Plus de 113.000 voitures écoulées et une progression de 5,5%

Plus de 113.000 voitures écoulées et une progression de 5,5%

Le marché automobile confirme les prévisions des professionnels

Sur le segment des VP, Dacia se trouve toujours en tête du peloton avec plus de 15.000 voitures écoulées, soit une hausse de 3,5%, pour ainsi s’adjuger une part de marché de 17%.

Le marché automobile marocain respire la santé. Après une année 2016 record en termes du nombre de nouvelles immatriculations, 2017 vient confirmer cette tendance et corroborer aussi les prévisions des professionnels du marché. En effet, les ventes de voitures, toutes catégories confondues, ont atteint à fin août 113.278 unités, selon les dernières statistiques de l’Aivam, en hausse de 5,5% par rapport à la même période de l’année précédente. Cette progression a été tirée aussi bien par les ventes des voitures particulières (VP) qui ont augmenté de 4,1%, à un peu plus de 104.000 unités, que par celles des véhicules utilitaires légers qui ont enregistré une amélioration de 25,4%, à 8.654 unités. Il faut dire que le marché doit sa bonne tenue à la conjonction de plusieurs éléments clés dont notamment la facilité d’accès au crédit avec tout ce qui s’y rapporte en termes de crédit sans intérêts, ou de financement sans apport, l’amélioration des campagnes publicitaires mais surtout promotionnelles, l’octroi d’avantages en termes d’équipements auto et aussi l’amélioration de l’offre s’adaptant à tous les budgets. Cette tendance n’est pas pour déplaire car le taux d’équipement en voitures au Maroc reste encore assez faible et loin d’atteindre le niveau des pays voisins.
En tout cas, sur le segment des VP, Dacia se trouve toujours en tête du peloton avec plus de 15.000 voitures écoulées, soit une hausse de 3,5%, pour ainsi s’adjuger une part de marché de 17%. Toujours en termes de volumes, elle est suivie directement par la marque au losange, Renault, dont les ventes ont connu un rebond de 31% pour se situer à 13.843 unités, ce qui établit sa part de marché à 15,7%. Bien que Ford ait affiché une contraction de ses ventes de voitures à près de 15%, elle reste bien positionnée, côté volumes, puisque la marque a réussi à écouler 8.495 voitures. De même, elle rafle une part non négligeable des ventes globales avec 9,6%. Par ailleurs, Hyundai a commercialisé 7.111 voitures, affichant du coup une augmentation de 5%. En revanche, les voitures de marque Peugeot ont connu une hausse assez timide de 2% à peine, pour 6.732 unités. S’il y a bien une marque généraliste qui a failli à cette tendance globalement haussière, c’est bien Fiat. En effet, ses ventes ont drastiquement chuté (-33,4%), pour atteindre 4.103 voitures commercialisées.

La bonne forme du segment VUL

Pour ce qui est des marques premium, à savoir BMW, Mercedes et Audi, leurs ventes ont affiché des évolutions mitigées. Au moment où BMW a enregistré des écoulements en repli de 2%, à 1.792 unités, Mercedes a réussi à augmenter le nombre de ses unités commercialisées de 8,8% pour atteindre 1.998. Le même constat est à relever pour Audi qui a écoulé 1.542 voitures, en croissance de 2%. Il faut dire que cette méforme n’est pas le propre de ces marques seulement, car même Land Rover, Jaguar ou encore Jeep ont pâti du même sort.
En effet, Land Rover n’a vendu que 850 voitures, enregistrant ainsi un recul de 34,3%. Les ventes de voitures de marque Jaguar ont également chuté d’environ la même proportion (32,3%) pour atteindre 201 unités. A un cran supérieur, soit une diminution de 42,5%, les ventes de la marque Jeep se sont affichées à 729 voitures.
Si le marché des VP a connu jusqu’à fin août des évolutions contrastées, le segment des VUL se porte nettement mieux. Avec une augmentation de 25,3%, toutes les marques ont contribué à tirer ce marché vers le haut, à commencer par les indétrônables Fiat et Ford qui ont vendu pour 1.367 et 1.567 unités, soit une progression de 25 et 29%. De même, avec ses 832 véhicules, Dacia est en évolution de plus de 21%. A côté, Mitsubishi a commercialisé 786 VUL, en hausse de 14,6%. Pour sa part, Citroën a réussi à doubler son niveau de ventes à 203 unités, soit une hausse de 84,5%. Parmi les plus fortes hausses affichées par ce segment, on retrouve Nissan et Opel avec 283 et 675% avec 46 et 31 unités. Petit bémol à mettre sur le compte de Volkswagen qui s’est affichée en contraction de 6%, à 139 unités commercialisées.
Du côté des parts de marché, le trio Fiat, Ford et Dacia accapare près de la moitié des voitures commercialisées sur les huit premiers mois de l’année, à 44%. Dans le détail, Ford rafle 18,3%, Fiat 16% et Dacia 9,7%.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *