PSA va lancer la fabrication d’un petit moteur essence

PSA va lancer la fabrication d’un petit moteur essence

PSA Peugeot Citroën va lancer la fabrication d’une nouvelle famille de petits moteurs à essence, dont la production débutera en 2011 sur son site lorrain de Trémery (Moselle), a annoncé jeudi le président du groupe Christian Streiff. Cette opération, qui va créer 500 emplois nouveaux à Trémery, s’inscrit dans un projet de développement et d’industrialisation pour ces nouveaux moteurs qui seront construits dans deux unités de production. Après Trémery, une seconde unité de production sera par la suite implantée à l’horizon 2012 dans l’est de l’Europe, où PSA est à la recherche d’un site approprié qui pourrait être implanté en Pologne, en Roumanie, en Ukraine ou en Turquie. La décision sera prise en milieu d’année.
La première unité, à Trémery, aura une capacité de production de 600.000 moteurs par an, pour un investissement évalué à 300 millions d’euros, essentiellement sur les années 2009 et 2010. L’ordre de grandeur de l’investissement devrait être équivalent pour la seconde unité de production, a-t-il ajouté. PSA entend «faire la preuve qu’on peut être compétitif sur une base de production française», a déclaré M. Streiff devant la presse, ajoutant que l’usine de Trémery avait déjà «démontré des gains de productivité exceptionnels».
Il a exprimé sa «conviction qu’à condition d’acheter de façon globale le plus possible de composants, d’avoir une base automatisée très bien pensée et de profiter (…) d’un site industriel de top niveau, on peut être parfaitement compétitifs dans l’est de la France».
PSA s’est lancé seul dans le projet de développement de ces nouveaux moteurs, en estimant «avoir les volumes pour amortir» les investissements. M. Streiff n’a toutefois «pas exclu» de vendre ces moteurs à d’autres constructeurs, «ou même une coopération» ultérieure.
A l’horizon 2015, le nouveau moteur devrait représenter «entre 20 et 25% du total des moteurs» du groupe, a estimé M. Streiff, qui vise une réduction «d’une bonne quinzaine de pour cent» des émissions de CO2 du groupe à cette échéance. Avec ce projet, qui s’inscrit dans le plan de développement Cap 2010, PSA veut en effet conserver une position de «leader en environnement», a-t-il dit.
Ce nouveau petit moteur, d’une cylindrée de un litre pour des puissances comprises entre 70 et 100 chevaux, doit permettre de proposer des véhicules émettant moins de 100 g de C02/km. Il est actuellement à la phase de développement. Il sera monté à partir de la mi-2011 sur huit modèles, puis à partir de la mi-2012 sur douze modèles, essentiellement dans le segment «B» (voitures petites et moyennes). M. Streiff a fait «l’hypothèse que le marché européen va vers une réduction de la puissance moyenne, en même temps que l’allègement des voitures». Mais il n’a pas tiré un trait sur le moteur diesel qui a encore un potentiel de «développement significatif», même s’il va «progressivement se tasser». L’usine de Trémery, située à 15 km de Metz, emploie actuellement 4.100 personnes. Elle a produit 1,74 million de moteurs en 2007 et plus de 30 millions depuis sa création en 1979.
Le président de PSA a fait cette annonce le jour de la publication du chiffre d’affaires trimestriel du groupe, en hausse de 2,3%, à 15,212 milliards d’euros, avec des ventes mondiales en hausse de 6,1%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *