septembre 26, 2018

 

PSA produira bel et bien 200.000 voitures par an dès 2020

PSA produira bel et bien 200.000 voitures  par an dès 2020

L’annonce, mardi à Kénitra, du Groupe PSA doublement de sa capacité fixée pour l’heure à environ 100.000 véhicules par an était surprenante voire intéressante. «En 2020, la capacité du site de production de PSA atteindra 200.000 voitures par an», avance, mardi dans le même site, Jean- Christophe Quemard, Executive vice-president de la région Moyen-orient et Afrique du groupe français. Lors d’une conférence de presse dont l’objet n’a pas été dévoilé à l’avance, le responsable lance une série d’annonces tout en s’en félicitant. «Ce que fait le Groupe PSA en Afrique, aucun autre constructeur ne le fait. Cette dynamique est unique», enchaîne-t-il en s’exprimant sur l’infrastructure de PSA.

«L’usine est complètement terminée»
Comme le précise M. Quemard, l’usine de PSA est complètement terminée. Elle est, selon ses dires, confidentielle. «Aujourd’hui, nous assemblons également un véhicule confidentiel», ajoute-t-il. Le responsable rappelle par l’occasion un autre fait, à savoir l’assemblage en 2018 du premier moteur à Kénitra. «Les choses commencent à avancer», poursuit-il. L’intervenant rappelle aussi l’existence de 63 sites fournisseurs pour alimenter le site de Kénitra et la création de 27 nouveaux sites industriels. Quant au parc fournisseur, il est déjà saturé, selon le vice-président qui précise que ce parc passera de 60 à 80% à terme. «Nous achetons un milliard d’euros de fourniture pour le Maroc», ajoute l’intervenant. Dans l’ensemble, l’usine démarre, selon ses dires, en 2019.

Les raisons du doublement de capacité
«Nous avions ce doublement en tête, mais nous le faisons tout de suite», indique M. Quemard. C’est le succès des véhicules du groupe dans la région Mena et en Afrique qui est, d’après lui, à l’origine de ce doublement de capacité. «C’est une grande marque de confiance pour le Maroc», estime-t-il. L’ambition étant, selon ses dires, de faire du site de Kénitra le site le plus performant du groupe.

Le satisfecit d’Elalamy
Pour Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, la nouvelle du doublement de capacité est bonne. «Quand nous avions signé l’accord, le chiffre de 200.000 véhicules était prévu avec un démarrage de 90.000», remonte-t-il. Le ministre rappelle, par l’occasion, les critiques véhiculées par certains médias estimant que ce doublement était quasiment onirique. A ses yeux, ce sont ces critiques qui permettent d’aller de l’avant. «Aujourd’hui, l’usine opère et produit des véhicules en confidentiel», indique-t-il. Le ministre saisit son passage pour faire une confidence. «J’ai toujours fait le tour de l’usine de l’extérieur par respect à cette confidentialité», avoue M. Elalamy.

Le ministre précise également que les réalisations du site sont déjà en avance par rapport à l’échéance. Preuve en est le nombre de 150.000 véhicules annoncés pour 2020, or la production a déjà atteint 160.000. Pour l’heure, le projet, étalé sur 900 hectares qui seront industrialisées, se décline en deux phases. Dans la première, les tests sont déjà réalisés. Quant à la deuxième, elle consiste en l’usine de production des 200.000 véhicules prévus. La date de lancement de cette phase étant fixée pour 2023.
A propos de l’accord de l’ordre d’un million d’euros pour l’achat de pièces usinées au Maroc, il déclare que le projet est également en avance. C’est le cas aussi pour le centre de recherche relevant du groupe. Pour rappel, le site de Kénitra mobilise un budget de 550 millions d’euros à terme pour couvrir les deux phases.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *