Pneus Run Flat : Une parade efficace contre les crevaisons

Pneus Run Flat : Une parade efficace contre les crevaisons

En cette période estivale, il est fortement recommandé de redoubler de vigilance. Les voitures sont de plus en plus sollicitées. Elles doivent donc répondre à tous les aspects de sécurité.

Toutefois, on n’est jamais à l’abri des surprises. Les pannes peuvent intervenir à tout moment et le conducteur a tout intérêt à savoir dompter les situations aussi critiques soient-elles. Avec la chaleur qui augmente, les pneus de la voiture subissent des changements. Des changements qui peuvent même causer des crevaisons. Outre la solution classique de changement de pneus, il existe des solutions plus efficaces et plus sûres.  De plus en plus d’automobilistes optent pour les pneus à roulage plat, aussi appelé Run Flat. Comment fonctionnent-ils ? Quels sont les véhicules concernés ? En quoi sont-ils meilleurs ? Les éléments de réponse sont ci-dessous.

1 ) Quesaco ?

Certes, le pneu increvable n’a pas encore vu le jour, mais en attendant, les spécialistes ont proposé une solution palliative : le Run Flat. Il s’en approche puisqu’il a la particularité de permettre au véhicule, même après une crevaison, d’assurer ses fonctions. Cette technologie est apparue pour la première fois en 1934 sur le pneu Lifeguard de Goodyear, mais existe en une version vraiment commercialisable depuis une dizaine d’années.

2) A quoi ça sert ?

Un pneumatique supportant un roulage après crevaison peut encore être utilisé à vitesse réduite, généralement à un maximum de 80 km/h, sur 80 à 200 km selon les modèles. Cette distance peut s’avérer suffisante pour ne pas être bloqué dans un endroit dangereux, arriver à destination ou rejoindre un atelier de réparation. Le pneu Run Flat évite également le risque d’éclatement qui pourrait survenir avec un pneu conventionnel dégonflé. On lui reproche sa perte d’efficacité en virage. Néanmoins ce pneu conserve des qualités suffisantes en adhérence et évite de procéder à un remplacement immédiat du pneu crevé. On peut rouler donc avec insouciance.

3) Quels sont les véhicules concernés ?

BMW est la marque qui impose ce type de pneumatique sur quasiment tous ses modèles. Quelques voitures haut de gamme le proposent également, telles les Audi A6 et A8, ainsi que le Toyota RAV-4 et en option sur les Mini. Ce type de pneumatique est aussi utilisé par quelques coupés et cabriolets pour un autre avantage : la suppression de la roue de secours apporte un gain en espace de rangement dans le coffre.

4) Comment ça fonctionne ?

Comme l’explique le site autobiz.fr, la principale technologie est le pneu à flancs porteurs. Ses flancs renforcés sont capables de supporter le poids du véhicule sans pression d’air. Le pneu est moins confortable en raison du manque de souplesse des flancs. Cette technologie est cependant peu compatible avec les efforts de réduction de la consommation qui passent inévitablement par la réduction de la résistance au roulement des pneus. Même BMW est revenue à des montes plus classiques pour ses modèles les plus économes. L’autre technologie, l’insert d’un anneau à l’intérieur du pneumatique, ne perce pas commercialement. En cas de fuite d’air, la bande de roulement vient s’appuyer sur l’anneau pour que le pneu ne s’écrase pas totalement. Il faut aussi noter qu’un détecteur de pression est obligatoire avec ces deux types de montage car un conducteur inattentif pourrait ne pas se rendre compte de la crevaison.

5) Ce qu’il faut retenir

Le pneu à roulage à plat est une technologie aujourd’hui aboutie. Ses détracteurs lui reprochent un prix 15 à 25% supérieur et l’absence de roue de secours si le pneu est trop abîmé, ce qui peut arriver après une grande entaille, notamment sur un flanc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *