Porsche passe dans le giron de Volkswagen

Porsche passe dans le giron de Volkswagen

C’est officiel : le Groupe Volkswagen vient d’acquérir Porsche Holding, filiale commerciale du constructeur éponyme. C’est ce qu’a annoncé, hier mardi, le premier constructeur automobile européen, précisant qu’il a déboursé la bagatelle de 3,3 milliards d’euros pour cette transaction. Cette dernière intervient alors que la marque sportive s’attend à un bilan très flatteur pour l’année écoulée. En attendant le 17 mars prochain, date à laquelle il compte publier le détail de ses résultats, Porsche a indiqué, dans un communiqué, avoir enregistré une hausse de 57% de ses ventes entre août et décembre 2010, soit 40.446 véhicules et ce, grâce notamment à une «forte demande» pour le nouveau Cayenne, lancé en mai dernier. Un trend qui devrait rester haussier selon le constructeur de Zuffenhausen qui a lancé récemment la nouvelle génération de son modèle-phare, la 911 Carrera GTS. Parmi les dirigeants de Porsche, son directeur financier Lutz Meschke a déclaré : «Au regard de notre situation financière très solide et des bonnes entrées de commandes dans le monde, nous prévoyons de continuer à croître en 2011». Quant à son rachat par Volkswagen, il doit surtout permettre à Porsche de se désendetter avant la fusion prévue justement avec ce même groupe allemand. Faut-il le rappeler, Porsche compte six milliards d’euros de dettes, issues notamment d’une tentative avortée de s’emparer de Volkswagen. Du coup, les familles Porsche et Piëch, qui contrôlent Porsche SE et sont aussi propriétaires de Porsche Holding, envisagent d’utiliser nécessairement le fruit de cette vente pour contribuer à leur désendettement. Ceci étant, le désendettement de Porsche passera inévitablement par une augmentation de capital de l’ordre de cinq milliards d’euros, laquelle opération devra être bouclée d’ici la fin mai 2011, voire au maximum avant le 31 août prochain. Ce n’est qu’après que pourrait aboutir la fusion entre les deux groupes. Mais c’est sans compter le retard que cette fusion pourrait prendre, du fait des ennuis judiciaires des anciens dirigeants de Porsche, soupçonnés de manipulation du cours (de l’action Porsche) lors de la tentative du constructeur de racheter lui-même Volkswagen en 2008. Voilà pourquoi certains médias estiment que la fusion n’interviendra probablement pas avant 2014, même si plusieurs analystes s’attendent toujours à ce qu’elle soit concrétisée l’an prochain. Dès lors, Porsche deviendra la dixième marque de la «nébuleuse» Volkswagen qui compte outre sa propre marque, les labels Skoda, Seat, Audi, Lamborghini, Bentley, Bugatti, Man et Scania. Au bout du compte, le premier groupe automobile européen ambitionne de réaliser des économies d’échelle et surtout, de profiter de l’excellente rentabilité que dégagent les ventes de Porsche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *