Plus spacieuse, moins banale

En se basant sur ses propres études et statistiques, qui révèlent notamment que la Golf est fortement achetée par des couples ou célibataires sans enfant, alors que le Touran est au contraire plébiscité par une clientèle (de couple toujours), qui, dans 70 % des cas, ont au moins un enfant… Volkswagen a décidé de créer la Golf Plus. (Ouf !) Mais à voir la configuration actuelle des principaux marchés européens, il apparaît clairement que le développement de la Golf Plus s’inscrit aussi et surtout dans la logique de la forte concurrence que font subir les 4×4 urbains et les monospaces compacts aux berlines traditionnelles.
Du coup, cette nouvelle variante de la plus réputée des compactes (la Golf), vient combler un certain vide (celui situé entre une Golf et un Touran), répondant ainsi à une demande bien précise. Voilà pour l’analyse marketing, aussi brève soit-elle.
Maintenant, il importe de déterminer tous les détails qui distinguent ce véhicule, que l’imporatateur marocain de Volkswagen (la CAC) a officiellement lancé, hier au Maroc. Il y a d’abord son style, personnel et bien plus original que celui de la Golf V. A cela, une seule raison paraît la plus plausible. Ainsi, reposant sur la même plate-forme de la compacte dont elle dérive, la Golf Plus a fait son apparition un an et demi après celle de la Golf. Soit suffisamment de temps pour laisser les designers de la marque exprimer librement leurs coups de crayon. Et le résultat est plutôt réussi.
Tout, en restant immédiatement identifiable à une Golf, cette variante monovolume adopte une structure monocorps, prend 9,5 cm de plus en hauteur et adopte des atours extérieurs qui lui sont propres et qui lui procurent une forte personnalité. C’est le cas notamment des projecteurs avant, qui semblent plus travaillés que ceux de la berline. Idem à l’arrière, avec des blocs de feux dont la particularité ne se limite pas aux deux audacieuses pastilles blanches, mais va jusqu’à l’adoption de la technique d’éclairage par diodes électroluminescentes (LED). Une première dans ce segment.
Les flancs affichent un vitrage latéral spécifique et une ligne de caisse sensiblement rehaussée, tandis que le toit est plutôt plongeant vers l’arrière. Tout cela fait que la Golf Plus ne partage aucun élément de carrosserie avec la Golf. Par rapport à cette dernière, la «Plus» n’évolue certes pas beaucoup en longueur et en largeur (2 mm seulement), mais gagne en revanche 95 mm en hauteur, pour offrir aux occupants une garde au toit généreuse. En fait, c’est par son empattement allongé (2,578 m) et son habitacle modulable que la Golf Plus évolue. L’aménagement intérieur a donc été sensiblement remanié, avec notamment une banquette arrière, fractionnable et rabattable, mais pouvant également coulisser en longueur, sur 16 cm, ce qui fait varier le volume du coffre de 395 à 505 litres. A noter que ce dernier peut atteindre jusqu’à 1.450 litres lorsque les places arrière sont escamotées. On obtient alors, un plancher quasi plat.
Autre trait distinctif à bord, la présentation et le dessin de certains éléments. C’est le cas de la console centrale, inédite et greffée d’une série d’aérateurs ronds. Pour ce qui est des équipements, l’importateur marocain n’a pas été pingre, puisque la dotation de base (la «Confortline») se veut d’emblée très étoffée. Jugez-en : six airbags (frontaux, latéraux et rideaux), climatisation automatique (Climatic), autoradio CD, ordinateur de bord, régulateur de vitesse, boîte à gants réfrigérée, vitres et rétroviseurs à réglages électriques, jantes en aluminium… Le tout, sans oublier des aides à la conduite comme l’ABS (avec répartiteur EBV), ou l’antipatinage (ASR).
Sur le plan mécanique, la Golf Plus fait confiance aux trois moteurs du groupe qui animent déjà pour les autres modèles du groupe. Il s’agit du 1.6 l essence de 100 chevaux et des deux blocs TDi, le 1.9 l de 105 et le 2.0 de 140 ch.
Des motorisations suffisantes pour mouvoir énergiquement ce monospace, surtout le 2.0 l TDi qui dispose d’un couple de 320 Nm. Malgré la hauteur non négligeable de la Golf Plus, le constructeur annonce avoir préserver un excellent coefficient aérodynamique (Cx de 0,32), ce qui n’est pas toujours le cas dans ce segment.
Quant aux tarifs, ils démarrent à partir de 275.500 Dhs TTC pour la version 1.6 l essence en finition «Confortline». Avec la même dotation en équipement, le 1.9 TDi s’affiche, lui, à 294.500 Dhs TTC, tandis que le 2.0 TDi réclame 314.500 Dhs TTC. Des prix tout juste élevés par rapport à la Golf «normale», mais bien loin des principaux concurrents de la Golf Plus, à savoir, le Scénic de Renault, ou encore la Toyota Corolla Verso, pour ne citer que ces deux modèles de référence. Mais la forte image de la marque allemande sera suffisante pour convaincre.
A cela s’ajoute la réputation mondiale de la Golf (produite à plus de 32 millions d’unités depuis 1974) sur laquelle sa nouvelle variante monospace peut largement capitaliser… Au risque même de lui faire de l’ombre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *