Plus sexy sans le haut

Plus sexy sans le haut

En saison estivale ou même lorsque le soleil nous envoie ses premiers rayons printaniers, les cabriolets enlèvent leur haut, au bonheur de leurs «proprios». En ville, sur une corniche ou à travers des routes escarpées de montagne, le cabriolet est un régal! Il appartient à une séduisante race automobile qui suscite la sympathie des autres automobilistes tout en tentant, un tant soit peu, de les impressionner. Sauf qu’au Maroc, ils ne sont pas des masses à affluer en concession pour s’arracher ce type de voiture. Pourtant, l’offre en la matière est loin d’être maigre, tout comme il y en a pour toutes les bourses. Et c’est aux produits de PSA à qui revient le mérite d’avoir «démocratiser» les cabriolets, comme ils le furent dans le temps. On se souvient encore du lancement de la Peugeot 206 CC, fin 2000, à quelque 225.000 DH… une offre qui n’avait pas laissé indifférente la clientèle marocaine.
Plus récemment, en septembre 2003, la Citroën C3 Pluriel faisait ses premiers tours de roues au Maroc, avec comme points forts un ticket d’entrée des plus attrayants (209.000 DH) et un concept tout aussi original que son look : une seule voiture offrant quatre architectures (berline, cabriolet, spider et pick-up) ! Du coup, si elles sont abordables, ces deux françaises qui, sans jeu de mots déplacés, enlèvent facilement leur haut incarnant aussi les nouvelles orientations des constructeurs quant à faire évoluer les cabriolets.
On pense notamment au concept très en vogue actuellement du toit rigide repliable dans le coffre. Une solution remise au goût du jour par Mercedes avec le SLK en 1996 et suivi depuis par Peugeot avec les 206 et 307 CC. Ces initiales renvoient alors à deux configurations de carrosserie : coupé et cabriolet. Une mode qui n’a pas fini de faire des émules, puisque Opel et Nissan, pour ne citer que ces deux marques, l’ont repris pour respectivement la Tigra Twintop et la Micra CC. Deux belles petites, qui ne sont malheureusement pas commercialisées au Maroc.
Autre modèle conjugué à cette sauce, la Renault Mégane, qui, dans sa version CC, dispose d’un toit rigide, non pas en acier, mais en verre ! Un plus indéniable face à ses concurrentes, puisqu’elle autorise plus de luminosité à bord et permet de garder un oeil sur le ciel, même en configuration coupé. Mais si certains constructeurs sont très emballés par le toit rigide repliable dans le coffre, d’autres restent fidèles à la traditionnelle capote en toile. C’est le cas de Ford avec sa stricte deux-places, la StreetKa ou encore de Volkswagen dont la New Beetle Cabriolet et restée fidèle à l’esprit de sa devancière. Sauf, qu’avec son prochain cabriolet, dérivé de la Golf V, le premier constructeur européen (VW) pourrait bien céder au toit dur escamotable dans le coffre. Le plus irréductible dans cette voie reste BMW, dont le roadster Z4 a privilégié la capote au toit rigide par respect à une pure tradition de la marque bavaroise. Idem pour la version découvrable de la Série 6, sauf que là, on se situe plutôt dans les hautes sphères de l’automobile, celle-ci coûtant la bagatelle de 1.229.000 DH !
Dans cette galaxie, on trouve aussi le SL de Mercedes, le SC 430 de Lexus ou encore le XK Convertible de Jaguar. A l’exception de ce dernier qui démarre ses prix à 875.000 DH, ces cabriolets de prestige s’acquièrent par un chèque à 7 chiffres, et de ce fait, relèvent plus du rêve que de la réalité. Ce n’est pas le cas d’autres découvrables comme le Boxster de Porsche (à partir de 690.000 DH),le C70 de Volvo (616.000 DH), l’Audi A4 (à partir de 606.000 DH), la Sebring de Chrysler (470.000 DH), ou encore l’Alfa Romeo Spider (450.000 DH), au demeurant, arborant tous un blason de renom.
Plus accessibles la 307 CC et à la Mégane CC s’alignent toutes les deux à 310.000 DH, privilégiant autant leur tarif doux, que leur vocation familiale. Encore plus abordable, le MX5 de Mazda (270.000 DH) fait aussi figure de légende du haut de ses quinze années d’existence. Enfin, parler de cabriolets sans évoquer celui dérivé de la Mini-Cooper serait malséant.
Fraîchement commercialisé par BMW (propriétaire de la marque anglaise), ce petit 2+2 se présente comme le plus bourgeois de sa catégorie. Motorisé par le 1.6 litre de 115 ch et faisant la part belle aux équipements de confort, il est pourvu d’une capote en toile à commande électrique entièrement automatisée et disponible en trois coloris (noire, bleue ou verte), en fonction des teintes de la carrosserie. Vendue à partir de 320.000 DH, la Mini-Cabriolet Cooper se veut avant tout une voiture coup de coeur !
Mais ce constat ne saurait se limiter à ce modèle, les autres ne faisant aucun sacrifice sur l’autel de l’esthétique. Idem mais dans une moindre mesure pour ce qui est des performances, des équipements ou encore de la sécurité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *