PSA : Une forte profitabilité enregistrée au 1er semestre 2019

PSA : Une forte profitabilité enregistrée au 1er semestre 2019

L’objectif opérationnel du Groupe serait d’atteindre une marge opérationnelle courante moyenne supérieure à 4,5% pour la division Automobile sur la période 2019-2021.

«Grâce à notre concentration sur l’exécution de notre plan stratégique, nous avons dégagé un solide free cash-flow et une forte marge opérationnelle courante au premier semestre. Nous sommes au rendez-vous de l’électrification et prêts à relever les prochains défis technologiques. Notre agilité et l’alignement de notre management restent des atouts essentiels pour atteindre les objectifs du plan Push to Pass», explique Carlos Tavares, président du directoire du Groupe PSA.

En termes de perspectives de marché en 2019, le Groupe prévoit un marché automobile en baisse de 1% en Europe, de 4% en Amérique latine et de 7% en Chine et une hausse de 3% en Russie. Son objectif opérationnel serait d’atteindre une marge opérationnelle courante moyenne supérieure à 4,5% pour la division Automobile sur la période 2019-2021. Au premier semestre 2019, le résultat opérationnel courant du Groupe s’élève à 3.338 M€, en croissance de 10,6%. De son côté, le résultat opérationnel courant de la division Automobile progresse de 12,6% par rapport au 1er semestre 2018, à 2.657 M€. Le constructeur indique que ce fort niveau de rentabilité de 8,7% a été atteint grâce à un mix produit favorable et la poursuite de la baisse des coûts, en dépit de l’impact négatif des taux de change.

En revanche, le groupe PSA a enregistré un chiffre d’affaires de 38,3 milliards d’euros, en diminution de 0,7% par rapport au 1er semestre de 2018. Le chiffre d’affaires de la division Automobile atteint 30.378 M€ fléchissant de 1,1% par rapport au 1er semestre 2018. Dans ce sens, l’effet favorable du mix produit (+2,9%) et du prix (+1,3%), compense partiellement la baisse des ventes à partenaires (-2,2%), l’impact négatif des taux de change (-0,8%), des volumes, du mix pays (-1,4%) et des effets autres (-0,9%), relève l’entreprise. Concernant la marge opérationnelle courante du Groupe, elle est de 8,7%, en augmentation de 0,9 point par rapport au 1er semestre 2018.

S’agissant des produits et charges opérationnels non courants du Groupe, ils s’élèvent à -847 M€, par rapport aux -750 M€ du 1er semestre 2018. Pour ce qui est du résultat financier du Groupe PSA, il s’élève à -166 M€ contre -218 M€ au 1er semestre 2018. Quant au résultat net consolidé, le Groupe a atteint 2.048 M€, en croissance de 335 M€ comparé au 1er semestre 2018. L’entreprise a enregistré un résultat net part de 1.832 M€, en hausse de 351 M€ comparativement au 1er semestre 2018. Dans le même sens, le résultat opérationnel courant de Banque PSA Finance est de 513 M€, en hausse de 0,6%. Quant au résultat opérationnel courant de Faurecia, il s’établit à 634 M€, en diminution de 1,2%. En se référant aux résultats semestriels du Groupe, il ressort également que le free cash flow des activités industrielles et commerciales s’établit à 1.599 M€ dont 2.287 M€ pour la division Automobile. Ainsi le stock total, incluant celui du réseau indépendant et des importateurs atteint 659.000 véhicules au 30 juin 2019, au même niveau qu’au 30 juin 2018. Par ailleurs, la position financière nette des activités industrielles et commerciales s’élève à 7.906 M€ au 30 juin 2019 après retraitement IFRS 16 et l’acquisition de Clarion par Faurecia.

GB : PSA fermera l’usine d’Ellesmere Port si le Brexit tourne mal

Le constructeur automobile français PSA est prêt à tirer un trait sur l’usine britannique de Ellesmere Port et transférer l’activité en Europe continentale si le Brexit tourne mal, prévient son patron Carlos Tavares dans un entretien au Financial Times publié lundi. Fin juin, PSA avait déjà lancé un sévère avertissement en prévenant qu’il fabriquerait sa nouvelle Astra (Opel ou Vauxhall) dans cette usine du nord-ouest de l’Angleterre seulement en cas d’accord sur le Brexit.

Mais dans le quotidien britannique des affaires lundi, le patron de PSA Carlos Tavares est encore plus explicite. «Franchement je préférerais la confier (la nouvelle Astra, ndlr) à Ellesmere Port mais si les conditions sont mauvaises et que ce n’est pas rentable alors je dois préserver le reste du groupe et je ne le ferai pas», explique-t-il. «Nous avons une alternative à Ellesmere Port», ajoute-t-il, évoquant un site dans le sud de l’Europe et réclamant avant tout de la visibilité sur ce que seront les échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l’UE fin octobre lors de la date prévue du Brexit. PSA a jusqu’à présent retenu deux usines pour le nouveau modèle de l’Astra qui sera disponible sous les marques Opel et Vauxhall (pour le Royaume-Uni), à savoir Rüsselsheim en Allemagne à partir de 2021, pour laquelle la décision est confirmée, et Ellesmere Port, dont l’avenir dépend donc du Brexit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *