat, du fait de ses dimensions, par un véhicule plus haut de gamme afin de s’adapter à la réalité du marché automobile. 

Peugeot voulait avoir une vraie M2 afin de concurrencer directement la Renault 21, sortie 1 an plus tôt, et Citroën BX, sortie en 1982. C’était également le retour chez Peugeot des séries «4», délaissées depuis la fin des 404, disparue en France en 1975 pour la version berline et en 1980 dans sa version pick-up. 3 milliards de francs (environ 458 millions d’euros, ce qui représente par rapport au nombre de voitures vendues environ 182 euros par voiture), ont été investis par le constructeur pour le projet «D60».

C’est en février 1985 que le premier des 43 prototypes D60 a vu le jour alors que les préséries ont démarré une année plus tard. C’est en avril 1987 que la 405 est entrée en production, exclusivement à Sochaux. Deux mois plus tard, c’était le lancement commercial en France, avec 3 moteurs essence et trois finitions: un 1.6 sur les trois finitions GL, GR, SR, un 1.9 sur GR et SR, et un 1.9i sur GR, appelé GRi, et SR, appelé SRi.

Tous les modèles étaient équipés d’une boîte de vitesses mécanique à 5 rapports. Toujours en 1987, en septembre plus exactement, Peugeot a opéré la commercialisation de la Mi16, une finition riche en équipements, réservée au premier moteur multisoupapes français, un 1.9 injection à 16 soupapes, accouplé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports. C’était une des rares voitures que Peugeot avait importées aux USA et au Canada. Elle avait eu un franc succès commercial, produite à presque 2.500.000 exemplaires (2.490.963 exactement), avec 85% de berlines (2.114. 955) et 15% de breaks (373 986). Mais cela n’est que ce qu’a produit Peugeot, car la berline et le break sont encore actuellement produits en Iran sous licence Peugeot par le constructeur iranien «iran Khodro», qui produit également un modèle restylé de la 405, appelé «Pars».

La berline est aussi encore produite en Egypte dans sa version restylée «Pars» aux côtés des 407. Comme d’autres modèles de la marque au lion, elle a été dessinée par Pininfarina. La berline bénéficiait d’un très bon Cx variant de 0,29 à 0,33 suivant les versions, mesurait 4,41 m (4,40 m pour le break), 1,71 m de large et 1,41 m de haut (1,45 m pour le break), possédait un coffre de 470 litres (432 litres pour les berlines 4X4, 392 litres pour le break), et son poids variait de 970 kg à 1.340 kg.

Pas trop encombrante en ville, c’était une excellente voiture sur la route, au confort et comportement routier de haut niveau encore aujourd’hui (train avant: pseudo Mac Pherson, bras inférieurs triangulés, barre stabilisatrice; train arrière: à bras tirés, ressorts hélicoïdaux, barre stabilisatrice), offrant confort et espace suffisant à tous ces passagers. 

Elle a été déclinée en une multitude de motorisations, de la petite 1.4 essence au gros 2.0 16s turbo de la T16, sans oublier les diesels atmosphériques et turbocompressés, et en une multitude de versions, de la traction aux 4 roues motrices, de la  plus basique à la toute option (pour l’époque). Recevant les éloges de la presse automobile, elle a été élue voiture de l’année 1988.

Historique :

 

1986 : Démarrage des préséries.

1987 : Entrée en production de la 405, exclusivement à Sochaux.

1988 : En février, boîte automatique ZF 4 rapports disponibles avec le 1.9 GR.

Juillet 1988 : Apparition du break. Il est proposé sur toutes les versions sauf 1.6 SR, 1.9i GR, et celles équipées de deux moteurs: le 1.4 essence et le 1.9i 16V de

la Mi16. La boîte de vitesses automatique ZF 4 rapports est disponible sur 1.9 SRi. Le 1.4 voit sa puissance passer 

de 65 à 70 ch.

1989 : Les 405 à traction intégrale apparaissent. Celles-ci uniquement sur la berline avec le 1.9 GR et SR (GRX4 et SRX4). Les boîtes mécaniques changent, la BE1, avec la marche AR à gauche de la première, est remplacée par la BE3, avec la marche AR en face de la 5ème.

 

1990 : Entrée en production en Iran sous licence par «Iran Khodro».

 

1991 : Lancement de la série spéciale 405 break «Roland Garros» produite à 400 exemplaires.

 

1996 : Fin de la production des berlines en France.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *